Après Camaïeu, c’est au tour d’Etam de sortir une collection de lingerie non genrée. La très célèbre marque, qui était depuis sa création en 1916 exclusivement féminine, vient de sortir une collection intitulée « I/ELLE/S » : il s’agit d’une initiative « gender free », c’est-à-dire libérée de toute attribution d’un genre. Ce géant de l’industrie entend depuis quelques années impulser une dynamique de renouveau en phase avec les « progrès » sociétaux de ces dernières années.

De quoi s’agit-il exactement ? Un slip kangourou, un boxer et une brassière sans coque, sans armature avec une bande élastique et un dos échancré. Rien d’extraordinaire, en somme.

Mais le but n’est pas la création d’un nouveau type de vêtement : il s’agit de « s’affranchir des codes traditionnels », d’après la marque. Pour ce faire, Etam propose des coupes neutres qui s’adaptent à toutes les identités de genre et à tous les corps pour une indifférenciation réussie. Les couleurs utilisées (jaune, rose pâle, blanc, taupe, noir ou bleu) sont aussi le plus neutres possible. « La révolution d'Etam repose surtout sur le marketing qui prône l’évolution des mentalités et le droit de se sentir libre », explique Madame Figaro.

On voit en effet, pour présenter la nouvelle collection, des images de femmes aux cheveux presque rasés, où plane même un doute sur leur féminité : peut-être « sont-iels » des hommes devenus femmes ?

Certains magazines, comme Madmoizelle, se réjouissent de cette « avancée » : « On peut espérer que ce ne soit que le début d’un changement de fond. Venant d’un tel mastodonte de la lingerie, qui a pignon sur rue partout en France et même ailleurs, cette première collection de lingerie gender-free pourrait faciliter le confort, l’euphorie de genre, et donc la vie de plein de gens. »

Tout ne partage pas cet enthousiasme, et les réactions sur ne se font pas attendre : « De la lingerie non genrée ! Comment cet Occident, décadent et moribond, si cher au bobo va-t-en-guerre BHL, pourrait-il comprendre une Russie, restée intègre et sur ses fondamentaux civilisationnels ? »


Ces nouvelles collections de vêtement témoignent de la progression, en France, de la culture et de la déconstruction. Si les « wokistes » n’ont pas attendu des collections spéciales pour s’habiller de la façon la plus « neutre » possible, il s’agit d’un nouveau canal de transmission de leur idéologie.

25 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 4 votes
Votre avis ?
41 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires