Le 6 janvier, au cours du journal de 20 heures de France 2. Je n’en ai cru ni mes yeux ni mes oreilles ! J’ai même failli en jeter ma tasse de café de colère ou de désespoir, voire les deux à la fois… 

Ce n’est pas un gag ! Installez-vous bien et préparez-vous. 

Un journaliste a relaté avec sérieux et un luxe de précisions, de photos et de témoignages, l’incident majeur qui vient de se produire au cours de cette phase de préparation de la campagne de vaccination qui n’en finit pas de ne pas commencer. Le personnel médical et infirmier a reçu une directive du ministère de la concernant les modalités de mise en œuvre du qui contenait des erreurs ! Comment doit-on vacciner ? À 90 degrés ou à 45 degrés ? Dans le gras ou pas dans le gras ? Faut-il pincer avec le doigt et le pouce ? Mais que faut-il pincer, la peau ou le muscle ? Comment ? L’aiguille est-elle assez longue ? Toutes questions passionnantes et intéressantes, essentielles dirais-je même, j’ai écouté avec attention malgré la hausse de ma tension au fur et à mesure du reportage. Quant à l’erreur… car oui, il y en avait une ! Tenez-vous bien : il ne fallait pas piquer dans un pli de la peau mais en intramusculaire ! Depuis, la direction générale de la santé a reconnu une erreur et a modifié son guide. Il faut désormais « tendre fermement la peau entre l’index et le pouce sans faire de pli cutané »…

C’est ahurissant. Une directive destinée au monde médical, c’est-à-dire à des infirmières et des médecins qui sont censés savoir piquer avec une seringue, qui ont appris à vacciner et qui ont déjà vacciné ! Notre haute administration éprouve l’impérieuse nécessité d’expliquer à des spécialistes, qui sont a priori censés avoir fait cela toute leur vie et avoir été, surtout, formés pour réaliser un tel acte, comment ils doivent l’exécuter. Elle se croit obligée de leur apprendre leur métier ! Et, bien sûr, elle se trompe !

Nous en sommes là !

Comment, dès lors, s’étonner qu’elle soit en retard pour la mise en œuvre du en lui-même, sa distribution, sa logistique ? Si elle perd son temps à pondre des directives de cette acabit et qu’elle est obligée de s’y reprendre à deux fois pour corriger ses erreurs ! 

Cela faisait longtemps que je savais que nous étions chez Ubu. Mais là, franchement, j’en suis resté cloué sur mon fauteuil. Quand on y réfléchit c’est monstrueux. Les inutiles nuisibles ! Mais ils n’ont que ça à faire ? 

Et que le journaliste n’ait, par ailleurs, même pas eu cet éclair de lucidité de souligner l’absurdité d’une telle directive et de cette simple idée qu’un fonctionnaire, certainement issu d’une très haute administration, puisse prétendre apprendre à des médecins comment ils doivent vacciner m’a laissé muet et pantois ! Son seul sujet était de nous expliquer quelle était la bonne technique, au cas, sans doute, où l’un d’entre nous ferait partie des 35 « tirés au sort » du Président et devrait donner son avis sur les techniques de vaccination… Mais il faut tous les enfermer, ce n’est plus possible !

Au commencement de cette campagne de vaccination et avec la diffusion du variant britannique du Covid-19, je crois que nous sommes très mal barrés !

7 janvier 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.