Editoriaux - Education - Société - 19 janvier 2019

Quand les cours de récréation se mettent au goût de l’idéologie du genre

Dans les cours d’école, des garçons jouent au foot et occupent un vaste terrain, délimité par des lignes blanches, tandis que les filles sont reléguées sur les côtés, occupées à des « jeux de filles » ou à papoter. Une supériorité territoriale, une discrimination insupportable qui conduisent certaines municipalités à réaménager les espaces de jeu pour contrer ce phénomène inégalitaire. Après Trappes, la ville de Rennes prévoit ainsi de doter ses deux futurs groupes scolaires d’espaces « non genrés ». Au nom de l’égalité filles-garçons et du combat « contre les stéréotypes de genre ».

Il ne s’agit pas de nier la nécessité d’appendre aux élèves de maternelle ou de l’école primaire à se respecter, à ne pas s’approprier des espaces ni même des jeux. Une conseillère municipale de Rennes, déléguée aux droits des femmes, explique que « les enfants sont imprégnés de l’idée d’une inégale valeur entre ce qui est féminin et masculin et la mixité ne garantit pas l’égalité filles-garçons », ce qui part sans doute d’un bon sentiment. Mais l’argumentation des partisans de ces nouvelles cours de récréation fait penser, jusque dans le vocabulaire, aux thèses contestables des « études de genre ».

On passe facilement de la question légitime de l’égalité entre filles et garçons, qui tient de l’éducation, à celle, plus controversée, du genre, qui tient de la construction idéologique. On se souvient de la polémique soulevée par les positions ambiguës de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, puis ministre de l’Éducation nationale, sous le mandat de François Hollande. D’autant plus que cette polémique était concomitante au débat sur le mariage pour tous.

Autant il est légitime de lutter pour l’égale dignité entre filles et garçons et contre les discriminations sociales ou financières qui subsistent parfois, quand ils sont adultes, autant il est dangereux de nier leurs différences. Qu’on laisse les enfants, quel que soit leur sexe, jouer avec les jouets qui leur plaisent ou aux jeux individuels ou collectifs qui les attirent n’a rien de choquant. Si un garçon veut jouer à la poupée et une fille avec un camion de pompiers, cela ne va pas bouleverser la société.

En revanche, vouloir à tout prix désexuer les jeux relève plus de l’idéologie que de la nature. La grande majorité des filles joue à la poupée. C’est peut-être en partie d’origine culturelle, mais ce serait faire preuve d’un esprit bien sectaire que de nier que ce puisse aussi être une tendance naturelle. Ce n’est pas être vieux jeu que de penser qu’il est normal qu’une fille ait envie de jouer à la maman. Ni d’estimer qu’il vaut mieux, pour un enfant, avoir un père et une mère, même si les accidents de la vie font que ce n’est pas toujours le cas.

La véritable égalité ne consiste pas dans la confusion des genres. Bien au contraire, nier les différences entre filles et garçons, c’est leur ôter ce qui fait leur spécificité et leur richesse.

Plutôt que de dépenser du temps et de l’argent à aménager des cours de récréation « non genrées », les municipalités feraient mieux de lutter contre les vraies manifestations de ségrégation entre filles et garçons, qui se développent dans certains quartiers. Ou contre certaines modes vestimentaires, issues d’une culture où la femme est inférieure à l’homme. Mais de cela, curieusement, on évite de parler.

À lire aussi

Alain Juppé quitte Bordeaux pour le Conseil constitutionnel : deviendra-t-il enfin « sage » ?

Une page va donc se tourner pour Bordeaux. Ceux qui aiment cette ville ne peuvent que souh…