Décidément, dans notre Sud-Ouest comme partout en France, on se demande jusqu’où il faudra aller dans l’escalade de la délinquance et dans le renversement des valeurs pour qu’enfin on remette les choses à l’endroit.

Les faits

Vendredi, sur l’autoroute, près de Montauban, un chauffeur routier « a refusé d’obtempérer suite à un contrôle routier, il a pris la fuite, a percuté un véhicule de la gendarmerie dans lequel se trouvait un gendarme. Un gendarme a fait usage de son arme, le chauffeur a été touché et le camion a pris feu. L’autopsie déterminera les causes de sa mort », selon le parquet.

Samedi, on apprenait que l’adjudant de 36 ans qui a tiré avait été placé en garde à vue et que l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) avait été saisie. Selon le procureur de Montauban, Laurent Czernik, le gendarme « a été placé en garde à vue pour qu’il puisse être entendu, avec un avocat ». Garde à vue prolongée samedi, en fin d’après-midi, en raison de « vérifications et d’auditions » à faire et qui devrait s’achever dimanche après-midi, selon une source judiciaire.

Le profil du chauffeur multirécidiviste pose question

Le parquet a aussi précisé le profil du chauffeur qui a refusé d’obtempérer et a percuté un véhicule de gendarmerie : un homme « de nationalité française […] qui vit chez sa mère à Montauban », « c’est quelqu’un qui a 14 affaires à son actif et a été condamné à sept reprises ». La dernière condamnation du trentenaire remonte au mois de juin 2020, pour « des faits de droit commun. Il a notamment été condamné à trois reprises (2010, 2011, 2013) pour des faits de défaut d’assurance, des infractions routières. »

Et c’est là que notre mentalité d’automobiliste multi-contrôlé, multi-surveillé, multi-puni se pose de sacrées questions : comment cet individu, vraiment pas net au niveau routier justement, pouvait ENCORE avoir un permis ? Comment pouvait-on encore lui confier un poids lourd ? Peut-être que notre délégué interministériel à la Sécurité routière pourrait faire des propositions au nouveau garde des Sceaux ? Peut-être que les juges pourraient être plus regardants sur ce type de profil ?

Les réactions

Très vite, sur les réseaux sociaux, nous avons été nombreux à nous étonner du sort fait à cet adjudant et à nous indigner.

Nicolas Dhuicq, psychiatre, ancien député et ancien maire de Brienne-le-Château, résumait d’un tweet le sentiment de beaucoup : « »J’ai beau me dire qu’il y a eu mort d’homme, je pense que l’#adjudant de la #gendarmerienationale qui a fait son devoir en stoppant le conducteur récidiviste sous cocaïne dans son #camion aurait eu une médaille dans un pays civilisé au lieu d’être en garde à vue. »

Nous n’espérons qu’une chose : que la garde à vue permette à cet adjudant qui n’a fait que son devoir de ne pas être inquiété !

Et qu’enfin, dans ce pays, on remette les choses à l’endroit et que l’on mette hors d’état de conduire et de nuire les véritables délinquants.

9 août 2020

À lire aussi

Casseneuil : des musulmans envahissent la mairie et obtiennent la démission d’un élu. Apaisement ou soumission ?

La presse locale parle, ce matin, d'« apaisement » : pour elle, tout est rentré dans l'ord…