À Cavaillon, dans le Vaucluse, des trafiquants ont monté, en une nuit, d’imposants ralentisseurs sur la chaussée destinés à freiner la police, relate 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Quatre dos-d’âne en béton armé

Dans la cité sensible du Dr-Ayme, au nord de Cavaillon, des dealers ont construit quatre dos-d’âne sur la chaussée à l’aide de béton armé dans le but de ralentir les descentes de police. Une première en France. Les constructions illicites ont néanmoins été détruites deux jours plus tard.

« Même avec une Peugeot 5008, on passait difficilement. Ces dos-d’âne étaient bien plus imposants que les ralentisseurs habituels », explique Bruno Bartocetti, secrétaire national chargé de la zone Sud du syndicat Unité SGP FO, cité par 3. « Ils ont été montés rapidement, en une nuit seulement, avec grand professionnalisme. »

 

Un « phénomène d’appropriation » par les trafiquants

La précise que les checkpoints et autres barrages improvisés sont mis en place dans plusieurs cités sensibles, où le « phénomène d’appropriation » par les trafiquants n’est pas nouveau. De telles constructions sont, en revanche, inédites.

 

Quelques jours plus tôt, un individu y avait été interpellé en possession de drogues et une voiture volée avait également été retrouvée avec deux pistolets automatiques à l’intérieur.

Aucune interpellation concernant les ralentisseurs illégaux n’a encore eu lieu.

9324 vues

7 juin 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.