Editoriaux - Polémiques - Politique - 4 novembre 2018

En mai, seule l’union fera pencher la balance

Marine et Nicolas, au travail !

J’avais écrit ici même un pamphlet intitulé « Le méprisant de la République ». Aujourd’hui, je ne sais même plus quel adjectif lui attribuer, mais le problème n’est plus ce personnage que des Français dupés ont élu à la présidence. Le problème se situe à droite. Les Républicains, qui refusent toute alliance, s’égarent dans un marécage où le peu de foi d’un Laurent Wauquiez, pourtant sympathique, mais peu charismatique, les conduit inévitablement. S’ils atteignent 15 % aux européennes, ce sera sans doute un miracle. Alors, qu’attendent donc les autres candidats ?

Imbus de leur personnalité, persuadés qu’il et elle sont les meilleurs, ils ne veulent pas céder de terrain. Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan n’ont toujours pas compris qu’unis, ils peuvent bouleverser la donne. Ils peuvent renverser le tableau des statistiques. Soutenus par les personnalités de droite comme Jean-Frédéric Poisson, Robert Ménard, Thierry Mariani, etc., et par des réseaux sociaux de plus en plus puissants, ils peuvent convaincre les électeurs LR de voter pour une liste commune qui ne donnerait aucune chance aux candidats LREM, dont le patron est en perdition.

Marine Le Pen comme Nicolas Dupont-Aignan ont le même discours, les mêmes arguments basés sur une vie de combat et d’expérience politique. Il serait incompréhensible pour leurs électeurs, et pour les Français qui hésitent encore sur quel parti porter leur choix, qu’ils ne fassent pas alliance, qu’ils ne se présentent pas sur une liste commune. Je pense aussi au remarquable Asselineau, dont l’intelligence et la culture politique sont de précieux atouts.

L’avenir de l’Europe et de la France est entre leurs mains. Macron, Wauquiez et Mélenchon ne devraient pas résister à une liste qui souhaite redonner à la France sa souveraineté face à une Europe des technocrates qui a failli.

Alors, pourquoi ne pas permettre à Nicolas Dupont-Aignan d’être en tête de liste et à Marine Le Pen, puisqu’elle l’a elle-même proposé, d’être en position non éligible. À Louis Aliot et à d’autres stars du Rassemblement national de se partager une liste de la Vraie Droite avec des candidats de Debout la France, d’autres issus des sociétés civiles. Je verrais bien le jeune Érik Tegnér rejoindre le brillant Jordan Bardella.

Un programme commun de droite élaboré à partir des propositions des deux principaux partis a toutes les chances d’emporter une majorité confortable. Et si Laurent Wauquiez et les ténors des LR continuent à diaboliser leur droite, qu’ils ne s’étonnent pas de leur échec.

L’Europe évolue vers un renouveau des patries solidaires. Et plus Emmanuel Macron accablera de tous les maux les partis dits nationalistes, plus les électeurs rejetteront son discours. Il n’est qu’à voir les réactions face au clip de propagande que des communicants déboussolés ont proposé à l’Élysée, croyant réussir à convaincre les Français de rejeter le vote populaire.

Alors, Marine et Nicolas, au travail ! Retrouvez la bonne entente de la présidentielle. Des millions de Français n’attendent que votre poignée de main.

Commentaires fermés sur En mai, seule l’union fera pencher la balance

À lire aussi

La jeunesse européenne et les migrants

La pauvre Debora aurait été bien malheureuse dans cette immense salle de Rome qui acclamai…