Dire que Platini, président de l’UEFA, avait tout fait pour rendre ces éliminatoires de l’Euro 2016 les plus insipides possible ! Avec deux, voire trois qualifiés par poule de six (dans les années 80, seul le vainqueur des poules obtenait son billet pour la phase finale), la formule avait tout pour être ennuyeuse à souhait. Suspense ensablé, rencontres dispersées sur plusieurs jours, on se préparait à un chemin de croix.

Mais voilà, une fois n’est pas coutume, l’histoire se venge. Une série de résultats ahurissants vient de stopper la belle machinerie. Plusieurs équipes nationales majeures, dont le parcours devait être sans danger (droits télé ainsi assurés), viennent de se prendre les pieds dans le tapis : l’, championne d’Europe, a coulé en Slovaquie (1-2), l’Allemagne, récente championne du monde, a mordu la poussière en Pologne (0-2). On n’oubliera pas les Pays-Bas, ridiculisés chez la petite Islande (0-2) et même le Portugal, défait à domicile par… la plus que modeste Albanie.

L’Albanie, restons-y. Cette équipe, non contente d’avoir pimenté ce début d’Euro par son exploit en Lusitanie, a disputé un match qui restera dans les annales ce mardi à Belgrade. Déjà sous haute tension du fait du contexte géopolitique, la rencontre a été interrompue à la 42e minute suite… au survol du terrain par un drone, auquel « on » avait attaché un drapeau de la « grande Albanie ».

La « grande Albanie », c’est le grand Reich sauce balkanique, une volonté de réunir tous les albanophones dans une même patrie. Quitte à annexer les morceaux de cartes où les ventres sont féconds.

La présence du drapeau a été une véritable humiliation pour un public serbe dont la perte de la province historique est loin d’être oubliée. Énergiquement, un des joueurs locaux réussit alors à saisir l’étendard. Ce fut le début du chaos : les rugueux supporters serbes, pas franchement les plus tendres du continent, se ruant sur la pelouse à la poursuite des Albanais ! Selon les témoignages, les stadiers serbes eux-mêmes leur ont prêté main-forte. Ce jeudi, le journal L’Équipe a donné la parole à un joueur albanais, Lorik Cana. Cana explique que le public scandait des slogans haineux depuis le coup d’envoi : « Vous êtes des singes », « Le appartient à la  », « Tuez les Albanais ». L’envoi du drone patriote était visiblement une réponse, prévue d’avance. Les médias serbes ont accusé le frère du Premier ministre albanais d’avoir organisé ce coup d’éclat !

Consciente de la catastrophe, certains diront du piège dans laquelle elle venait de tomber, la fédération serbe de football a, d’après elle, tenté de s’entendre avec l’équipe visiteuse afin de reprendre le match. Proposition évidemment repoussée. La Serbie risque de sanctions, au-delà du match qui devrait être perdu 0-3 sur tapis vert. Problème : il y a un match retour à jouer à Tirana. Détail : Serbie et Albanie jouent dans le groupe I. Celui des Bleus…

16 octobre 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …