Polémique sur la limitation de vitesse : Édouard Philippe perd le premier round

Édouard Philippe, ce boxeur amateur, s’est pris un crochet qui le conduira peut-être à réfléchir. On vient d’apprendre que le nombre de morts sur les routes de France a baissé de 9,3 % en juin par rapport à l’année précédente : on roulait pourtant encore à 90 km/h. Nous n’aurons pas le mauvais goût de ne pas nous réjouir de cette baisse de la mortalité routière, qui confirme une tendance générale observée depuis 2017. Il n’empêche que cette courbe descendante prouve que le nombre de morts peut diminuer sans une mise en œuvre généralisée des 80 km/h.

En dépit des protestations des associations d’automobilistes et de motards, des appels de nombreux parlementaires et élus locaux, le Premier ministre a imposé cette limitation sur 400.000 kilomètres de routes secondaires, sans compter toutes les routes départementales et vicinales. C’est à croire qu’il veut imposer sa marque et défendre cette mesure envers et contre tous pour montrer qu’il n’est pas une potiche, bien que le président de la République ait usurpé la plupart de ses prérogatives.

À moins qu’il n’ait cédé à la facilité en se dispensant d’étudier les véritables solutions pour réduire le taux d’accidents, à commencer par l’entretien des routes et une politique de prévention et d’éducation efficace dans la lutte contre l’alcool et la drogue au volant. Il est vrai que, lorsqu’on diminue les subventions attribuées aux départements et qu’on soutient un Président qui a une position fluctuante sur l’usage du cannabis, il est difficile de proposer de telles mesures.

« L’objectif, ça n’est pas d’emmerder le monde », a-t-il souligné à la fin du mois de juin, « c’est de faire en sorte qu’il y ait moins de morts et moins de blessés graves. » Et pourtant, il emmerde le monde, notamment les Français des territoires ruraux, qui n’ont souvent aucun moyen de transport alternatif. Rien ne prouve, au demeurant, que la limitation de vitesse à 80 km/h permettra de sauver des vies supplémentaires, malgré les spots publicitaires à la télévision. De mauvais esprits pensent même qu’elle pourrait inciter à des imprudences, pour effectuer un dépassement par exemple, et causer autant, voire davantage d’accidents.

Le plus grave, dans cette affaire, c’est la volonté d’imposer d’en haut une limitation uniforme, quand le bon sens indique qu’il faudrait adapter la vitesse aux conditions locales, que les élus de proximité connaissent mieux que des énarques dans leurs bureaux. Et si le Premier ministre ne fait pas confiance aux élus, il pouvait missionner les préfets pour chapeauter cette opération.

L’obstination dans l’erreur n’est pas une qualité. Édouard Philippe a beau se dire prêt à assumer l’impopularité sur ce sujet, il gagnerait un capital de sympathie s’il déléguait aux départements la mission de réguler la vitesse. Ce juppéiste, devenu conseiller stratégique de François Fillon après la primaire, a bien accepté, sans état d’âme, de devenir le Premier ministre d’Emmanuel Macron : il ne perdrait pas sa dignité s’il venait à changer d’opinion sur la limitation de vitesse et prouverait, par la même occasion, qu’il n’est pas un simple fantoche qui veut passer pour un dur.

Commentaires fermés sur Polémique sur la limitation de vitesse : Édouard Philippe perd le premier round

À lire aussi

Les squatteurs ont-ils plus de droits que les propriétaires ?

Ah, les bonnes âmes ! Mais que se fatiguent-ils ainsi ? Il suffit d'encourager les migrant…