Les jours passent, qui nous éloignent de lattentat de Conflans-Sainte-Honorine, et lambiance de révolte et de fermeté qui avait suivi fut de courte durée. Après les rodomontades et les fanfaronnades du Président Tartarin, lheure et la place sont à nouveau aux cérémonies, au recueillement devant les lumignons et à la douceur larmoyante des veillées. À la télévision, elles alternent avec les évocations mémorielles de ce que fut la vie et lœuvre du disparu, dont on navait jamais parlé jusque-là et dont on ne parlera plus dans quelques jours, le tout enveloppé dun bon sirop de République. La République aromatise, parfume, colore invariablement tous les discours les plus insipides et les plus rabâchés depuis des années

Sur les radios et les chaînes publiques reviennent les mêmes antiennes, avec de multiples témoignages de gens et denseignants qui navaient jamais entendu parler d dans leurs classes ni du moindre incident en Seine-Saint-Denis. Et qui s’étonnent de ce qui sest passé. Le Padamalgam™ déverse sa pommade sur les plaies à moitié refermées. 

Curieux destin que celui de ces malheureuses victimes du et quon compte par centaines, désormais, elles qui non seulement payent de leur vie la lâcheté de nos gouvernants mais doivent, ensuite, devenir les faire-valoir de ces mêmes gouvernants, venus se montrer et pérorer de discours et dactions d’éclat médiatiques. Et à la citoyenne républicaine, présidente de la région Occitanie, qui, après avoir affiché les caricatures de sur la façade de l’hôtel de région, vient glorifier la République, se dit républicaine et réaffirme sa foi dans le vivre ensemble au milieu des décapitations et des égorgements, répond, depuis la cour de la Sorbonne, le Président Passoire, plagiaire du ¡No pasarán!, grand décorateur de cercueil et remetteur en scène des palmes académiques. Ses ritournelles rhétoriques résonnent sous les piliers des valeurs de la République ; car il est venu honorer celui qui avait « le visage de la République »

La République est partout, elle est la basse continue du grand cirque communicant et, autour du Président, ses prédécesseurs, ses proches parents de la famille ¡No pasarán! sont là eux aussi : lancien Président Hollande, inodore et sans saveur comme le fromage du même nom, lancien Premier ministre Tartarin Valls, obligé un jour, on sen souvient, dinterrompre sa visite des quartiers nord de Marseille à cause des rafales de kalachnikov, et le néo-ministre Dupond-Moretti, dont on se demande ce quil fait là au milieu ; il a lair ébahi par le sentiment dinsécurité qui monte en lui, suant à grosses gouttes sous son masque bleu. Et tous sont enrobés des vapeurs projetées par le nouveau spray République.

Après la lâcheté, la niaiserie, lidéologie mortifère, la tartufferie récupératrice saffiche sans vergogne et, par-dessus la foule des invités, comme sur une coupe glacée, le bon sirop de République vient tout édulcorer et parfumerBla-bla-bla RépubliqueBla-bla-bla RépubliqueVous reprendrez bien un peu de sirop de République ? Le dernier, pour la routeJusqu’à la prochaine.

La République est partout, la France nulle part. Existe-t-elle encore seulement ? Telle est la question que ne pose aucun de ces discours.

24 octobre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.