Il domine avec majesté le lac d’Annecy, offrant à ses hôtes une vue à couper le souffle. L’on dit que sa silhouette romantique aurait même inspiré Walt Disney pour créer son château de la Belle au bois dormant. Situé à 600 mètres d’altitude sur un éperon rocheux, le château de Menthon-Saint-Bernard a pour particularité d’appartenir à la même famille depuis plus de mille ans. Une caractéristique qui lui a permis de ne pas subir de tabula rasa. « Chaque génération a été soucieuse de l’entretenir », souligne Dorian Anthoine, responsable de la conservation et la valorisation de ce joyau d’architecture savoyarde.

D’abord forteresse construite au XIIe siècle pour dominer les montagnes, les cols et le village, l’édifice est transformé, au fil des siècles, pour devenir une résidence de style néo-gothique selon le style de Viollet-le-Duc. Autre spécificité de ce château resté une résidence estivale pour la famille, il est entièrement meublé et témoigne de la vie de ces 23 générations qui se succèdent dans cette demeure seigneuriale.

Entre architecture séculaire magnifiquement préservée et mobilier d’exception, il faut admirer la galerie à colombages, la cuisine et son passe-plat de 15 mètres de long creusé dans le rocher, le grand salon, la chambre de la maîtresse de maison aux murs recouverts de tapisseries d’Aubusson ou encore la salle des pèlerins. Mais la pièce la plus emblématique est certainement cette bibliothèque comprenant un peu plus de 12.000 ouvrages, tous antérieurs à 1789, avec des incunables, c’est-à-dire les premiers ouvrages imprimés avant 1501. « Une salle exceptionnelle dans laquelle sont conservés, avec le plus grand soin, quelques grands titres, notamment l’édition originale de l’Encyclopédie, l’édition originale de Buffon, des œuvres d’Ambroise Paré, des manuscrits de Louis XIV… » précise Dorian Anthoine.

Idéalement situé entre lac et montagne, le château tient à valoriser ce domaine naturel. Ainsi, depuis 2018, un potager en permaculture a été développé et les vignes en biodynamie ont été replantées à flanc de colline.

Avec le confinement, le site doit gérer de nombreuses questions liées aux annulations des réceptions et des animations (médiévales, conférences historiques…) prévues. Si, en temps normal, le château accueille plus de 40.000 visiteurs par an, il espère pouvoir maintenir les événements nocturnes et les sons et lumières estivaux, et envisage de prolonger son ouverture jusqu’à mi-novembre pour tenter de rattraper la saison perdue de printemps. À noter, le week-end du 17 octobre, l’organisation d’un événement pour promouvoir les savoir-faire locaux : artisanat, producteurs en circuits courts.

Crédits photos : Nicolas Martinon (vue sur le lac) et Éric Sander (bibliothèque)

À lire aussi

Nos enfants, ces bons petits soldats écolos…

L’urgence, elle est climatique, elle est sanitaire, elle est écologique. …