Règlement de comptes à OK Corral dans le centre-ville de Montpellier. Un supposé dealer qui circulait à scooter tombe sous les balles d’un tireur. À quelques encablures de là, est venu faire de la com’ sur le thème de la sécurité. Tant de synchronisme épate les habitants. Du bla-bla d’un côté, des « tac tac » d’armes à feu de l’autre : tout est dit. Le « en même temps » bat son plein.

À bord d’une voiture banalisée de la BAC, le prélat élyséen est emmené pour une visite guidée des points de deal de la ville. À quelques minutes près, il assistait au règlement de comptes. Les sièges étaient prêts, une tribune, des jumelles… Le Président manque de peu le clou du spectacle.

Après avoir été hué ici et là par quelques badauds, le touriste sécuritaire s’engouffre ensuite dans un parking souterrain devenu l’Austerlitz de la lutte contre le trafic de stupéfiants. Au prix d’une terrible bataille, le lieu fut repris aux dealers qui terrorisaient les habitants. vient constater l’ampleur de la victoire. Dans ce trente-sixième dessous sombre et lugubre, les ex-victimes viendront le remercier de les avoir délivrées. Lui baiser les pieds, peut-être… Les caméras témoigneront de ce moment de bravoure.

Tête voilée, une femme s’avance. Non contente de ne pas sauter au cou de son sauveur, la voilà dénonçant l’absence de mixité. Hors du sujet prévu. Une sortie de route dans un parking. Du jamais-vu. « Je déplore le manque de mixité dans le collège de quartier, les gens ne mettent plus les enfants dans le même quartier, ce qui est vraiment dommage. » Bras croisés, le candidat en campagne compatit. « J’ai mon fils qui a huit ans, il m’a demandé si le prénom de “” existait vraiment ou si ce n’est que dans les livres, tellement il y a un manque de mixité dans le quartier. C’est vraiment grave. »

Un ange passe. Le moment est solennel. Une femme issue de l’immigration déplore un remplacement de population (qu’elle nomme pudiquement « absence de mixité »). La boucle est bouclée. Emmanuel n’a pas décroisé les bras. La visite tourne à la confirmation de la thèse défendue par et autres Éric Zemmour. La séquence fait le tour des . La campagne commence mal.

Quelques jours avant cette incursion souterraine dans la vraie vie, à Floirac, en Gironde, un retraité de 68 ans était retrouvé mort dans une cage d’escalier. Les premières constatations montraient qu’il avait succombé sous les coups d’une bande de « » connue dans l’immeuble. Il s’appelait Pierre. La dame pourra bientôt dire à son fils qu’il n’en existe plus que dans les livres.

20 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

4.8 12 votes
Votre avis ?
100 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Emmanuel Macron se félicite que l’Union européenne n’ait pas réservé en priorité les vaccins aux Européens

Ce gouvernement américain qui eut le culot de se préoccuper d'abord de la santé de ses con…