Eurovision : La Zarra, digne représentante de l’élégance à la française

La Zarra
Ce week-end, c'était le concours de l'Eurovision - un bien bel événement au cours duquel toutes les nations d'Europe (au sens le plus large du terme) se retrouvent pour s'affronter dans un concours de chant. Chansons de variété kitsch, illustres inconnus, paroles consensuelles, chorégraphies bébêtes, ambiance disco-pop : on connaît tout ça par cœur. L'Eurovision est également, on s'en souvient, l'occasion de faire avancer la cause des minorités : de Joëlle Ursull chantant « White and Black Blues » au transsexuel Dana International en passant par le travesti barbu Conchita Wurst, la cause woke n'a jamais eu besoin de hausser la voix pour obtenir les faveurs de ce concours de chant.
Cette année, la représentante de la France était La Zarra, de son nom complet Fatima-Zahra Hafdi. Cette artiste québécoise d'origine marocaine interprétait la chanson « Évidemment », qui n'a pas recueilli les faveurs du public et lui a valu une décevante seizième place. À l'annonce de son classement, La Zarra a fait un geste que certains ont pris pour un doigt d'honneur. Les images laissent place à l'interprétation (on en vient à demander l'arbitrage vidéo pour un doigt d'honneur à l'Eurovision...). Renseignements pris auprès de l'intéressée, il s'agissait d'un « geste culturel » qui exprime l'indifférence ou le fatalisme, un geste baptisé « toz ». Cette onomatopée signifie « prout », en arabe du Maghreb.
Comme si ce geste ambigu et cette traduction scatologique ne suffisaient pas à écorner l'image de la France, La Zarra a disparu de la « green room », la loge des résultats, avant l'annonce du vainqueur. L'explication qu'elle a fournie est pourtant simple : « Ma vessie est très petite. Je devais me lever pour aller me soulager. » Dans ce cas...
Doigt d'honneur, prout, pipi : dans la cour de récréation de l'Eurovision, le pays de Louise Labbé, Ninon de Lenclos, Madeleine de Scudéry ou Marcelline Desbordes-Valmore semble soudain retombé en enfance. La France est-elle devenue une vieille dame gâteuse qui ne sait plus montrer au monde que des demi-artistes québécoises adeptes de « toz » et communiquant sans fausse pudeur sur la contenance de leur vessie ? Peut-être. Peut-être est-ce également le format du concours qui veut cela.
Les internautes grincheux s'insurgent contre ce spectacle quelque peu honteux. D'autres, au contraire, défendent la chanteuse. Qu'il nous soit ici permis de nous placer dans le camp des indifférents et d'espérer, pour La Zarra, ses contempteurs et ses admirateurs, un prompt et définitif retour à l'anonymat.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 16/05/2023 à 8:01.
Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

80 commentaires

  1. On n’avait pas trouvé de française assez minable. on est allé chercher une quebecquoise. Il était hors de question de gagner. Bravo, c’est réussi. Mais on a eu le buzz. On parle de nous !

  2. La prochaine fois il faudra choisir une Française pour représenter la France. Mais ce genre de compétitions n’intéressent plus grand monde. Je n’ai pas regardé et avais envie de passer une bonne soirée. L’année prochaine, peut-être un groupe avec Macron, Zelensky, Darmanin et quelques autres triés sur le volet. Une bonne soirée en perspective…

  3. L’EUROVISION devrait à l’avenir faire le tri avant de laisser de telles personnes participer au concours. Pourquoi choisir une personne étrangère ? Jamais je n’ai écouté cette émission mais comme on a l’article sous les yeux, on ne peut s’empêcher d’être édifiés. Ce doigt d’honneur est culturel dit-elle. Surprenant ! mais c’est peut-être de cette manière que les gens se saluent au Maroc ? La France devenue pays multiculturels, nous réserve quotidiennement des surprises mais malheureusement, bien plus souvent mauvaises que bonnes hélas….mais ça, c’est de la faute à notre Gouvernement.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois