Editoriaux - Société - 19 janvier 2019

Faire des enfants pollue : ces “héros” qui se font stériliser pour sauver la planète

Ils sont une poignée à accepter le sacrifice. Héros des temps modernes, aussi méconnus que déterminés. Leur ambition : sauver le monde. Rien de moins. Leur arme : la stérilisation volontaire. Leur credo : faire des enfants pollue ; pour sauver la planète, il faut éteindre l’espèce humaine.

Cela ne se passe ni dans un film de Spielberg, ni dans un comics américain, mais en France, au sein du Mouvement pour l’extinction volontaire de l’humanité (si si, ça existe). “Save the Planet, Make No Baby”, le slogan en octosyllabe est efficace et vendeur.

Ainsi, ces estimables philanthropes considèrent très sérieusement que l’homme est le pire ennemi de la planète, et que sa prolifération entraînera à court terme la destruction de notre astre préféré. Pour Florence, le simple fait de vivre pollue. Pour d’autres, l’exploitation des énergies fossiles cessera un jour. Quel rapport ? Selon l’un d’entre eux, si la population mondiale est passée de 1,6 milliard d’habitants, en 1900, à près de 8 milliards, aujourd’hui, c’est uniquement parce que l’homme a trouvé comment exploiter des énergies fossiles en masse. Admirez la justesse du raisonnement. L’homme ne vit pas seulement de pain, mais aussi de pétrole…

Voici donc des hommes et des femmes qui se sont fait stériliser. Vasectomie pour les uns, ligature des trompes pour les autres, l’intervention est définitive et irréversible. Ils sont volontairement stériles, incapables, désormais, de concevoir un enfant. Florence a 24 ans. Elle déclare : “Faire des enfants est devenu un choix égoïste, à mon sens.” Et pour cela, elle a définitivement renoncé à la maternité. Sans penser que, d’ici dix ou quinze ans, sa conception du monde pourrait changer…

Ce qui ressort des propos de ces volontaires pour l’humanité est surtout un égoïsme viscéral et sans détour. “On va très rapidement manquer de ressources et je n’ai pas envie d’avoir à gérer l’éducation d’un enfant dans cette situation”, déclare Lou, 27 ans. Sylvain, qui vit dans une cabane, renchérit : “Élever un enfant dans un cadre aussi décroissant que le mien, c’est trop d’angoisses.” Quant à Sereb, il a découvert la Lune : “Je me suis rendu compte que l’humanité n’a pas su faire le choix entre vivre à quelques dizaines de millions d’êtres humains avec un haut confort, et vivre à quelques milliards avec un niveau de vie modeste.”

Les Anglo-Saxons parlent des DINK. Double Income, No Kids. Élever un enfant coûte cher, sans aucun doute. Et les couples qui s’en dispensent ont un niveau de vie incomparablement plus élevé que leurs homologues ouverts à la vie et à la transmission. Ce qu’expriment ces sectateurs de la décroissance démographique n’a pas grand-chose à voir avec la sauvegarde de la planète. C’est un besoin de confort individuel immédiat, évitant les contraintes, sans aucune réflexion un tant soit peu avancée.

Car accueillir et élever des enfants est un peu plus que dépenser de l’argent et polluer la planète ! C’est, avant toute chose, accomplir la vocation de tout être vivant de perpétuer son espèce. C’est entretenir un cycle de vie indispensable à toute société. C’est, enfin, se souvenir d’une chose toute simple, tellement simple qu’elle en devient invisible : la planète est faite pour l’homme, et non l’homme pour la planète. Cela a sans doute échappé à ces écolos d’un nouveau genre.

Éteindre l’espèce humaine au nom de la défense de l’environnement, voilà une idée à laquelle il fallait penser. Lorsque tous ces gens mourront d’Alzheimer sans jeunes pour les prendre en charge, ils auront déjà oublié. Cela vaut peut-être mieux…

À lire aussi

Une école salafiste ? Jean-Michel Blanquer ne voit pas plus loin que le bout de son nez !

Jean-Michel Blanquer a utilisé le mot qui fâche. Salafiste. Un mot qui lui vaut un procès …