À Étampes, le dimanche 17 janvier 2021, une marche blanche a été organisée en à Nordine et Samir, deux frères âgés de 39 et 32 ans, décédés dans la nuit du 13 au 14 janvier dans un accident de la route.

Nordine et Samir H., délinquants multirécidivistes

Cette « marche blanche » organisée et financée par la municipalité () suscite désormais une vive polémique, explique Le Parisien. Car les deux hommes possèdent de « lourds casiers judiciaires » et leur accidentelle est due à un refus d’obtempérer : ils ont percuté un camion en tentant de fuir un contrôle de gendarmerie.

Après l’accident, la H., connue à Étampes, « organise la marche blanche avec la mairie ». La municipalité annonce la marche du dimanche sur sa page Facebook la veille. Le dimanche, la foule est « encadrée par des agents de la mairie », des barnums sont installés et l’on offre des cafés et « de quoi grignoter », ainsi qu’une sono et un podium, détaille Le Parisien.

Ce soutien complaisant de la mairie soulève un tollé dans l’opposition qui « réclame des comptes » au maire, Franck Marlin (LR), car les deux frères sont des délinquants multirécidivistes. Nordine H. a passé plus d’une dizaine d’années en détention, principalement pour trafic de stupéfiants, et Samir totalise une trentaine d’antécédents judiciaires.

Des policiers dénoncent les soutien du maire à « des criminels notoires »

Par ailleurs, le syndicat France Police – Policiers en colère a fustigé cette action municipale et demande au ministre de l’Intérieur « la suspension puis la révocation du maire et de ses adjoints de la ville d’Étampes » en raison de leur soutien à « des criminels notoires ». Selon Michel Thooris, cette marche blanche a constitué « un grave trouble à l’ordre public ».

Le syndicat dénonce « une infiltration de la mafia dans le monde » et demande de « tout mettre en œuvre pour éviter que des communes françaises se transforment en Molenbeek » dans le courrier du 20 janvier adressé à .

20 janvier 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Mieux vaut en rire (ou pas) : dealers, frustration, déconfinement…

Chaque semaine, Boulevard Voltaire sélectionne dans l’actualité des infos insolites et ext…