La croix, bannière de la résistance française à l’oppression laïciste

 

À son corps défendant, la petite croix paisible d’un cimetière de campagne est en train de semer le trouble car elle indisposerait un pinailleur de la laïcité, de l’espèce de ceux, peut-être, qui, il y a quelques années, déifiaient l’étoile rouge ou la rose mitterrandienne.

Faisant fi d’une certaine tradition chrétienne française – qui ne compte plus ses bourreaux, tapis dans tous les recoins de la nation –, un habitant du village de Prinçay, dans la Vienne, s’est vigoureusement opposé au maire de sa commune, lequel, soutenu par les autres administrés, refusait d’accéder à sa demande : « Tout commence en 2014 lorsque Philippe Bonn, dont le père est enterré à Prinçay, écrit au maire de la commune pour que soit enlevée, au nom de la laïcité, la croix qui surmonte le portail en fer forgé du cimetière. L’homme s’appuie sur le fait qu’en 2002, lors de l’enterrement de son père, aucune croix ne figurait sur le portail en bois alors en place » (La Croix). Une croix, rappelle le maire, qui « était déjà présente sur l’ancien portail ».

Monsieur Bonn préférant sans doute remuer du vide plutôt que de s’infliger un examen de conscience qui l’éclairerait sur la stérilité de sa démarche – une croix sur une grille de cimetière, que je sache, ne fait pas de tapage nocturne ni ne dégrade le paysage ! –, le tribunal administratif de Poitiers a été saisi de cette ténébreuse affaire. Se trouvant fort démuni, ce dernier a alors demandé son avis au Conseil d’État, qui a répondu que cette innocente croix ne saurait être contraire à la laïcité, précisant « la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État ayant prévu cette exception » (Europe 1). La croix recevant la bénédiction de la loi de 1905, j’en suis tout retourné !

« Alors même qu’un cimetière est une dépendance du domaine public de la commune, la loi réserve notamment la possibilité d’apposer tels signes ou emblèmes sur les terrains de sépulture, les monuments funéraires et les édifices servant au culte », a ajouté ledit Conseil.

Et puisque cette affaire cruciale – c’est le cas de le dire ! – n’est pas encore tranchée, à la manière d’Alexandre, ce sera à nouveau au tribunal administratif de Poitiers de rendre sa décision dans les semaines à venir. Et on se demande encore pourquoi les tribunaux sont engorgés !

Au moins, cette histoire, plus absurde qu’un sketch des Monty Python – en nettement moins inventif –, confirme ce que le regretté Claude Chabrol pensait de la bêtise : « La bêtise est infiniment plus fascinante que l’intelligence, infiniment plus profonde. L’intelligence a des limites, la bêtise n’en a pas. »

En attendant, je continuerai de porter autour du cou la mienne, de croix, et malheur à qui voudrait me l’ôter !

POUR ALLER PLUS LOIN