Editoriaux - Société - 2 juillet 2019

Schiappa rassure « les idiots utiles »

La Marche des fiertés a battu son plein sous les lances des pompiers. Les Goudou.e.s sur roues ont descendu les rues, les seins nus couverts de paillettes. Sous couvert de fêter le cinquantième anniversaire des émeutes de Stonewall, la Marche des fiertés ne lâche rien de la PMA pour toutes. Griveaux, Villani et Gantzer, candidats à la mairie de Paris, célèbrent ensemble « la marche de l’amour ».

Après la chèvre, il y avait le chou. Le soir, la discrétion était de mise. Au journal de France 3, Marlène Schiappa s’est voulue rassurante pour tous : le vin nouveau, sorti du pressoir de l’égalité, sera tiré en 2020, et la GPA n’est absolument pas au programme. Que Mme Schiappa ait une conception extensive, sélective, de l’égalité et de la « non-discrimination » n’est plus à prouver. Affirmer que la GPA n’est pas à l’ordre du jour, c’est avoir le compas dans l’œil faussé. On n’accepte pas non plus une loi parce qu’elle ne vous enlève rien, à vous. On la vote dans l’intérêt de tous et pour le bien commun. Et si le droit est créé pour la vie en société, il est fondé en raison et non pour que tout le monde marche sur la tête.

Cette marche sera conspuée, moquée. C’est ce qu’il faut ! L’excès est voulu ! L’important, pour le gouvernement, est que l’idéologie fonctionne à plein. Les sondages de l’IFOP montrent que de plus en plus de Français « acceptent l’homosexualité » mais que « les clichés demeurent » De quoi, on se le demande. De même, quand on « accepte mieux l’homosexualité », qu’est-on censé « accepter » ? Quel rapport avec la PMA pour toutes ?

D’ordinaire, Mme Schiappa donne de la voix. On pouvait le constater, ce 26 juin, lors de son audition, à l’Assemblée, par la Délégation aux droits des femmes. On y apprenait, de sa bouche, que, pour la cause « féministe » (l’adjectif était systématiquement employé) allouée aux associations et aux collectifs, l’État ne compte pas ses sous. On se demande encore et toujours : quelles puissances règnent à ce point, sans complexe aucun, dans la fête et le débat, dans la rue et les Chambres ?

Sur la Toile fleurit l’Interflora des bébés Cadum. Partout, des offres irrésistibles d’enfants. Profitez-en ! Livraison de sperme par la poste, photographies des donneurs pour 200 euros, garantie de la marchandise et discrétion assurées. Merci qui ? Merci Kryos ! Sur un site gay, une vidéo achève la promotion de la fécondation artificielle : embryons en 3D, fées vêtues de blanc, laboratoire et calotte verte du médecin penché sur le faitout et mains gantées dans des frigidaires : le bébé pour tous made in labo.

L’Agence de biomédecine, rattachée au ministère de la Santé, encourage, en novembre 2018, une collecte de sperme pour pallier la pénurie à venir. Quand cesserons-nous d’être les « idiots utiles » d’une idéologie au service de lobbys ? Mon petit doigt me dit que, si le gouvernement veut passer en force, il y aura du populo dans la rue. On saura de quel bois se chauffent les Gaulois réfractaires.

À lire aussi

Les enfants nés de PMA demandent déjà des comptes : cela devrait nous alerter…

On vient de découvrir l’Amérique : les enfants existent. Ils ont même des droits. …