Pour avoir été en poste au Niger entre 1993 et 1996, et témoin direct d’un coup d’État, je peux affirmer que s’il est un titre dont peut se prévaloir le Niger, c’est bien d’être l’un des champions africains du coup d’État militaire. Le dernier en date, celui du 26 juillet 2023, n’est en réalité que la suite de tentatives et de putschs qui sévissent dans ce pays depuis de très nombreuses années. En tenir la comptabilité deviendrait vite fastidieux, mais force est de constater que le trait commun à tous ces agissements s’appelle « la garde présidentielle ».

Une garde qui, décidément, porte bien mal son nom. En effet, normalement instaurée pour « protéger » le président de la République élu et les institutions qu’il incarne, cette force militaire a été systématiquement impliquée dans tous les renversements des pouvoirs en place qui sont récemment intervenus. Et le dernier exemple en date ne déroge pas à la règle, puisque c’est le général Abdourahamane Tiani qui commandait cette unité d’élite. À noter que c’est le président renversé, Mohamed Bazoum, dauphin déclaré du précédent président, Mahamadou Issoufou, qui avait confirmé le putschiste dans son poste. Comme quoi, surtout au Niger, on est toujours trahi par les siens.

Sur fond de divergences ethnico-politiques, ce dernier coup d’État ne se différencie pas, sur la forme, des précédents. Les motifs invoqués par le général Tiani sont en effet ceux généralement servis pour justifier de telles actions. Accusations de corruption du régime en place ainsi que mauvaise gouvernance du pays sont les deux principales raisons évoquées par les putschistes.

Sur la corruption, rappelons simplement la condamnation, en 2022, de deux journalistes nigériens, Moussa Aksar et Samir Sabou, lesquels avaient diffusé, en mai 2021, une enquête produite par l’Initiative mondiale sur la criminalité organisée. Celle-ci mettait en évidence et dénonçait les liens étroits entre des trafiquants et une partie de l’élite politique et militaire du pays. Sans être fondamentalement différents d’autres pays africains et même d’autres pays de la planète, dont certains passent pourtant leur temps à donner des leçons d’intégrité au monde entier, le Niger est, de fait, bel et bien un pays où sévit la corruption.

Pour ce qui relève de la mauvaise gouvernance, la place en fin de tableau des pays du monde quant à la richesse par habitant (entre 1.000 et 1.500 dollars, selon les sources) atteste bien de ce que ce pays, qui dispose pourtant de richesses minières importantes, pourrait avoir, pour ses populations, un tout autre avenir. Mais là encore, entre enjeux locaux de pouvoir et accords internationaux léonins, les intérêts des Nigériens passent le plus souvent au second plan.

Si un aspect différent de ceux observés jusque-là devait être retenu à l’occasion de ce dernier coup d’État au Niger, c’est bien l’actuel contexte international. Et notamment les bouleversements géopolitiques qui se font jour, suite au conflit ukrainien. La présence de drapeaux russes brandis par les Nigériens à l’occasion des manifestations n’est ni anodine ni vraiment une surprise.

Pour ce qui concerne la France, le Niger est le troisième pays de la région qui, après le Mali et le Burkina Faso, émet la volonté de rompre radicalement avec l’ancien colonisateur. Certainement l’effet domino n’est-il pas étranger à ces bouleversements. Envie d’une réelle indépendance, réaction à une exploitation politico-économique bien réelle, hostilité à une présence militaire étrangère qui, au prétexte de lutter contre les groupes islamistes, s’inscrit dans une durée qui n’est plus acceptable, telles sont sans doute, pour partie, les raisons de ce brusque retournement contre les intérêts français. À côté de cela, il faut bien reconnaître que la France, pour n’avoir pas su changer son logiciel africain et n’avoir pas voulu ou su anticiper les conséquences de son alignement aveugle sur les États-Unis, est en train de payer au prix fort des choix dont les conséquences étaient pourtant prévisibles. Certes, « l’erreur est humaine », mais « persévérer est diabolique ». Emmanuel Macron devrait méditer plus souvent ce vieil adage !

10665 vues

06 août 2023 à 17:45

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

43 commentaires

  1. Nous sommes les dindons de la farce avec le bourbier ukrainien et Nigerien dont nous sommes déjà déclassé diplomatiquement dans la région car on voit que l’Afrique veut que l’Occident les respectent mais nous nous sommes vraiment des Couillons sur ce dossier !

  2. La France paye cher les inepties de Hollande et de Macron. Et encore plus cher d’avoir été vendue par Macron aux intérêts US/UE. Hollande avait sanctionné les Russes et signé de mauvaise foi les accords de Minsk en schant qu’il ne ferait rien pour les faire respecter. Fillon en 2017 voulait infléchir cette politique et discuter avec les Russes. Macron lui s’est aligné sur les US avec l’appui de VDL. Le très grand désastre arrive. Nous allons perdre sur tous les tableaux parce que l’affaire ukrainienne est en train de tourner au désastre. Et Biden entrera en EPHAD sans réaliser ce qui lui arrive …..

  3. E. Macron 56 ou 57 % peut importe, de Français l’ont voulu, ils l’ont, reste plus qu’à laisser s’écouler un peu moins de 48 mois pour qu’il dégage, c’est long, très long, très très long, bonjour le réveil…..

  4. Macron n’est et ne sera jamais à la hauteur des enjeux internationaux. Le système tribal des pays africains qui se disent « démocratiques » entretient la corruption dont souffre en premier lieu les peuples. C’est ce système qui, par l’immigration incontrôlée des Africains en particulier, s’installe dans certains territoires français. La prudence voudrait qu’on s’en méfie. Hélas ! Les gouvernants actuels sont loin d’être en capacité d’endiguer le phénomène. Obstacle, l’Europe ne fait qu’accroître à nos dépends, les difficultés de cette situation. Laissons le Niger se dépatouiller tout seul.

  5. Mais il y a toujours un lézard car chaque conflit masque des intérêts. Le Niger est notre principal revendeur d’ uranium si indispensable à nos centrales nucléaires. Et oui, on dépend donc d’ eux. Et il n’ y a pas que cela dans leurs sous sols. Charbon, or, pétrole…. Mais voilà, les Chinois ( copains de Poutine) y sont aussi. Pendant qu’ on crie haut et fort de se passer du pétrole russe….( revendu par Inde et Chine à prix élevé, regardez à la pompe) On va forcément payer plus cher l’ électricité. Et pour info écologique, on utilise énormément d’ eau pour nettoyer un minerai dans un pays qui en manque pour sa propre agriculture. L’avenir est sombre….

    1. Le Niger n’est plus notre principal fournisseur d’uranium. Il ne doit plus représenter que +/- 15% de nos achats. Ce n’est pas négligeable, mais on ne saurait parler de dépendance surtout que les stocks disponibles doivent couvrir plusieurs années de consommation. Les problèmes sont ailleurs. Le gros problème c’est la perte d’influence de la France et de la francophonie, (au profit des Russes et des Chinois) la perte de puissance et de prestige de la France sur le terrain diplomatique.

  6. « On est toujours trahi par les siens. » C’est aussi ce qu’a dû se dire Allende, qui avait nommé -heureusement- Pinochet à son poste…

  7. « , le Niger est, de fait, bel et bien un pays où sévit la corruption. » Citez-en un seul où elle ne sévit pas… La quête du pouvoir est motivée par l’instinct de puissance dont le corolaire est le tas de fric où l’on pourra puiser sans frein. C’est la vie… S’il n’y avait pas tout cela, on ne rencontrerait que des honnêtes gens dans les hautes sphères. Pour l’instant, la mafia y a fait son nid. Et depuis longtemps.

  8. La France Afrique à été une grave erreur qui date depuis Mitterrand, à l’heure actuel parler de la Russie les Africains y voient une chance alors que la Chine est vue comme des opportunistes achetant des terres des meilleurs ainsi par exemple cultivant des tomates en quantité à bas pris pendants ce temps là les petit cultivateurs ne peuvent plus en vivre. Et la France n’a rien vue venir.

  9. En Afrique , des Blacks qui s’en prennent à d’autres blacks ça n’est qu’un putsch créé par des blancs
    En France des blancs qui disent qu’il y a trop d’africains dans la métropole, c’est du racisme
    Des Hutus qui massacrent des Tutsis ça n’est qu’un génocide perpétré par des blancs

    Aux USA plus de 90% des victimes noirs tuées le sont par d’autres noirs , mais c’est la faute des blancs

    N’y aurait-il pas là matière à s’interroger ?

    1. laissons les peuples disposer d’eux mêmes et s’ils n’en sont pas capables, qu’ils en tirent au moins un enseignement : « aides toi et le ciel t’aidera ». Par ailleurs je ne vois pas en quoi les « blancs » seraient encore aujourd’hui les fauteurs de trouble, d’ailleurs les russes visiblement adorés par les nigériens ne sont pas noirs que je sache, alors cessons de casser du blanc là où leur responsabilité n’existe pas ou marginalement. La France, pays en voie de libanisation n’a d’ailleurs plus de réelle capacité d’influer sur les régimes africains en place.

  10. Il faut dire que ça fait un moment où notre politique étrangère est mal définie ou pas définie du tout. Ne nous plaignons pas nous ne voulions plus de Françafrique, il faut savoir ce que nous voulons, ne ne voulions plus corrompre les dirigeants officiellement alors nous devons être contents. Les chinois et les russes eux n’ont pas d’état d’âme, ils allongent les billets, s’assoient sur la morale et n’ont aucun respect pour les africains et personnellement je les comprends.

    1. Pas de définition, pas de puissance, pas de moyens et …. cerise sur le gâteau déconstruction du corps diplomatique.

  11. Notre président emploie son intelligence à mal faire tout ce qu’il entreprend. D’autre part il dessert le peuple français en le pénalisant.

    1. Macron fait quelque chose ? Il ne fait que commenter et communiquer ne faisant que réagir aux crises qu’il provoque.
      Intelligence très médiocre. Comédien hors pair.

  12. Nouveau président qui dans quelque temps sera destitué par un capitaine devenu subitement général, la comédie
    à la sauce africaine.

    1. Ca me rappelle l’abbé Fulbert Youlou que les petites écolières blanches – en robes blanches- étaient tenues d’applaudir le long de la route en 1961…: le jeu du chamboule-tout… Et , dès 1962, le coup d’Etat express par capture de la Maison de la radio.
      Mais , en France civilisée aussi, il est arrivé que des gardes du corps deviennent soudain colonels, des Sergents capitaines, et des toubibs coloniaux généraux à la vitesse de l’éclair..

  13. Rompons avec le Niger, et que tous les nigeriens vivant en France soient « invités » à retourner dans leur pays, enfin libre.

    1. Eh bien c’est tout le contraire qu’il fallait faire : prendre acte du changement de direction au Niger et rappeler que la France souhaite maintenir et améliorer sa relation avec le Niger.Au lieu de cela on pousse à la guerre et on perd l’accès à des matières premières indispensables. Quand comprendront nous que les affaires du Niger ne concernent que le nigériens?

Les commentaires sont fermés.