Alors que le parquet national financier a annoncé l’ouverture d’une enquête sur les pratiques d’optimisation fiscale du cabinet de conseil , Jérôme Rivière se penche sur les pratiques de la Macronie qui actent la disparition de la politique.

Ils s’appellent Accenture, Bain, Boston Consulting Group, Capgemini, Eurogroup, EY, McKinsey, PwC, Roland Berger ou encore Wavestone. Toutes ces entreprises privées de conseil emploient environ 40.000 consultants en France. Entre 2018 et 2021, elles ont récolté plus d’un milliard d’euros d’argent public français (soit 2,4 fois plus qu’en 2018), quand une large part d’entre eux ont leur siège social à l’étranger et, pour certains, à l’instar du désormais tristement célèbre cabinet McKinsey, ne paient pas d’impôts en France. Le 17 mars dernier, le Sénat a rendu public un rapport de sa commission d’enquête, tout à la fois inquiétant et révélateur.

Chacun pourra lire ce rapport accablant, qui dénonce les coûts exorbitants, l’absence de résultats concrets, les exemples, qui sont légion, de prestations inabouties voire inexistantes, comme lorsque est intervenu, en 2019 et 2020, à la Caisse nationale d’assurance vieillesse pour préparer la réforme avortée des retraites, prestation qui aura couté à l’État 957.674,20 euros. L’utilisation des cabinets de conseil est coûteuse pour les contribuables, puisqu’ils font doublon avec la fonction publique. Mais parmi tous les problèmes soulevés par la commission d’enquête, certains illustrent de manière criante ce qu’incarne aujourd’hui la Macronie et posent de réels problèmes de souveraineté et de déontologie.

Le premier, c’est l’influence d’entreprises privées sur la décision publique. Dans leurs méthodes de travail, les consultants ont l’habitude de la discrétion. Ainsi, comme lorsqu’ils conseillent les entreprises, ils travaillent en équipe intégrée dans les ministères. Les agents de McKinsey, sollicités pour la gestion de la crise sanitaire dont on a pu constater les graves manquements, ont par exemple rédigé des notes administratives sous le sceau de l’État. Certains disposaient même d’une adresse électronique du ministère. Impossible, dès lors, de distinguer entre le travail de l’État et celui d’une entreprise privée. Qui sait jusqu’où cette méthode a pu permettre à des acteurs privés d’influencer les décisions publiques ? Ces pratiques sont juridiquement peu encadrées et offrent bien des possibles en termes de conflits d’intérêts. C’est une atteinte à la souveraineté de l’État, surtout quand les entreprises sont étrangères.

Le second, c’est la sous-traitance de la décision publique, dans une vision mercantile de la politique. Cette vision est une destruction de plus à l’actif d’ qui, non content d’adapter la France à la mondialisation, la dissout. Il y a une continuité criante entre la réforme de la haute fonction publique voulue par Macron, qui entraîne la disparition des grands corps (corps des préfets, corps diplomatiques, suppression de l’ENA...), et la gestion managériale d’un pays comme la France. L’innovation devient néfaste quand elle est toujours opposée et préférée à la tradition. Le savoir-faire de la fonction publique, l’excellence des grands corps de l’État sont considérés comme dépassés dans un monde désincarné axé sur la performance. Il y a là un écho finalement logique à la phrase de Macron affirmant qu’« il n’y a pas de culture française ». Il y a pourtant bien une culture d’excellence de l’administration française qu’ détruit sans vergogne. Sa vision de la société acte la disparition du politique et renforce le sentiment d’un népotisme presque assumé. Ce nouveau monde que l’on nous avait vendu comme plus heureux (comme souvent avec le progrès) ne fait que professionnaliser et technocratiser des tares anciennes.

Le cas particulier de est éloquent et touche un sujet sensible, puisque ce cabinet a été chargé de la stratégie vaccinale. Ce cabinet est lié aux intérêts américains, le fils du président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius en est le directeur associé et, après avoir touché plusieurs millions d’euros d’argent public, le cabinet ne paie pas d’impôts en France. Le dirigeant de McKinsey n’a d’ailleurs pas hésité à se parjurer à ce sujet devant la commission d’enquête du Sénat. Un audit de la Cour des comptes devra faire la lumière sur cette affaire. On aimerait, par ailleurs, que le parquet national financier, si prompt à se saisir de certaines affaires, fasse preuve de la même célérité pour celle-ci.

Plus largement, cette vision managériale de la France et de ses 1.500 ans d’Histoire est un aboutissement pratique du conflit entre un progressisme fou qui veut s’émanciper de tous les déterminismes d’un côté et un conservatisme patriote et un populisme national de l’autre, qui cherchent à transmettre la France à leurs enfants comme un héritage. L’administration des choses a remplacé le gouvernement des hommes. Le premier privilégie l’Avoir, le second s’intéresse à l’Être. Le premier se soucie du prix de la baguette, le second s’attache au goût du pain. Aux prochaines élections, c’est aussi ce choix qu’il faudra poser dans les urnes.

3442 vues

7 avril 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

14 commentaires

  1. Il parait que l’on paie des élus pour faire ce travail. La conclusion c’est que ces gens ne font pas leur travail, tuent la démocratie et appliquent indirectement les directives de Washington tout en s’enrichissant sur notre dos. Dans quel monde pourri somment nous arrivés. Un sérieux ménages pour dégager les sciences PO et les énarques définitivement d’impose ! Avec le rétablissement et le contrôle de la démocratie pour revenir à d’autres époques où ces écoles, leurs élèves, n’excitaient pas.

  2. McKinsey est une entreprise impliquée dans le scandale des opioïdes aux États-Unis et dans laquelle, sans qu’on n’y voie le moindre conflit d’intérêts, travaille le fils de Laurent Fabius. McKinsey travaille pour la CIA (source : site Geopolintel de juin 2021). Macron est un produit McKinsey, depuis la commission Attali, la vente d’Alstom, celle de Technip, l’élection présidentielle de 2017, l’organisation de la campagne de vaccination. La France est devenue une colonie des USA.

  3. Il aurait été mieux que ce scandale de ce début de siècle soit dévoilé juste avant le début de campagne, que le PNF s’en saisisse afin que Macron ne puisse pas se porter candidat. Mais que je suis « bébète », ils et elles sont toutes et tous copains de la même Loge maléfique mondialiste, sans doute ! tout comme L. Fabius au C Constitutionnel qui n’a rien trouvé à redire sur pleins de problèmes ! Démocratie inscrite dans la Constitution, mais a foiré ! ! ! ! Votez Zemmour, no système carrière.

  4. N’oublions pas que McKinsey a délégué 20 consultants pour aider McRon durant sa campagne 2017 ….tout cela apparemment bénévolement a l’epoque. Les faire travailler durant son mandat en les payant (grassement) avec l’argent public, n’est-ce pas, soyons honnête, un juste retour d’ascenceur ?

  5. Macron est un magouilleur, c’est un être sans aucun scrupule, l’argent des Français est certainement le sien, il en profite donc et le distribue aux copains qui l’ont fait élire. Quant à la France et son devenir, cela lui importe peu, il nous a montré qu’il n’aimait pas les Français, il préférait le délinquant africain et nous l’a fait comprendre par le mépris et l’arrogance. Il ne voit que par l’Europe et ses traités plus qu’absurdes. Espérons que ce vote sera sa fin. Le PNF condamnera t-il Mc

  6. Il serait intéressant de regarder le travail des Cabinets dans l’aéronautique alors que les compétences en interne existaient.
    La différence est peut -être que le résultat final des études commandées n’auraient pas été le même.

  7. Le scandale financier du MacKenseyMacronGate me rappelle celui du Parti Socialiste qui se finançait grâce à un cabinet d’étude Urba, ou via la mutuelle des étudiants MNEF, SOS Racisme… Macron le président du nouveau monde ?

  8. la révélation d’une évasion fiscale peut aussi se faire via l’analyse des bonus et autres avantages financiers dont SO versés aux dirigeants locaux : on remonte toues les marges au corporate via les fees cela assèche non seulement le résultat fiscal mais aussi les participations aux bénéfices des salariés , forcément les cadres sup reçoivent de gros bonus et SO gérés par le corporate . Jeter un œil là dessus permet donc d’asseoir la suspicion de fraude fiscale .PNF pas au courant ?

  9. C est honteux ,dilapider comme ça l argent du contribuable comme disait hollande c est pas grave c est l’état qui paye, tout ce gouvernement doit être traduit en justice pour dilapidation de bien sociaux , macron en tête, prise d intérêt, copinage et renvoie d ascenseur entre tous ces truands à col blanc qui se foutent carrément de nous , verrouillant tout pour se situer au dessus des lois , que le PNF tranche comme il l’a fait avec Fillon

  10. Destruction du corps préfectoral: voir leur nouveau statut publié ce jour au JO ! L’ENA n’a pas été supprimée mais juste changée d’étiquette ! Quant aux cabinets de consultant c’est une affaire qui devrait relever du pénal, tant la corruption est énorme ! Quant aux consultants qui ont rédigé des notes à entête des ministères, il n’est pas difficile de les cibler tant le style est différent !

  11. Curieux que le rapport du Sénat soit publié si tard trois semaines avant les élections…Pour celui qui se tient informé, il savait depuis la nomination d’Edouard Philippe qu’il était un agent de Blackrock missionné pour piloter la réforme des retraites à l’américaine…On savait que le principal lobby promoteur des éoliennes est hébergé au ministère de l’environnement…les exemples abondent…certains se réveillent bien tard, pour sauver leur tête en cas d’échec de la macronie ?

  12. Ne soyons pas naïfs Mackinsey n’est en réalité qu’une officine spécialisée dans le détournement de fonds publiques,au profit exclusif des magouilleurs qui nous gouvernent !

    1. et un espionnage au profit du gouvernement américain puisqu’il dispose de tous les rapports

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter