Mardi 29 août, le ministère de l'Éducation nationale avait pourtant opté pour une valeur sûre en décidant de confier à des élèves le soin d'actualiser, dans un anglais hésitant, le célèbre « I Had a Dream » de Martin Luther King, dont on fêtait le 60e anniversaire de la mort. Chacun des enfants exposait ses propres rêves. Rien de bien original, évidemment : les rêves formatés de ces enfants de la République auraient pu être rédigés par des scénaristes de France Télévisions. Inclusion, climat, égalité, planète... Il ne manquait qu'une fresque réalisée en graffiti, évoquant Nelson Mandela, ou une ribambelle de jeunes filles levant le poing devant une photo de Simone Veil, et on avait fait le tour du programme de l'enseignement secondaire.

Hélas, trois fois hélas, il y avait un problème - que des internautes vigilants ont immédiatement dénoncé avec la délicatesse propre aux réseaux sociaux. Un problème choquant : tous ces enfants - j'espère que vous êtes assis - étaient blancs. Vous imaginez ça, en France, en 2023 ? On ne cesse de nous dire qu'il y aura, en 2070, autant d'extra-Européens que de Français de souche, et les profs continuent à nous montrer des Blancs ? Une blague ! Dominique Sopo lui-même, le si bien nommé président de SOS Racisme, y est allé de son petit commentaire : « Grâce au choix des élèves dans ce clip, le ministère de l'Éducation nationale montre que "I Have a Dream" reste d'une criante actualité. Comme disait Martin Luther King, "je rêve qu'un jour, les petits garçons noirs et les petites filles blanches pourront se donner la main". »

Toujours plus de diversité

On ne peut qu'aller dans le sens de Dominique Sopo, et de Martin Luther King. Le problème, c'est que le racisme n'est pas uniquement le comportement des Blancs vis-à-vis des Noirs. Reprocher aux autres leur couleur de peau est un sujet transverse, comme on dit.

Derrière ce déferlement de haine contre des élèves blancs qui pensaient pourtant (ainsi que leurs profs) avoir coché toutes les cases du politiquement correct - qui pensaient « se faire aimer » en récitant la vulgate républicaine -, il y a autre chose. Quelque chose de bien plus grave. On ne se contente plus de demander des efforts aux Français de souche (tout en disant qu'ils n'en font jamais assez): on veut qu'ils disparaissent. Tout simplement. De la diversité jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus. Ce n'est peut-être pas ce que Martin Luther King avait en tête...

8743 vues

31 août 2023 à 18:27

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

45 commentaires

  1. Même à propos du discours de Martin Luther King, le racisme veut s’imposer (ici, anti-blanc). Quelle honte !

  2. On est dans un pays de blancs avec des racines chrétiennes ceux qui n’aiment pas sont libres de partir .

  3. A la chanson de Nougaro sur Armstrong, où le chanteur souhaitait être noir, un « fan » avait écrit cette formule ravageuse : « T’as qu’à te foutre du cirage noir sur la gueule ». Nougaro s’était marré…

  4. Problème général que j’appelle la Bamako publicité. Lors qu’on voit toutes ces annonces publicitaires la télé, je me pose la question « est-on encore en France? ».Pourquoi ne voit-on pas d’asiatiques, des Polynésiens…

  5. Ne leur en déplaise ! Le peuple français, européen est un peuple blanc ! Il n’y a pas à tergiverser ! Point !

    1. Alors, qu’il réagisse!!! Qu’il montre sa volonté de rester maître CHEZ LUI !
      Mais ça, bêtise ou inconscience, c’est une autre affaire…

  6. Excellente réflexion. Les racailles ne connaissent que la loi du plus fort, et pendant que les Français de souche font des efforts, les racailles ne songent qu’à les exterminer. Il serait temps d’ouvrir les yeux.

    1. Il n’y a que dans les dictatures totalitaires que l’on peut imposer le fond et la forme des émissions TV, même soi-disant privées, mais en fait ne pouvant survivre qu’à la discrétion des autorités. Ex. : RT France, Spoutnik, etc.

  7. Diviser pour mieux régner et monter les Français les uns contre les autres. Bien joué. Les hommes se battent et le diable ricane.

  8. ce qui est tres curieux c’est que l’on parle toujours de petits garçons noirs avec de petites filles blanches et pas l’inverse de même dans les pubs télé c’est toujours le mâle noir avec la jolie blanche, bon on connait sos racisme anti blanc n’est ce pas

    1. A mon époque ( années 60), c’était plutôt l’inverse : le baroudeur blanc ramenait , s’il avait bon coeur, sa maitresse/ bonne noire et les petits cacaos en France, au risque de choquer.

  9. Mais qu’il y’en a marre de cette gauche pastèque. Ou est le problème ? car il faut en revenir aux fondamentaux; la France est un territoire de blancs de culture judéo-chrétienne depuis toujours. Donc un clip avec de petits blancs n’a rien de choquant, au contraire, tout est normal. D’un autre côté, tant pis pour les promoteurs de Luther King si le clip a été effacé, ce n’est pas non plus notre pays. Et que Sopo en vienne à penser à un petit garçon noir qui donne la main à une petite fille noire, où qu’il en arrive à arrêter de penser de travers.

  10. De l’interdiction de dire qu’il y a trop de non-blancs en France on est passé à l’affirmation qu’il y a trop de blancs en France.

  11. Qui s’est occupé de la sélection des gamins pour ce film ? Il fallait propablement des jeunes capables d’aligner quelques phrases en anglais. Ceci explique peut-être le choix des intervenants… Personnellement, je ne comprend pas pourquoi il était nécessaire de faire cet hommage en anglais.

Les commentaires sont fermés.