Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, s’est rendu à Sainte-Sophie, vendredi 24 juillet, pour la première prière musulmane dans l’ex-basilique Sainte-Sophie, reconvertie en mosquée.

Un millier de fidèles à l’intérieur, des milliers à l’extérieur 

La basilique à Istanbul est officiellement devenue une mosquée, vendredi 24 juillet. La première prière musulmane a eu lieu pour la première fois depuis 86 ans, en présence du président turc, Recep Tayyip Erdoğan, qui en a profité pour s’offrir un coup d’éclat, malgré les condamnations sur la scène internationale.

Un millier de fidèles ont pu assister à l’intérieur, à 10 heures, à la prière du vendredi au sein de l’édifice, des milliers d’autres se pressaient à l’extérieur. Une cérémonie sous haute sécurité, puisque 20.000 membres des services de sécurités ont été déployés.

Une reconversion condamnée

Construite au VIe siècle, fut à l’origine une basilique chrétienne, avant d’être convertie en mosquée à la chute de l’Empire byzantin. En 1934, le premier président de la République de Turquie, Mustafa Kemal, l’a convertie en musée. Le 10 juillet dernier, le président Erdoğan a décidé de rendre l’édifice au culte musulman, après une décision de révoquant le statut de musée.

Une décision qui a été condamnée sur la scène internationale, notamment par les États-Unis, la France ou la voisine. Le pape François s’était dit « très affligé » par cette reconversion. Mais qu’importe pour Erdoğan, qui voit dans cet acte l’occasion de galvaniser sa base électorale musulmane.

Comme un symbole, cette première prière a été fixée le jour du 97e anniversaire du traité de Lausanne, définissant les frontières de l’actuelle Turquie. Des frontières contestées par le chef de l’État, nostalgique de l’Empire ottoman.

24 juillet 2020

Les commentaires sont fermés sur cette publication.