Après trois jours d'émeutes, vendredi 30 juin, Gérald Darmanin, invité au JT de 20 heures sur TF1, déclarait qu'il n'était pas envisagé de décréter pour le moment l'état d'urgence, demandé par les oppositions de droite (RN et LR), rappelant qu'en novembre 2005, le gouvernement Villepin avait attendu presque deux semaines avant de prendre cette décision. « Simplement, on n’écarte aucune hypothèse », avait cependant ajouté le locataire de la Place Beauvau. Or, on commence à dire que les émeutes qui font suite à la mort de Nahel sont sans commune mesure avec celles de 2005. Preuve en est que le ministre de l'Intérieur a annoncé le déploiement de 45.000 hommes (policiers et gendarmes). Du jamais-vu ! Durant la nuit du vendredi 30 juin au samedi 1er juillet, les scènes de violence se sont multipliées à travers le pays. Des blindés du RAID ont même été déployés dans plusieurs villes, notamment à Marseille. Rappelons, qu'en 2020, le gouvernement n'avait pas hésité à faire voter en urgence une loi instituant un état d'urgence sanitaire… Alors…

Ce sondage a été clôturé. Voici les résultats.

1022 lecteurs ont répondu au sondage.

904   88 %   OUI

102   10 %   NON

  16     2 %    Ne se prononcent pas

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 08/07/2023 à 17:50.

6496 vues

01 juillet 2023 à 10:00

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Un commentaire

  1. mais aussi il faut donner l’ordre aux policiers de matraquer ces individus qui cassent tout ,ça suffit de fermer les yeux et de laisser détruire notre pays .
    Il va falloir répondre par la violence à la violence de ces individus .

Les commentaires sont fermés.