Il faut reconnaître à Libération un certain talent pour trouver des titres qui cognent dur. «  : le gouvernement remue le couteau dans l’appli » en est un. Oui, l’application StopCovid est un échec, et le gouvernement est obligé d’en convenir : 2,7 millions de téléchargements, soit 3 % de la population, quand il en faudrait dix fois plus ; 434 notifications de positivité qui ont été transmises aux cas contacts passés. Un ratage monumental. Mais, en politique, quand on est au bord du gouffre, on ne craint pas d’annoncer un grand bond en avant : Tous anti-Covid remplacera StopCovid. Le spectre fonctionnel de la nouvelle mouture sera dévoilé en détail plus tard, le 22 octobre, mais trois informations ont filtré.

Tout d’abord, sa maintenance coûtera plus cher : 200.000 euros par mois au lieu de 100.000 euros. Il est vrai que le coût des notifications des quatre mois passés était d’une insigne faiblesse, à 921,65 euros l’unité. Mais ce n’est pas cher, c’est l’État qui paie !

Deuxième modification : il suffira dorénavant d’un contact d’une durée de cinq minutes, contre quinze précédemment, pour déclencher une procédure d’alerte. Voir, là, peut-être une tentative de maximiser l’envoi d’informations anxiogènes destinées à alimenter un détestable climat de peur serait sans doute un brin cynique, mais peut-être lucide.

Enfin, la nouvelle mouture devrait être plus orientée vers l’information. Nul doute qu’elle sera établie sur une base scientifique éprouvée, et que le pluralisme garant d’une démocratie y trouvera son compte : toutes les disparités d’opinion qui existeraient entre les éminents et doctes Blachier, Lacombe et Delfraissy y seront dévoilées. Par contre, les dissidents Perronne, Raoult, Toubiana et Toussaint pourraient ne pas être conviés pour alimenter ces flux d’informations avec leurs analyses présumées chamaniques. Bref, l’application servira à relayer la doxa anxiogène que le gouvernement promeut, en fonction de ses intérêts tels que perçus au moment de s’exprimer.

Est-il paranoïaque ou complotiste de continuer de penser que le gouvernement souhaite maintenir ou augmenter la sujétion du peuple de France en usant encore et encore du ressort de la peur ? Là encore, Milgram a donné le mode d’emploi et la République suit scrupuleusement la recette.

Peut-être faut-il se risquer à une prophétie : Tous anti-Covid subira le même échec que StopCovid pour la même raison. Qui pourrait encore avoir confiance dans un gouvernement qui a tant menti et continue de le faire aussi effrontément ? Il est rassurant de constater que seulement 2,7 millions de masochistes en sont capables. L’État ferait mieux de jeter l’éponge, mais pour ne pas perdre la face, il se livre à une tentative déraisonnable de sauver l’appli malgré ses tares incurables. On lui dit que l’acharnement thérapeutique est interdit depuis 2005 ?

14 octobre 2020

À lire aussi

Comme le bûcheron qui tape sur le coin…

Il suffit de comparer la taille du coin avec la section du tronc à fendre pour penser que …