Turquie – Pays-Bas : les Loups (gris) sont entrés sur le stade

turquie

Samedi 6 juillet, au stade de Berlin, l’équipe nationale néerlandaise (les Oranje) affrontait la sélection turque, en quart de finale de la Coupe d’Europe. Ça aurait pu n’être que du sport, mais certaines choses ne trompaient pas. Le premier signal d’une politisation de la rencontre, côté turc, fut la présence de Recep Tayyip Erdoğan. Le président avait fait le déplacement pour voir jouer son équipe, manière de confirmer qu’il avait d’autres points communs avec Bachar ou Saddam que le port de la moustache. L’autre signal fort, qui datait de mardi dernier, était l’expulsion, vendredi 5 juillet, de Merih Demiral, suspendu pour deux matchs après qu’il eut fait le signe traditionnel de la confrérie des « Loups gris » pour célébrer un but.

Vous ne connaissez pas les Loups gris ? Faisons un peu d’Histoire. Il ne s’agit évidemment pas d’une couleur de sizaine de louveteaux, je pense que c’est clair pour tout le monde. Les Loups gris se définissent comme des « idéalistes », un mot qui, en turc, rappellera à certains d’entre vous le titre d’une très belle chanson d’In Memoriam mais ne plaide généralement pas en faveur d’une quelconque modération politique, quel qu’en soit le bord. Les Loups gris sont des Turcs ultranationalistes, antichrétiens et, naturellement, amis des islamistes et opposés aux « valeurs » sociétales d’un Occident dont ils mesurent lucidement la décadence. Les Loups gris sont violents et extrémistes, mais ils sont bien insérés dans le tissu social du continent européen, singulièrement en Allemagne – et, chez nous, en Alsace, où vit une importante communauté turque. Leur branche française a été dissoute en 2020.

Malheureusement pour Erdoğan, les Turcs ont perdu contre les Pays-Bas - deux buts à un. Et surtout, une marche de supporters a mis le feu aux poudres. Les manifestants, particulièrement vindicatifs, se sont promenés dans les rues en faisant à leur tour, comme Merih Demiral avant eux, ce signe qui consiste à imiter une tête de loup (pouce, majeur et annulaire joints, index et auriculaire écartés). La police a dû les stopper et mettre un terme à leur défilé. Il faut dire que ce n’était pas une excellente publicité pour le multiculturalisme heureux. Les multiples agressions contre des Allemands « de souche » (puisque certains de ces agresseurs possédaient sans doute un passeport allemand) et des Néerlandais n’ont pas contribué à améliorer l’image de la Turquie à l’international.


Il est probable qu’Erdoğan n’en ait cure – pas davantage que ses compatriotes qui défilaient samedi soir, d’ailleurs. La Turquie n’a pas pour habitude de demander pardon ni de regretter l’impression qu’elle donne. La diplomatie du plus fort est sa spécialité, et ce, depuis des siècles. Un pays qui a fait attendre Ursula von der Leyen comme une potiche, sur un strapontin, ne condamnera aucun des débordements de ses ressortissants en marge d’une rencontre sportive.

Pas étonnant que la légende du football allemand, Toni Kroos, préfère continuer à habiter en Espagne, comme il l’a indiqué au site Nius.de : « Quand quelqu’un me demande "Préférerais-tu laisser ta fille de 14 ans rentrer à onze heures du soir en Allemagne ou en Espagne ?", je préférerais l’Espagne », ajoutant que « l’Allemagne n’est plus le pays qu’elle était il y a dix ans ». On se demande bien pourquoi.

 

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

10 commentaires

  1. La candidate LR aux européennes qui inaugure une mosquée radicale du Mili Gorus..
    Moselle (57), 3e circo : La candidate LFI se retire au profit de la centriste Nathalie Colin-Oesterlé qui avait rencontré des responsables des Loups gris et inauguré une mosquée liée au Millî Görüş (élue avec 61,78 % des voix)

  2. On se demande bien pourquoi… Un élément de réponse, regardez à quoi ressemblent les flics en Allemagne, ils sont hors de tenue comme en France, habillés comme des ploucs, et n’inspirent pas le respect. Il me semble que tous les pays ne sont pas comme çà ! Les policiers chinois par exemple…

  3. L’élection qui donne une petite victoire aux islamo-gauchistes remplis de joie Erdogane pour qui ne l’oublions jamais, « Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées seront nos casernes et les croyants nos soldats ». çà dit bien ce que çà veux dire.

  4. En France le sport est également l’objet de cet entrisme turc. Un drapeau turc est visible au plus prés de la ligne d’arrivée de chaque étape du Tour de France. Certainement pas pour célébrer la victoire d’un coureur turc !

    • Merci de soulever cette observation.
      Je suis en effet stupéfait de ce drapeau turc systématiquement positionné en “carré VIP” à chaque étape du Tours.
      Déjà l’an dernier ce fut le cas.
      Et aucun coureur Turc dans le peloton.
      J’aimerais que nos journalistes investiguent ce qui me semble être clairement de l’entrisme.

      • « J’aimerais que nos journalistes investiguent » C’est de l’humour? Cela fait une paille que nos « journalistes » sont devenus des copieurs qui n’écrivent que sous la dictée.

  5. La question de base : pourquoi permettre à la Turquie de participer aux championnats européens de « sport » ? … Pourquoi pas le permettre à l’Australie puisqu’ils ont des avions qui sont plus solides que les avions américains ! …

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois