Aux Sables-d’Olonne, les paras fêtent saint Michel, la statue ne bougera pas !

20221015_105812

S’il fallait une preuve que la désormais célèbre statue de saint Michel dépasse largement son caractère religieux, il fallait être à la marche patriotique des parachutistes, ce samedi, aux Sables-d’Olonne. Venus de toute la Vendée et même de toute la France, des porte-drapeaux, anciens combattants et parachutistes sont venus célébrer leur figure héroïque et tutélaire, celle qu’ils se sont donnée comme patron lors de la dernière guerre mondiale. Jean-Michel Bruel, président de l'Amicale sablaise des parachutistes et opérations extérieures (ASP OPEX), déclarait : « Les parachutistes ne se battent pas au nom de Dieu, ils sont au service de la nation [...] N'oublions pas que l'homme a besoin de symboles et d'idéaux [...] La statue de#saintMichel fait partie de notre patrimoine commun. »


Rejoignant cette marche patriotique, les - toujours fidèles au poste- membres du collectif Touche pas à ma statue, de nombreux Sablais, mais aussi des élus vendéens et notamment Véronique Besse, député de la Vendée qui reprenait la formule du maréchal de Lattre de Tassigny :


Le cortège s’est rassemblé devant le monument aux morts de la place de la Liberté, lieu habituel des commémorations, et a ensuite remonté l’avenue qui mène jusqu’à la statue. Elle paraissait presque petite, au milieu de toute la foule. En effet, cette belle statue, quoique discrète, est au centre de toutes les attentions depuis que la Libre Pensée l’a installée, plus encore que son socle, au milieu de la place publique.


Au cours des discours, il a été rappelé la menace qui pèse sur la disparition de ces phares qui permettent à notre société de rester encore solide face à tous les assauts de la société liquide. C’est bien cela qui est en cause, la disparition d’une culture au bénéfice d’un nouveau modèle sans repère. Dans son discours, le maire a bien insisté : « Si la république est laïque, la France, elle, est chrétienne. » Elle l’est de toutes ses fibres, de toute son histoire, de toutes ses racines, de tous ses paysages, de tous ses noms de lieux, de toute sa culture, de tous ses modes de vie. Le dénier, c’est du passé faire table rase, c’est non pas croire en autre chose mais croire en n’importe quoi et faire le vide pour que d’autres fassent le plein, le wokisme, l’islamisme, et une société sans pères et sans repères dont on voit aujourd’hui la déliquescence.


Le combat continue puisque la municipalité a fait appel de cette décision en cassation et espère que le Conseil d’État dans sa sagesse saura dépassionner le débat et reconnaître à cette petite statue hautement symbolique son caractère patrimonial et local. Est-il en effet insolite que la statue saint Michel se trouve sur la place et dans le quartier éponymes ? Ou faudra-t-il, demain, que les villages voisins de Sainte-Foy, Saint-Mathurin, Saint-Gilles-Croix-de-Vie et toutes les rues portant des noms de saints prennent le nom qu’auraient voulu leur donner les colonnes infernales ? Comme le martèle inlassablement Yannick Moreau depuis plusieurs mois : « Ce qui arrive à la statue saint Michel des Sables-d’Olonne peut arriver dans toutes les communes de France si nous nous laissons intimider par les ayatollahs de la cancel culture. » À en voir la ferveur de l'assistance et la hauteur des propos, gageons que la prochaine fête parachutiste de la Saint-Michel, dans un an, aura lieu au même endroit, devant la même statue, solidement ancrée devant l'église et dans le cœur des Vendéens.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 17/10/2022 à 8:07.
Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

47 commentaires

  1. Si le Conseil d’Etat donne raison à ces destructeurs de la France, rien ne les arrêtera plus ! Il faudra alors aussi détruire la Fontaine Saint-Michel à Paris, puis interdire l’accès au Mont-Saint-Michel, puis renommer les 20 ou 30% de communes françaises (sur 36000 !) qui possèdent un nom de saint à commencer par Saint-Denis dans le 9-3 !
    Puis il faudra retirer tous les calvaires qui ornent nos campagnes…
    On finira un jour par détruire toutes les églises, toutes nos cathédrales pour les remplacer par des mosquées !

  2. La France en déliquescence. La sauver sera fort difficile le peuple s’abstenant et laissant la voie libre au bobos islamos gauchos. Faudra mettre sa peau au bout de ses idées pour qu’elle survive, mais un tel sacrifice est dépassé. Gueuler, manifester , pérorer est une chose, se battre est une autre volonté.

  3. Les woke bobo-gaucho n’ont plus qu’à bien retenir cette phrase : « Les parachutistes ne se battent pas au nom de Dieu, ils sont au service de la nation […] N’oublions pas que l’homme a besoin de symboles et d’idéaux […] La statue de#saintMichel fait partie de notre patrimoine commun. »
    Car dans ce défilé on ne peut plus respectable, toutes les couleurs du spectre politique étaient représentées, mais un seul objectif commun partagé par tous !
    Une très belle leçon d’Histoire, mais avant tout d’humilité, adressée à tous ces woke !

  4. Comme déjà signalé, je n ai pas souvenir d avoir entendu la libre pensée s offusquer des mosquées, de noms de rue dédié à la femme du prophète, qui soit dit en passant se serait marié à une enfant de 9 ans, non, la ,silence radio… Ça en dit long sur le courrage de ces quelques vieux ronchons… Fort avec les faibles…. Enfin faibles… Pas tant que ça. Tenez bon les paras!

  5. Au fait, la « Libre pensée » signifie une pensée LIBRE, donc une liberté de pensée dévolue à chacun qu’elle que soit la pensée qu’il choisit. Alors quand les libre-penseurs se battent contre la pensée des autres, religieuse ou non, en réalité, ils se battent contre leur propre doctrine.

  6. Association dont a Montpellier le tract combat l’extrême droite. Quand on se veut libre penseur on accepté celle des autres.

  7. Il faudrait un jour qu’on m’explique, pourquoi une statue derange les « libres?pensseurs » mais qu’une mosquee ne les gênent pas! Seraient ils racistes sectaires et stigmatisants?

  8. Une seule petite remarque. Macron a quand même réussi à contaminer Monsieur le Maire. Les termes « emmerder les francais » est devenu viral. Il faut trouver un autre mot, plus chic, mais qui aurait du sens.

    • Les fameux termes ne sont pas, de fait davantage référence littéraire que « viraux », de M. Macron, mais de Georges Pompidou, ce qui relève tout de même, si l’on peut dire, leur niveau…

    • Ne changeons pas ce terme. Il n’a pas été inventé par les gauchistes. J’ai lu un bouquin il y a plus de 20 ans, je ne me souviens pas de l’auteur, mais le titre était  » Arrêtez d’emmerder les Français. »

  9. Belle action de la part des paras. Belle cérémonie pleine de dignité et soutenue fermement par les sablais. Rien à voir avec « la libre pensée », association qui devrait être dissoute sur le champ.

  10. Tout mon soutien aux défenseurs du maintien à sa place de la statue de St Michel ! C’est notre histoire, notre identité qu’une poignée d’intégristes essaie de déboulonner ! Pendant ce temps, ils ne bougent pas lorsqu’un élu rebaptise une rue de sa commune du nom d’une des concubines de mahomet …. Les racines de la France sont judéo chrétiennes et dans la chrétienté il n’est pas interdit de représenter ni dieu, ni nos saints m Il devient urgent de déboulonner les traitres à la nation ….

  11. Il y a un parallèle à faire entre l’action des Talibans en Irak et celle des Libres Penseurs en France : les deux veulent détruire les traces d’une culture qui ne colle pas avec leur idéologie. Dans les deux cas c’est de l’intégrisme.

  12. Trop c’est trop ! A multiplier les provocations contre les symboles qui ont fait la France d’avant, les traitres se dévoilent… Ils devront cependant répondre de leur félonie quand l’heure viendra de faire les comptes ; et cette heure arrive.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois