La récente disparition de Valéry Giscard d’Estaing a rappelé à beaucoup son duel mortifère pour la droite contre Chirac. Avec une véhémence jugée par beaucoup excessive, ce dernier avait notamment lancé, le 6 décembre 1978, son fameux appel de Cochin, dénonçant le « parti de l’étranger » qui désignait très clairement, mais sans le nommer, le Président Giscard d’Estaing et le centre droit pro-européen. Avec Macron, qui veut réunir le centre gauche et certains des héritiers du giscardisme, cette vérité est criante mais, comme dans le conte où, à force d’annoncer le loup à tort, le crieur n’est pas cru lorsque le loup arrive vraiment, il n’y a plus aucun veilleur capable de lancer l’appel de façon à être entendu, aucun pour clamer que le parti de l’étranger, plus destructeur que jamais, est à l’Élysée !

La mise en scène présidentielle de l’interview offerte à Brut était, évidemment, une opération démagogique envers des jeunes, plutôt de gauche, plutôt immigrés, et votant Mélenchon. Le ton et les mots y étaient. Opportunément, c’était un désaveu de l’action policière, menée quelques jours auparavant, contre un campement sauvage de , place de la République, au cours de laquelle M. Buisine, le journaliste de Brut animant l’émission, aurait été molesté. La différence de niveau entre Macron et ses interlocuteurs a permis au premier de faire son numéro. Toutefois, derrière la maîtrise des réponses techniques alignant, une fois de plus, la longue liste des mesures et des dépenses qui n’empêchent pas la France de poursuivre sa descente aux abîmes, l’actuel occupant de l’Élysée laisse apparaître son vrai visage. Il est le parti de l’étranger, et sans complexe.

L’axe central de cette politique est la culpabilisation du peuple français, déjà mise en œuvre pour expliquer les difficultés à réduire l’épidémie actuelle. Parce que les Français ne sont pas assez disciplinés, le virus se propage. De même, séparatisme islamiste voire le terrorisme viennent d’un « mal qui est en nous », ose dire aux Français leur « Président ». L’islamisme est une idéologie qui prospère sur nos échecs. Il faudrait mieux accueillir et héberger d’urgence les migrants qui « arrivent » sur notre territoire. Le pire est atteint lorsqu’il déclare que « ceux qui ont fait le Bataclan sont une part de nous », comme si nous étions collectivement responsables des crimes commis par des fanatiques venus d’ailleurs et animés par une religion étrangère à notre histoire.

En somme, ce phénomène, ce « quelque chose qui s’est installé dans nos sociétés », était inévitable et nous n’avons pas su nous y adapter ! Nous allons donc devoir nous y mettre, réviser notre mémoire nationale, changer le nom des rues et remplacer les statues, revoir la guerre d’ sous l’angle des porteurs de valises, à la Benjamin Stora, en traitant les terroristes du FLN et leurs thuriféraires d’aujourd’hui avec la préférence qui s’impose face aux pieds-noirs et aux harkis chassés de chez eux ou massacrés. Nous allons devoir « réinventer le fait d’être français » !

Là, le technocrate tombe le masque. Cet homme ignore l’Histoire. Non, dans notre pays, il y a le droit du sang qui transmet la nationalité entre parents et enfants, et les étrangers qui vivent en France ne sont pas vraiment français pour autant. Ils ne devraient pouvoir le devenir que par l’ à la nation française, à son histoire, à ses valeurs, à sa fierté. Dans son élan, le Président dit quand même que c’est la langue qui unit les Français et, dans la foulée, il préconise l’apprentissage renforcé des langues d’origine des immigrés. Tout le charme du « en même temps » !

Fort de la soumission des Français tétanisés par la pandémique, le Président ressort maintenant son référendum pour intégrer l’urgence climatique dans la Constitution. Jusqu’où les Français vont-ils se laisser berner, manipuler, mépriser, ridiculiser ? S’il y a un référendum urgent, c’est sur l’ qu’il doit se faire, ce mot que Macron a évité d’employer pendant la plus grande partie de l’émission avec Brut, ce mot qui est le vrai problème et dont les politiciens sont les vrais responsables depuis le regroupement familial sous Giscard jusqu’à maintenant.

15 décembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Célébrer Napoléon et le peuple français

M. Macron parlant de Napoléon, c’est le peintre du dimanche commentant Delacroix. …