Pendant que œuvre à faire entrer l’économie américaine dans le XXIe siècle, et redéfinir les principes géopolitiques fondamentaux du pays, le « deep state » se concentre sur l’éviction du président et l’organisation de sa prochaine guerre sainte, sa seconde nature…

Les récents efforts de Trump en matière de commerce international pourraient donc paraître futiles.

Toujours est-il que Trump a d’abord estimé que pour s’en sortir aux États-Unis, il lui fallait casser Bruxelles, centre de résistance qui représente la quintessence du marécage qu’il veut assécher chez lui. Le président américain vient ainsi de confirmer l’initiation de la négociation d’un nouveau pacte économique et commercial avec le Royaume-Uni, qui isole l’obamacratie bruxelloise et donne un énorme coup de pouce à madame May. Stratégie maritime… Trump veut aussi prolonger l’isolement de Bruxelles en soutenant le développement d’une Mitteleuropa indépendante, incarnée par la stratégie « des trois mers » développée par la . Stratégie continentale… En attendant une « détente » avec Poutine. Mais ceci est une autre

Car le “deep state” américain veille, et l’Amérique entame sa troisième guerre civile (après celles de 1775 et 1861) : la guerre des « ceux d’en haut » contre les « ceux d’en bas » (pour reprendre l’expression d’Alain de Benoist). Les « ceux d’en haut » instrumentent efficacement le capitalisme pour accomplir la prophétie marxiste de la fin de l’Histoire, éradiquant impitoyablement toute résistance identitaire, toute mémoire historique, toute spiritualité, toute soif de transmission, afin de cantonner une humanité instantanée sur un unique continent mental, une Pangée « philosophique » encerclée par un océan unique : celui de la raison universelle.

Le « parti universel » dirige aujourd’hui la ploutocratie américaine, finance les élus « du peuple » et contrôle encore trois institutions qui échappent presque totalement à Trump : la justice, les , la politique étrangère. Sans omettre les raisonneuses et moralisantes élites médiatico-culturelles.

Albert Camus disait après la guerre : “C’est la philosophie qui peut servir à tout, même à changer les criminels en juges.” Il précisait : “… à partir du moment où, faute de caractère, on court se donner une doctrine, dès l’instant que le crime se raisonne, il prolifère comme la raison elle-même, il prend toutes les figures du syllogisme… Il était solitaire comme le cri, le voilà universel comme la science” (L’Homme révolté, 1951).

Aujourd’hui, « ceux d’en haut », incapables de faire passer au Congrès une réforme du système de , en sont à leur dernier syllogisme philosophique : en votant quasi unanimement de nouvelles sanctions contre l’Iran, la Corée et la , et surtout plaçant, hors , le président sous l’autorité du Congrès (en cas d’abrogation).

Trump va-t-il signer ce texte humiliant qui fait hurler Allemands et Français concernant de nouvelles sanctions contre la Russie qui auront de graves répercussions sur leurs propres entreprises ? Ou bien, surprise, jouer Bruxelles contre le Congrès ? Il prépare le rebondissement suivant… et puis il a la baraka !

La toute fraîche affaire Imran Awan pourrait bien le prouver. Nous en reparlerons bientôt…

27 juillet 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.