[Wokisme] La mairie de Paris veut « régler son cas au général Bugeaud »

Capture d’écran 2023-12-08 à 13.28.05

On les appelle couramment « les maréchaux ». Ce sont les boulevards qui ceinturent Paris de porte en porte, juste avant le périphérique. Ils portent des noms illustres, ceux des maréchaux d’Empire : Ney, Soult, Murat, Berthier, Gouvion-St-Cyr, Lannes, Brune, Jourdan, Kellerman, Masséna… et puis il y a les avenues qui s’y raccordent et racontent elles aussi notre Histoire. Ainsi l’avenue Maréchal-Bugeaud – homme du Second Empire, celui-là – qui va de la place Victor-Hugo à la porte Dauphine, dans le XVIe arrondissement. Une « figure féroce de la colonisation », titre Libération, que la mairie de Paris entend déboulonner.

Dans un vocabulaire tout empreint d’élégance, l’adjointe à la mémoire Laurence Patrice l’a dit tout net : « On propose de régler son cas au général Bugeaud. » Et d’expliquer dans un communiqué à l’AFP : la décision se justifie par « le discrédit qui frappe aujourd'hui la mémoire de Robert Bugeaud » et le « rôle éminemment néfaste qu'il a tenu dans l'Histoire de ces deux pays ».

Effacer Bugeaud, l'obsession d'Aphatie

Puisqu’il faut rendre à César ce qui lui appartient, rappelons que l’initiative de ce règlement de comptes revient à l’ineffable Jean-Michel Aphatie. Une démarche que rapportait ici même Samuel Martin, en octobre dernier. J.-M. Aphatie et Olivier Le Cour Grandmaison, politiste (sic) de son état, ont en effet publié dans Le Monde du 21 octobre dernier une tribune sous le titre « À Paris, comme dans les autres villes concernées, la glorification du maréchal Bugeaud n’a que trop duré ». Soit un problème crucial pour la vie des Français.

Déjà, en décembre 2021, l’adjointe à la mémoire confiait au Monde Afrique son rêve d’effacer celle du maréchal Bugeaud. Dans un étrange raccourci, on pouvait lire : « Depuis la mort de George Floyd – un Afro-Américain étouffé par un policier blanc aux États-Unis le 25 mai 2020 à Minneapolis –, l’avenue parisienne est devenue un symbole pour les partisans d’une décolonisation de l’espace public. » Bugeaud comme Derek Chauvin, donc. Et Laurence Patrice d’ajouter : « Sur les réseaux sociaux ou les plateaux de télévision, historiens, membres de la diaspora algérienne et journalistes – comme Jean-Michel Aphatie – ont été nombreux à rappeler que le maréchal était à leurs yeux un "assassin" et un "boucher". »

Une fois de plus, on voudrait pouvoir hausser les épaules, tellement les raccourcis du wokisme sont ineptes, tellement ils témoignent d’une ignorance crasse doublée d’une insondable bêtise. Hélas, ce sont les ingrédients du fanatisme, lequel, en l’occurrence, consiste à vouloir gommer l’Histoire. Celle du monde doit commencer aujourd’hui, avec les œillères du temps présent, sans savoir, sans recul aucun.

Une décision prise sans concertations

En deux mandats municipaux, Anne Hidalgo, porte-drapeau de cette idéologie, aura réussi à transformer Paris en un champ de foire crasseux, reflet des lubies contemporaines. On féminise à tour de bras : « Depuis 2014, 125 hommages ont été rendus à des femmes de tous horizons », se glorifiait la mairie, en 2021. Très bien ! Mais fallait-il pour autant ajouter un prénom féminin aux noms des familles illustres qui ont fait notre Histoire ?

« La commission de dénomination des rues, voies, espaces verts et équipements publics municipaux travaille en lien avec les mairies d’arrondissement, les adjoint·e·s concerné·e·s et différentes directions de la ville », assurait alors la mairie de Paris, qui pratique toujours l’écriture inclusive. Faux, répond aujourd’hui le maire LR du XVIe, Jérémy Redler, qui affirme n’avoir jamais été consulté à propos de l’avenue Bugeaud. « C’est une erreur politique d'entrer dans cet engrenage », dit-il, évoquant le casse-tête à venir pour les riverains. Mais qui se soucie encore des Parisiens ?

Marie Delarue
Marie Delarue
Journaliste à BV, artiste

Vos commentaires

20 commentaires

  1. Honte à ces gens. On voit par là même qu’ils n’ont pas grand chose à faire de leur propre carcasse. Je préconise, pour ces esprits déliquescents une prise, ou plutôt une reprise, de conscience avec la vie réelle. Un bon vieux travail manuel, bien dur, bien fatiguant, pour que leur esprit échauffé par une stupidité torride incite leur corps, bien fatigué, à dormir pour récupérer de leur fatigue. De fait leur cervelle qui subit un retard à l’allumage n’aura ainsi pas le temps d’engendrer des élucubrations stériles. Surtout Apathie, avec sa « hauteur » d’esprit, je le vois bien monter sur une toiture pour nettoyer la mousse avec une brosse en fer. Quant à Anne Hidalgo elle devrait participer aux rebouchages des trous qu’elle a fait faire dans Paris. Activités physiques utiles pour Apathie et Hidalgo ou « Un esprit sain dans un corps sain ».

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois