Vous reprendrez bien du toz ? Cet enrichissement culturel venu d’ailleurs

dom-hill-0wMLZNbE8Ac-unsplash

Jack Lang peut se réjouir, lui qui prônait, en 2020, « la langue arabe, trésor de France » et militait pour l’enseignement de cette langue à l’école, il semblerait que nos petits Français d’origine immigrée aient bien réussi à transmettre leur culture dans les cours de récré. Si le « verlan » ou le « franglais » étaient, jusque-là, employés pour paraître plus familier, ce sont désormais des expressions arabes qui tendent à les remplacer. On a les maîtres à penser qu'on mérite, Lagarde et Michard au placard ! Savourez, à la place, ces douces syllabes orientales aux sonorités gutturales. Appréciez plutôt.

Ainsi, pour communiquer avec vos ados (ou préados, ça vient vite !), ne dites plus « bien fait pour toi » mais « cheh ». Vous pouvez tester leur réaction en l’accompagnant du frottement du pouce sur le menton : succès garanti ! Vous vous interrogez sur une situation inédite, quelque chose vous surprend ? Remplacez les « qu’y a-t-il », ou « plaît-il » par « wesh ». Car il devient compliqué de lâcher un « quoi ? » sans entendre une petite voix répondre « coubeh » et se moquer. Là encore, signe manifeste d'un enrichissement de la pensée de notre époque civilisée. Une chance pour la France, paraît-il.

Toute cette déliquescence de notre patrimoine linguistique si riche vous désole et vous fend le cœur ? Vous avez donc le « seum », autre expression arabe pour désigner le vif ressentiment mêlé d’écœurement, selon le Larousse. Et en y ajoutant l’adverbe trop, vous pouvez y apporter une nuance : avoir « trop le seum » désignera, cette fois, la haine ou la colère.

Si d’aucuns désignaient l’âme sœur, la fiancée ou la petite amie par l’élégante locution « meuf » (« femme », à l’envers), expression arabe oblige, la génération Z parle désormais de sa « zouz ». L’on ne sait de qui La Zarra serait la zouz, puisque l’artiste qui représentait la France à l’Eurovision 2023 est pudique sur sa vie privée. À l'évidence, elle l’est nettement moins pour faire connaître au grand public le « toz ». Ce qui avait tout l’air d’un doigt d’honneur serait, selon la chanteuse maroco-canadienne, « un geste de déception que l'on utilise entre amis ». Sauf qu’en France, ce geste ne s’utilise pas vraiment entre amis, alors, pour enrichir notre patrimoine culturel, Le Point a fait appel à une spécialiste. Une docteur en science du langage expliquait ainsi, sérieusement, que « pour différencier les deux [le toz du doigt d'honneur], il faut faire attention au placement des doigts. Dans son geste, on peut voir que tous les doigts sont sortis, notamment le petit doigt et le pouce. » Nuance subtile qui avait échappé aux grossiers ignares que nous ne sommes plus, désormais bien initiés à ce geste de sympathie qu’il convient de manifester entre amis.

En revanche, vous n’aurez pas besoin de « chouffer », sauf à faire le guet pour le compte d’un dealer… La richesse des techniques linguistiques utilisées dans les banlieues vous esbaudit ? Vous rêvez d’employer à bon escient la « hass », ou de traiter votre voisin de « babtou » ? Il faudra de toute urgence vous procurer ce dictionnaire pour comprendre ou maîtriser « cette langue en perpétuelle création ». Sinon, qu’à cela ne tienne, attendre encore un peu, le Grand Remplacement du français est en cours. Work in progress. Chrétien de Troyes, La Fontaine, Daudet, du Bellay, Molière, Hugo et Flaubert, revenez vite, ils sont devenus fous !

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

25 commentaires

  1. Faudrait communiquer cet édito à notre Chef d’Etat afin qu’il sache lui aussi à quel point ces peuples sont une chance et un véritable enrichissement culturel pour la France tellement en retard par rapport à eux. Merci Macron, nous sommes comblés et heureux de tout ce que vous faites pour les gueux ! Sans vous, que serions-nous devenus ?

  2. Il n’y avait donc aucun chanteur bien français pour nous représenter avec une vraie chanson , un vrai beau texte, au lieu de ces clowneries ??

  3. Après le woke, l’écriture inclusive, voilà les expressions venus d’ailleurs pour enrichir le vocabulaire et l’art de s’exprimer de nos chères têtes blondes (je le fais encore cette fois mais j’écrirai tête brune ou crépue la prochaine fois, promis…).

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois