Après l’attentat de Marseille, Stéphane Ravier réagit au micro de Boulevard Voltaire.

Je ne sais malheureusement pas beaucoup plus de choses que ce que les médias officiels veulent bien nous dire.
Je crois savoir d’ailleurs que certains d’entre eux se sont précipités pour annoncer qu’il s’agissait comme d’habitude d’un déséquilibré. Je suis frappé par la déséquilibroïde aiguë dans ce pays.
Je crois que c’est au plus haut sommet de l’État qu’il y a des déséquilibrés en ce moment !
Il y en a marre !
Je vous le dis cela de façon réfléchie et non pas pas parce que je suis sur le coup de l’émotion ou de l’énervement.
Il y en a marre du coulemoulisme ambiant qui veut que rien se fasse, sous le prétexte de ne pas faire d’amalgame et qu’il y ait parmi les musulmans une écrasante majorité de gens qui respecte nos lois, ce que je crois évidemment.
Si les personnes qui sont aux responsabilités continuent de ne rien faire, il faudra de mon point de vue les considérer comme des collabos.
Il y en a marre de voir le sang des innocents couler au nom de l’idéologie, de la religion laïque et du vivre ensemble.
Des mesures sont à prendre très rapidement.
Il faut tout d’abord rétablir et contrôler les frontières.
Ensuite, même si la manque de moyen, elle connait toutes les mosquées salafistes et sait ce qu’il s’y passe. Il faut donc les fermer et expulser les imams qui tiennent des discours radicaux.
Et enfin, il faut expulser les fichés S.
Voilà ce qu’il est évident et urgent de faire pour protéger les Français, quelles que soient leur origine, leur race ou leur religion. Ces mesures s’imposent désormais.

Vous êtes maire de Marseille.
Cette ville est devenue emblématique dans le domaine du vivre ensemble.
Avez-vous vu croître progressivement l’insécurité liée à l’ ou existe-t-elle depuis dix ou vingt ans et personne ne s’en est vraiment préoccupé ?

Cela fait des années que l’islamisme se développe dans notre ville.
Cela fait des années que je le dénonce, mais je passe pour un extrémiste.
Sans doute que je suis un extrémiste de la vérité.
Je suis regardé par le premier magistrat de la ville comme un extraterrestre.
Dans les quartiers, et pas seulement dans les cités, les enfants sont de plus en plus voilés. Ils ne vont plus au cours de piscine ni au sport.
Ce signe ne correspond pas trop à l’amour de la République française ; à l’amour de la République islamiste peut-être, mais pas française.
Ce phénomène n’a pas jailli du jour au lendemain.
Cela fait des années qu’il se développe.
Face à cela, les pouvoirs publics ont préféré jouer la carte du vivre ensemble, de la tolérance et de l’accueil de l’autre. Ces principes ont aujourd’hui fait deux morts de plus.
Il faut désormais en tirer les conclusions.
Que ce gouvernement d’incapables démissionne et son ministre de l’Intérieur et de l’Extérieur les premiers !

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a prévu de se rendre à Marseille en catastrophe.

Que va-t-il faire à Marseille ?
Il va passer le karcher pour nettoyer le sang qui se trouve sur le trottoir ?
Nous n’en voulons pas à Marseille ! Il est le co-responsable de cette situation. Qu’il reste dans son ministère, nous n’avons pas besoin de lui à Marseille
Ce sont des gens qui sont prisonniers de leur idéologie et de leur lecture.
Nous arrivons à 300 morts et ils n’ont toujours pas compris.
Ce n’est pas aujourd’hui qu’ils comprendront.
Nous allons encore avoir droit au discours du « pas d’amalgame », du « il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac »…
Le seul point habituel que je soutiendrai sera bien sûr celui des félicitations pour les hommes qui sont intervenus.
Mais il ne faut pas compter sur une éventuelle détermination ou un changement de cap politique par les mesures que je vous ai énumérées.
Cela donnerait raison au Front national et à Marine Le Pen.
Quelle horreur !

2 octobre 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.