Aurore Bergé : enfin ministre !

Aurore Bergé

Aurore Bergé est l'une de ces belles personnes comme la Macronie en compte tant. Pugnace, les convictions chevillées au corps, celle qui fut durant ses primes années d'engagement politique un soutien de Nathalie Kosciusko-Morizet, Sarkozy, Juppé, Pécresse, Fillon (on vous livre ça dans le désordre, tellement on s'y perd), présidait depuis juin 2022 et jusqu’à ce 20 juillet 2023 le groupe Renaissance à l'Assemblée nationale. Longtemps qu’elle rongeait son frein dans l’espoir de décrocher une timbale ministérielle. On se souvient qu’en juillet 2020, si on avait évité la crise ministérielle, on n’avait pas échappé à la crise de larmes lorsqu’elle avait appris qu’elle ne faisait pas partie des nouveaux ministres d’un énième remaniement, avait révélé Le Point (la première intéressée avait démenti). Elle qui pourtant avait « tout donné à la Macronie », comme elle l’aurait alors confié. Visiblement, ça n’avait pas suffi.

Mais ce 20 juillet, ça y est. Enfin ! Elle hérite du maroquin des Solidarités et de la Cohésion sociale. On n’ose pas dire en remplacement de Jean-Christophe Combe, vu que cet ancien patron de la Croix-Rouge était inconnu du pékin moyen. C’est donc un « profil politique » qui entre au gouvernement. On dit qu’elle aurait aimé la Culture ou l’Éducation nationale. Mais bon, on ne va pas faire la fine bouche, l’essentiel, c’est d’être ministre. Un profil politique nécessaire (suffisant, on verra bien…) pour renforcer une équipe gouvernementale et un Emmanuel Macron passablement essorés après une première année de second quinquennat disons... assez « compliquée », entre un vote aux forceps du budget et de la réforme des retraites et un pays frappé par des émeutes pires qu’en 2005, et ce, avec une Assemblée nationale où la Macronie ne dispose plus de la majorité absolue. Aurore Bergé est une combattante comme, du reste, son petit camarade Gabriel Attal qui monte en grade en prenant l’Éducation nationale. Des tempéraments de guerrier pour faire face à des mois, voire des années qui ne s’annoncent pas réjouissants (entre guerre en Ukraine et pouvoir d’achat des Français qui va encore en prendre un coup avec les augmentations successives du coût de l’électricité…). Une fois encore, cela suffira-t-il ? Mais il faut bien tout essayer. Tant qu'on n'a pas tout donné, on n'a rien donné et tant qu'on n'a pas tout essayé, on n'a rien essayé.

Une question nous vient à l’esprit : en nommant Bergé aux Solidarités, Macron a-t-il fait preuve de malice ? Certes, le chef de l’État offre à Élisabeth Borne une flingueuse de première bourre. Les séances de questions – et de réponses ! - d’actualité à l’Assemblée nationale sont une promesse de belles saillies en perspective… Vivement la rentrée ! Dans le viseur d’Aurore Bergé, on imagine qu’il y aura évidemment LFI, mais surtout le RN. Car là est désormais le vrai danger pour Emmanuel Macron et pour celui ou celle qui sera appelé à postuler pour « poursuivre son œuvre ». Durant les mois chaotiques qui viennent de s’écouler, Marine Le Pen n’a cessé d’engranger les dividendes, si l’on peut s’exprimer ainsi, du chaos dont Emmanuel Macron est en partie responsable et, dans tous les cas, comptable. Elle est désormais, de façon incontestable, le principal opposant - le seul crédible, diront certains - face à Macron. Dans ce contexte, il est certain que ce dernier n’a pas besoin d’ambulances frappées de la croix rouge mais de chars d’assaut. D’où la nomination de Bergé, qui déteste le RN comme elle respire. Malice de Macron, disions-nous. En effet, il a souvent été reproché à Aurore Bergé de la « jouer solo ». Il faudra donc qu’elle apprenne ce qu’est la solidarité gouvernementale. Cela ne devrait pas être trop compliqué pour celle qui a tant attendu.

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

31 commentaires

  1. Ca y est, elle a décroché le pompon; que n’aurait ce nouveau Rastignac pour arriver au sommet et toujours avec la même ardeur.Dans les années passées celui ( ou celle ! ) qui voulait arriver aux manettes le faisait par souci de mettre en application un programme politique. A part son rejet viscéral pour le RN , cette donzelle n’a jamais été que la voix de son maître passant allègrement de Juppé à Sarkozy puis Fillon et Pécresse . Et la France et la Patrie dans tout ça? mais je parle d’un temps etc…

  2. Enfin ! Etre à la tête d’un ministère qui n’a aucun sens ça n’a pas de sens, mais quand on n’a pas le sens du ridicule …elle aurait été nommée ministre des trahisons politiques c’aurait été vraiment dans ses cordes

  3. Et oui, encore champion du monde : quel autre pays européen, démocratique, a autant de ministres que nous ? Même les Etats unis de Bidon nous envient. Je m’inquiète pour la soliarité car cette personne a su prouver à plusieurs reprises à quel point elle était arrogante et imbue de sa personne : en résumé, une vraie macronienne !

  4. L’exemple même de la conviction chevillée au corps. Ce genre de conviction qui sait s’adapter aux circonstances grâce à une flexibilité sans pareille.

  5. Elle a enfin son poste de ministre et la suite de sa carrière est assurée, il suffit de la mention « ministre » sur sa carte de visite pour lui ouvrir bien des portes dans le futur.

    Hormis sa haine pour le R.N. et une dévotion presque malsaine pour Macron, qu’a donc fait cette personne pour en arriver là ?

    Le nombre de personnes qu’elle a soutenues montre parfaitement que cette personne est une arriviste et qu’elle n’est pas là pour le bien-être des Français et pour la grandeur de la France.

  6. Aurore Bergé, celle qui n’a jamais assisté au levé du soleil, ni même admiré l’étoile du berger.
    Toute jeune encore, mais quel parcours politique fait d’abandons, de traîtrises, vraiment chapeau !
    Aurore Bergé enfin récompensée, pour oser représenter tout ce qui se fait de plus authentique en politique !

  7. Après avoir bouffé à tous les râteliers, la voilà ministre ! elle a de la suite dans les idée, la Bergé.. un coup Juppéïste, un coup Filloniste, l’opportunisme paie avec macron…

  8. Aurore Bergé est le type même du traitre, que le vent tourne et vous la verrez voler au secours du pouvoir, femme sans conviction elle trahira son maître à la première occasion, et pourquoi pas si le vent le veut, rejoindra – t – elle le RN, rien ne l’arrête.

  9. cette « nymphe-de-la-macronie » s’est faite connaître par une belle robe bleue ostensiblement portée lors d’une émission … Elle a tout fait pour « chercher » par tous les moyens « la lumière » de la vie politique tel un papillon de nuit qui voit au loin de la lumière ! …

    La venue de ce coucou politicard qui va devenir « porte-flingue » dans les rangs du « gouverne-et-ment » sera un énième « non évènement » tellement la macronie est définitivement dans le « entre soi » ! …

    Le seul souhait de beaucoup d’entre nous : que cette Aurore soit l’annonce du crépuscule macronien … et que les moutons prennent conscience que ce « berger et sa bergère » mènent la FRANCE et les français à l’abattoir islamiste ! …

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois