Editoriaux - 2 juillet 2019

Ouvrons les yeux ! l’Union européenne est dans une impasse…

Ouvrons les yeux ! L’Union européenne est en crise et, lentement mais sûrement, elle va vers d’énormes difficultés.

Les dernières élections européennes – une balkanisation totale des forces politiques – ne feront qu’accroître l’impasse dans laquelle l’Union européenne s’est engagée depuis des années !

Les éléments de crise s’accumulent et ne laissent planer aucun doute sur l’incapacité de l’Union européenne à se ressaisir pour retrouver une vision qui réponde aux aspirations des peuples en renonçant à son approche ultralibérale et technocratique.

– En premier lieu, les difficultés pour choisir un successeur à Juncker, président de la Commission, ne sont pas une simple question de personnes mais révèlent une profonde différence de conception entre les tenants d’une Europe supranationale et ceux qui prônent le retour des nations.
La France de Macron et l’Allemagne de Merkel sont dans les camps opposés, il n’y a aucune illusion à avoir et les successeurs de la chancelière risquent fort d’accentuer cette opposition. Les propos d’Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK), successeur potentiel de la chancelière, en réponse à la tribune d’Emmanuel Macron dans la presse européenne ne laissent aucun doute à ce titre.

– La conclusion de l’accord entre l’Union européenne et le Mercosur illustre la vision obsolète et technocratique de Bruxelles en matière commerciale.
C’est la conception gagnant-gagnant de l’OMC que Pascal Lamy a toujours défendue, ce genre d’accord multilatéral donne lieu à de multiples marchandages et compromis suscitant des oppositions dans tous les domaines, de toutes les parties concernées.
En réalité, c’est un processus perdant-perdant, sans parler du bilan carbone de la mondialisation malheureuse…

– L’incapacité de Bruxelles à maîtriser les flux migratoires, et notamment à contrôler les ONG qui jouent les apprentis sorciers en Méditerranée, démontre l’incapacité de l’Union européenne à comprendre les défis migratoires, qui sont l’enjeu majeur de notre siècle.
L’incapacité de l’Europe à maîtriser les migrations va cristalliser les critiques des peuples contre l’Union européenne.

La réalité est simple : l’Union européenne est devenue obèse et ingouvernable dans un système dominé par la technocratie, qui joue sa survie en jouant les États les uns contre les autres au nom de sa conception.

L’Europe doit s’amaigrir et ne traiter que quelques dossiers qui concernent le continent, le maître principe est désormais : SUBSIDIARITÉ.

De plus, l’Union européenne doit redevenir une union des peuples – ce qu’elle était à l’origine, avec le traité de Rome -, la Commission ne peut plus être le saint des saints à l’initiative de tout ; un simple secrétariat est suffisant pour proposer et animer la coopération entre les États.

Ainsi refondée, l’Union européenne ne sombrera pas dans le ridicule des marchandages : je veux ce poste et je te donne celui-ci… mais je ne suis pas d’accord…

L’Europe doit cesser de devenir un enjeu de pouvoirs des ego pour redevenir un cadre de coopération entre les nations !

À lire aussi

Les Français croient-ils encore en la justice de leur pays ?

Au-delà des exubérances médiatiques de Jean-Luc Mélenchon, il convient de regarder la réal…