Quand il avait déclaré à grand renfort de communication qu’il souhaitait « la fin de l’exploitation d’hydrocarbures en 2040 sur le territoire français », Nicolas Hulot n’avait pas pris grand risque : la France produit aujourd’hui moins de 1 % de sa consommation annuelle, et en 2040, ce sera probablement zéro. Si la production d’hydrocarbures avait représenté 20 % du PIB, le Président aurait surement modéré son enthousiasme.

En « montrant les muscles » et en décrétant un embargo sur les importations d’hydrocarbures russes afin de « maintenir une pression croissante sur Poutine et sa machine de guerre », Joe Biden ne prend pas grand risque. En dehors de quelques produits raffinés, les États-Unis n’importent ni ni pétrole de Russie. Grâce au gaz de schiste, le pays de l’Oncle Sam est autosuffisant en gaz et son marché captif (le Henry Hub) bénéficie d’un prix 15 fois moins élevé qu’en Europe.

En revanche, l’extension de cet embargo à l’Europe (qui ne produit que 15 % de sa consommation) alimenterait un choc énergétique encore plus violent. En dehors d’une possible pénurie comparable au choc pétrolier de 1973, le retrait du russe (17 % de la production mondiale) du marché européen du gaz conduirait à une augmentation incontrôlée des cours en Europe alors qu’ils ont déjà atteint des niveaux stratosphériques au cours des dernières semaines. Cet embargo obligerait par ailleurs Gazprom à arrêter la plupart de ses puits (les gazoducs ne pointent en effet que vers l’Europe). Dans la mesure où les puits arrêtés en cours d’exploitation ne retrouvent jamais, loin de là, leur niveau de production, il faut aussi lire en filigrane de l’embargo une réduction structurelle supplémentaire de l’offre gazière mondiale et donc de prix restant à long terme très élevés.

Face à cette situation, « Sleepy Joe » fait preuve d’un cynisme sans limite. Il propose de compenser le déficit de gaz russe en augmentant les livraisons de GNL [gaz naturel liquéfié, NDLR] américain à l’Europe. Un gaz valant 15 euros le MWh sur le continent américain qui sera vendu à plus de 200 euros le MWh en Europe ! D’autant que nous ne pouvons plus bénéficier, aujourd’hui, de « l’effet tampon » d’un euro fort, comme tel fut le cas en 2007, quand l’euro s’échangeait à 1,60 dollar. Un véritable jackpot pour des États-Unis qui n’ont plus aucun besoin d’intervenir militairement pour assurer leur sécurité énergétique. Après avoir laissé l’ en jachère et abandonné « en courant » l’Afghanistan l’été dernier, les États-Unis ont clairement indiqué qu’ils n’avaient aucune intention d’intervenir en Ukraine. Telle est la valeur inestimable d’une indépendance énergétique retrouvée !

Rappelons qu’à l’aube du XXIe siècle, le pays de l’Oncle Sam dépendait à 70 % de ses importations pétrolières et à 15 % de ses importations gazières. Conscients que leurs besoins futurs en gaz naturel allaient inexorablement s’accroître, ils avaient construit le long de la côte atlantique des terminaux de regazéification. Grâce aux gaz et pétroles de schiste, les Américains ont aujourd’hui pratiquement acquis leur indépendance pétrolière et sont devenus exportateurs de gaz. Les terminaux de regazéification ont été recyclés en terminaux de liquéfaction et, au lieu de caboter du vers les côtes américaines, les méthaniers voguent maintenant depuis le golfe du Mexique vers la Corée, le Japon, la Chine et l’Europe.

Face à l’indépendance énergétique américaine recouvrée, l’Europe ne peut que constater la faillite d’une politique énergétique imprimée depuis le début du siècle par le climato-gauchisme. Un climato- qui continue de s’opposer au et veut nous faire croire à travers ses candidats irresponsables Yannick Jadot ou autres Jean-Luc Mélenchon à une utopique croissance verte reposant sur un mix 100 % renouvelable. Des renouvelables qui, en janvier 2022, nous fournissaient moins de 2 % de l’électricité aux heures de pointe.Comment

11817 vues

13 mars 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

82 commentaires

  1. Et en plus il nous refilent le Wokisme (les éveillés, G P A, Transgenre, Etc….) qu’ils ont déjà implantés en Ukraine, dérivant ainsi de l’Orthodoxie originelle Russe, par leur c i a pantin comédien Zelensky …..Les U.S.A. vivent de la guerre qu’ils exportent. Ils font maintenant se battre les autres pour venir récolter les marrons tombés au sol

  2. Il existe du pétrole en France, peu, mais peu « importe »…
    Plein de terres en jachères, il est temps de semer !!
    Rouvrir Fessenheim, et sortir du tarif européen.
    Ca URGE !

  3. Dans le doute quant au résultats de et pour son élection , il semble que cet individu veuille faire tourner son industrie de l’armement et  » foutre  » la guerre dont le terrain de jeux sera l’Europe entière ,en fait comme d’habitude : pompier pyromane ,et l’Europe uniquement géographique exécute les basses besognes en vrai « larbin » dont les dirigeants sont vaccinés au progressisme mondialiste , collaborer avec eux oui mais pas seulement être leur « robot » téléguidé .

  4. Comme quoi on voit que les Etat-Unis ne cherchent avec l’affaire Ukrainienne qu’à récupérer le marché du gaz me dit un ami ?

  5. C’est le moment pour notre grand président, de la France et de sa banlieue, de démontrer ses capacité de négociateur !
    ll devrait arracher sans peine un 7.5€ le MWh à sleepy Joe !
    Le deal est simple, c’est 7.5€ le MWh ou on quitte l’OTAN ?
    Mais peut-être est-il trop favorable à l’OTAN et à l’Amérique, à la différence de la France qu’il méprise.

  6. Les USA se disent amis de la France et de l’Europe alors qu’en réalité ils se conduisent en ennemis et nous tirent dans le  » dos » à chaque occasion qui se présente pour réaffirmer leur pouvoir par l’intermédiaire de l’OTAN ( machine à fabriquer des conflits )!

  7. Les Etats Unis ont bien compris les préceptes de Lord Palmerston: « Nous n’avons pas d’alliés éternels et nous n’avons pas d’ennemis perpétuels. Nos intérêts, eux, sont éternels et perpétuels, et notre devoir est de les suivre. »

  8. Les écolos antinucléaires nous ont livrés aux Russes. Le pays le plus fortement touché est l’Allemagne.
    Seul l’électronucléaire nous donne une indépendance énergétique.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter