Editoriaux - Politique - 29 avril 2019

150 citoyens tirés au sort : et les gagnants sont…

Parmi les grandes réformes annoncées par le Président, il y a celle, capitale pour une nouvelle démocratie participative, qui devrait ravir la visionnaire de cette innovation, j’ai nommé Ségolène Royal. Celle qui déclarait encore, en décembre 2018, faisant chorus aux gilets jaunes : « Osons la révolution participative ! » ! C’est fait !

Le locuteur pléthorique du jeudi 25 avril a, en effet, annoncé la création d’un Conseil de participation citoyenne composé de 150 citoyens qui viendront se joindre aux membres du très célèbre Conseil économique, social et environnemental (CESE), dont les rapports et propositions finissent généralement dans les broyeuses des ministères.

« À côté des grandes forces vives économiques, sociales et associatives qui y sont présentes et qui portent les grands sujets, je souhaite que l’on puisse avoir des citoyens tirés au sort qui viennent compléter cette assemblée et qui lui permettra ainsi de représenter pleinement la société dans toute sa diversité et sa vitalité », a déclaré Emmanuel Macron lors de son propos.

Ces forces vives sont représentées par 233 membres désignés pour cinq ans, principalement par les syndicats, mais sont aussi pour certains (beaucoup) des recasés d’élections infructueuses…

On ne sait si l’hémicycle du palais d’Iéna pourra, désormais, accueillir 383 personnes en sessions plénières, mais il faut faire vite, encore plus rapidement que pour Notre-Dame, car le tirage au sort pour rameuter ces nouveaux initiés se fera dès le mois de juin – dixit Macron. Ce qui laisse supposer que l’assemblée, tout du moins ses nouvelles recrues, sinon les autres, se mettra au travail dès l’été venu !

Et, comme l’a précisé François de Rugy, ministre de l’Écologie, leur feuille de route sera de faire des choix « sur la question de la fiscalité écologique, le chauffage, l’isolation, les voitures, sur la question des moyens, des mesures législatives et réglementaires… »

Il est vrai – à moins que je sois mal informé – que la dernière lettre « E » du sigle, rajouté en 2008 au CES, ne semblait pas avoir jusqu’alors produit des propositions spectaculaires dans le domaine de l’écologie. La jeune troupe aura donc du boulot.

Mais une question insidieuse me taraude concernant le tirage au sort pour débusquer ces 150 citoyens divers et pleins de vitalité, ce qui, dit en passant, n’est pas très flatteur pour le dynamisme de ceux qui siégeaient jusqu’alors !

Comment ce groupuscule éminent représentant 0,000 33 % des électeurs ou 0,000 22 % des Français sera-t-il constitué ?

Critères d’éligibilité : par exemple, majorité ou non, casier judiciaire vierge, stricte parité pour satisfaire Mme Schiappa, nationalité, aptitudes particulières, preuves d’engagement pour l’écologie ou la démocratie dans une association, etc. ?

Comment sera organisée cette grande loterie ? Avec des partielles locales, puis des finales et, enfin, la publication sur TF1 par Jean-Pierre Foucault, avant ou après le Loto ?

J’ai grande hâte et me prépare psychologiquement moi-même, au cas où ?…

À lire aussi

Convention citoyenne sur le climat : c’est parti !

Un précédent qui risque de bouleverser désormais les us et démarches parlementaires... …