Réservez votre soirée sur , mardi. À partir de 21 h 05, la chaîne diffusera Apprendre à t’aimer. Un téléfilm émouvant retraçant l’histoire d’un couple bouleversé à la naissance de leur fille lorsqu’ils apprennent que celle-ci porte un chromosome 21 en plus. Afin de réaliser ce programme, Stéphanie Pillonca a recueilli plus de trente témoignages de familles concernées par l’anomalie génétique pour raconter les difficultés auxquelles elles doivent souvent faire face.

« On montre souvent le handicap dans la performance, des champions paralympiques […], moi j’avais envie de voir juste une famille normale. […] Être du point de vue du père, Franck, et oser aborder les instants douloureux et sombres, le rejet puis le deuil de l’enfant idéal et, enfin, le long chemin à parcourir pour accepter de devenir le père d’un enfant pas comme les autres. Ce film nous interroge sur le couple face aux embûches, sur la parentalité et notre capacité à accueillir et aimer un enfant pour ce qu’il est, aussi différent soit-il », déclare la réalisatrice engagée.

Ary Abittan incarne le père de cette petite fille porteuse de trisomie 21. Il aurait pu se demander « ce qu’il a fait au bon Dieu » pour se retrouver dans cette situation particulière ? Mais touché par le tournage, il confesse : « J’ai senti et compris qu’en fait, ces enfants ne demandent qu’à être aimés et à être intégrés dans la société. J’ai été frappé par l’amour réciproque qui existait entre ces parents et ces enfants. Ils ont vraiment quelque chose d’extraordinaire. Ils redonnent confiance en l’être humain. »

À l’issue de ce programme, l’animatrice Flavie Flament recevra les comédiens et les familles sur le plateau télé. La soirée continuera avec deux autres documentaires consacrés au sujet : Autistes ou trisomiques : différents et heureux ! et Trisomiques… et alors ? La fondation Lejeune annonce qu’à cette occasion, la chaîne a invité les familles avec un enfant atteint de trisomie 21 à se filmer et chanter en langue des signes la chanson « On écrit sur les murs ».

À l’heure où 97 % des enfants porteurs de trisomie 21 sont avortés, gageons que la profondeur de ces témoignages aide notre société à changer le regard qu’elle porte sur le handicap. Puisse cette soirée spéciale rappeler au plus grand nombre la beauté et la dignité de toute vie humaine.

Crédit photo @Ade ADJOU/M6

À lire aussi

Paris, une ville pour les familles ?

Il est probable que cette possibilité attrayante de pouvoir s’entasser comme des pommes da…