Douze policiers blessés, des dizaines de voitures incendiées, des camions de pompiers caillassés et un défoulement de violence stupéfiant, comme le rapportent Courrier international ou TF1 Info, secouent la Suède depuis la semaine dernière. La cause ? Des « contre-manifestants » musulmans d’origine immigrée, selon le Dagens Nyheter, quotidien le plus diffusé en Suède, s’opposent à la campagne politique mise en place par le groupe d’extrême droite Stram Kurs (« Ligne dure »), dirigé par le militant dano-suédois Rasmus Paludan.

Volontiers provocateur, Paludan est connu pour s’être régulièrement mis en scène en brûlant publiquement des exemplaires du Coran et en diffusant ses vidéos sur Internet. Alors que les suédoises approchent (septembre 2022), Rasmus Paludan estime que la liberté d’expression est menacée dans le pays, notamment en matière de droit au blasphème. Annonçant son intention d’organiser un rallye dans la ville de Linköping, peuplée par plus de 50 % d’immigrés, Rasmus Paludan a aussi déclaré qu’il y brûlerait un Coran. A cette nouvelle provocation religieuse, la réaction a été rapide, et très violente…

Des policiers attaqués aux cris de « Allah Akhbar »

Des émeutes ethnico-religieuses ont en effet éclaté dans plusieurs villes suédoises et ont vu forces de l’ordre et groupes organisés de jeunes immigrés s’affronter dans une rare violence, comme le montrent les images relayées par Euronews. Un climat qui tranche avec le calme social habituel aux pays scandinaves…

Une porte-parole de la suédoise, Diana Qudhaib, a confié au journal Aftondablet, le quotidien le plus lu de Scandinavie, à quel point la situation a dégénéré en quelques heures à peine : « Au cours de l'opération à Örebro, quatre voitures de ont été incendiées et au moins une personne privée a été blessée dans le chaos […] Il y a des blessures dues aux jets de pierres, aux coups et à la violence, peut-être quelques fractures et des bras cassés. Douze policiers ont été blessés et des secouristes attaqués également. »

Rasmus Paludan, qui n'est pas à son coup d'essai (en 2020, il a avait été arrêté en France et expulsé), a donné une interview à Simon Kristofferson, un journaliste indépendant ultraconservateur et réputé sur les réseaux sociaux suédois. Il y explique que ces « immigrants ne comprennent pas que les principes de la démocratie, notamment de liberté d’expression, devaient passer avant leurs convictions religieuses […] Vous ne pouvez rien dire qui aille à l’encontre de leur religion sans que la paix sociale ne soit fragilisée… »

Interrogé sur la question de savoir pourquoi il tenait tant à brûler des exemplaires du Coran en place publique, Rasmus Paludan a répondu : « Je ne m’attaque pas aux musulmans mais à l’islam en faisant cela. Je veux montrer qu’en Suède, on peut critiquer une idée sans crainte. Et l’islam est une idée ». Malgré quelques déboires avec la et certaines préfectures suédoises, Paludan devrait pouvoir continuer ses activités, la liberté d’expression et le droit au blasphème étant des principes très protégés en Suède.

La Suède face aux démons de l’immigration

Ces manifestations à caractère insurrectionnel ne sont pas sans rappeler les émeutes de Stockholm de 2010, 2013 et 2020 qui, déjà, avaient opposé de très nombreux immigrés à la suédoise. En 2013, à Husby, une banlieue de Stockholm majoritairement peuplée par des immigrés extra-européens, un homme armé d’une machette et menaçant une patrouille policière avait été abattu. Ce décès avait provoqué des émeutes et de nombreux immigrés s’étaient livrés à des pillages de magasins et à des agressions des forces de l’ordre.

Cette récurrence insurrectionnelle qui voit forces de l'ordre et jeunes immigrés s’affronter dans la rue en dit long sur la fragilité du modèle multiculturel suédois. En ouvrant ses portes à l’immigration massive au début des années 2000, la Suède a compromis la paix sociale.

18 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.5 8 votes
Votre avis ?
74 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires