Oissel : neuf clandestins algériens et tunisiens s’évadent du centre de rétention administrative en cassant un mur

Neuf hommes en situation irrégulière, retenus au centre de rétention administrative (CRA) d'Oissel, près de Rouen (Seine-Maritime), ont réussi à s'évader, le 14 octobre, vers 22 heures, relate France 3 Normandie.

Ces hommes ont réussi à détruire un mur et se sont évadés. Malgré les recherches lancées avec l'aide des policiers du commissariat de Rouen, les neuf hommes de nationalité tunisienne et algérienne, à cette heure, sont toujours en fuite.

Le CRA (centre de rétention administrative) se situe à proximité de l'école de police, en bordure de forêt. La préfecture de la Seine-Maritime a confirmé cette évasion. « Le préfet ainsi que la directrice interdépartementale de la police aux frontières se sont rendus sur place ce matin et ont décidé de mener des travaux de sécurisation dont une partie a déjà commencé », a précisé la préfecture à France 3.

En janvier 2014, huit ressortissants clandestins originaires du Maghreb étaient déjà parvenus à s'évader durant la nuit.

Ouvert en 2004, le CRA d'Oissel est l’un des 25 centres de ce type qui existent en France. Il peut accueillir jusqu’à 72 personnes, des hommes mais aussi des femmes avec leurs enfants. La rétention administrative est une décision prise par l’administration à l’encontre d’un ressortissant étranger concerné par une mesure d’éloignement (expulsion, obligation de quitter le territoire français) et qui ne peut pas quitter immédiatement le territoire français.

La durée moyenne de la rétention à Oissel était de 17,9 jours en 2021. Depuis 2019, la durée maximale de rétention autorisée par la loi est passée de 45 à 90 jours.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois