Et maintenant, le premier mariage à trois !

Ecrivain, journaliste
Son blog
 

On l’apprend incidemment dans la presse, entre deux projections stratosphériques du nombre de futurs députés EM : la Colombie vient de reconnaître un premier ménage à trois. Europe 1 raconte en ces termes la jolie chute de ce conte de fées :

« Ils sont trois hommes, s’aiment, mais la loi ne reconnaissait pas leur famille. Leur situation a changé depuis que la Colombie a officiellement légalisé leur foyer. »

​‌”

Ce « trouple », qui réunit un acteur, un éducateur physique et un journaliste, est « une reconnaissance que d’autres familles existent », selon German Rincon Perfetti, avocat de l’association LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexuels). Je sais, l’acronyme se rallonge, et ce n’est sans doute pas fini ; avec un peu d’imagination, on peut convoquer ainsi tout le clavier AZERTY : multisexuel, alternativsexuel, polysexuel… on n’a rien trouvé pour w, comme dit l’alphabet scout, mais vous avez sûrement des idées.

Oui, enfin, la Colombie, c’est loin d’ici. Penses-tu, la logique imparable va nous rattraper aussi. « Nous sommes une famille polyamoureuse ! », s’exclame un des jeunes mariés. L’amour est plus fort que tout. Tout ce qui compte est l’amour. Qui êtes-vous pour juger leur amour ? On ne peut rien contre l’amour. C’est la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens prise au lasso, ficelée et promenée sur un char de la Gay Pride, à son corps défendant, comme les martyrs dans leur charrette. Viens là, Gilbert Keith, rayon vertus chrétiennes devenues folles, on tient un champion du monde : l’amourrrrrrr !

On connaissait le no border, le no gender, voici le no number : le chiffre 2 est normatif, le couple un concept réactionnaire. La diversité numérique nous enrichit. Pourquoi l’institution qu’est le mariage stigmatiserait la quantité en excluant les multouples ?

C’est une conséquence logique et prévisible – à long terme, en France, sans doute, « la société [n’étant] pas prête », pour reprendre les mots d’Emmanuel Macron à propos de la GPA – de la loi Taubira dite, comme on le sait, « du mariage pour tous »… et non « du mariage pour tous sauf pour certains ».

Et c’est évidemment – signalons-le en passant, même si c’est une lapalissade – la porte ouverte à la polygamie. La boucle sera bouclée.

Pour défendre la liberté d'expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

À LIRE SUR BOULEVARD VOLTAIRE