Naguère patron incontesté de La et figure tutélaire de la NUPES, Jean-Luc Mélenchon serait-il bousculé en interne ? Ça y ressemble bigrement, depuis son soutien maladroit à Adrien Quatennens, suite à une gifle administrée à sa future ex-épouse. Longtemps, ses foucades (« La République, c’est moi ! » et « La police tue »), même si elles faisaient lever les yeux au ciel de ses plus proches fidèles, s’arrangeaient immanquablement, le chef ayant, par définition, toujours raison.

Il est vrai qu’alors, mouvement et groupe parlementaire étaient tenus d’une main de fer, malgré une organisation prétendue « gazeuse ». Seulement voilà, « nous arrivons aux limites du gazeux », ose affirmer Clémentine Autain sur BFM TV, le 29 août dernier. Et ça sent d’autant plus le gaz que Jean-Luc Mélenchon a commis la grave erreur de laisser penser que sa succession était ouverte en ne se représentant pas à la députation. Ses moyens de rétorsion contre d’éventuelles brebis galeuses s’en trouvent réduits d’autant. Il n’est donc plus qu’une sorte de président d’honneur dont on commence à remettre en cause à la fois la présidence et l’honneur.

Et c’est ainsi que ce qui a souvent été évoqué sur ce site – sa formation à l’OCI, trotskisme tendance lambertiste – éclate désormais au grand jour. D’où cette révélation qui n’en est pas vraiment une, dans Le Parisien du 24 septembre, signée Laurence Rossignol, vice-présidente socialiste du Sénat, qui a fait ses dans un autre courant trotskiste rival, celui de la Ligue communiste révolutionnaire fondée par Alain Krivine : « Personne n’échappe à son passé. Jean-Luc Mélenchon a été formé à l’OCI, qui était viriliste et antiféministe. Au milieu des années 1970, lorsque les mouvements féministes bousculaient les organisations de gauche et d’extrême gauche, l’OCI était hostile au mouvement des femmes et à l’organisation autonome des femmes. Donc, je ne suis pas surprise », balance-t-elle.

Il est indéniable qu’à l’époque, les lambertistes tenaient antiracisme, féminisme et défense des homosexuels ou du cannabis pour des « dérives bourgeoises ». Le rôle de ses rares militantes consistait avant tout à assurer le repos du soldat. Éric Coquerel, désormais président de la commission des finances, même si ancien de la LCR et déçu du chevènementisme avant de rejoindre LFI, fait partie de cette vieille école. D’où ses rapports à la gent féminine qui lui valent maintenant les soucis qu’on sait. D’où, encore, ce problème générationnel agitant à la fois NUPES, et LFI, ses principales composantes.

Si, chez de nombreux trotskistes, le sexe n’était que récréation d’après collage et baston, il se pratiquait aussi sans complexes chez les Verts. Celle qui ne couchait pas au premier regard était tenue pour vierge coincée, en proie à des préjugés bourgeois d’un autre âge. Le premier à n’avoir pas compris le changement d’époque fut Denis Baupin, débranché par les Verts en 2017 après avoir participé à une campagne contre les violences faites aux femmes (photo de lui rouge à lèvres à l’appui) pour ensuite se faire rattraper par la brigade des nouvelles puritaines – dont Sandrine Rousseau, déjà – pour harcèlement sexuel.

Résultat ? Manon Aubry, ancienne protégée d’un Mélenchon qui l’a propulsée en tête de liste aux élections européennes de 2019, utilise la même expression que Clémentine Autain : « Ce sont ses mots, pas les miens. » Des militantes LFI signent la tribune du collectif Relève féministe et font part de leur « consternation », « dégoût » et « colère ». Mathilde Panot, autre de ses chouchoutes, présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale, se fait pour le moment un peu plus conciliante, estimant qu’Adrien Quatennens, de facto écarté de la succession du parti, ne doit pas démissionner de son mandat de député. Étrangement, Sandrine Rousseau (LCI, 23 septembre) aurait presque tendance à jouer l’apaisement. Car il y a tant d’enjeux sur la table ! « J’ai envie de dire à Jean-Luc Mélenchon qu’il a beaucoup évolué sur bien des sujets, notamment sur l’écologie, plaide Sandrine Rousseau. […] Il a ouvert des meetings sur l’hymne des femmes pendant la campagne. Souvenons-nous de ça ! » Effectivement, les goûts musicaux ne sauraient se discuter.

Là où ça se complique, c’est avec la mise à l’écart forcée de Julien Bayou, patron de et vice-président du groupe écologiste au Parlement, accusé par la même Sandrine Rousseau de « violences » à l’égard de son ex-compagne. Au train où ces gens s’épurent les uns les autres, on sera bientôt dans Dix Petits Nègres. À la fin, il n’en restera qu’un ou une. Et pas forcément Jean-Luc Mélenchon. Si, même à l’extrême gauche, on ne respecte plus les vieux, c’est vraiment à désespérer de la France.

6920 vues

26 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

23 commentaires

  1. Mélenchon ne s’est pas méfié des amazones qu’il avait accueillies en son sein. Leur haine de l’homme et de sa masculinité reprend le dessus sous couvert de puritanisme sexuel (Dire qu’on avait viré les dames-patronnesses dans les années 70).

  2. Gordon Childe avait raison. Tous les groupes humains ou animaux qui se sont laissés dirigés par les femelles sont voués à décliner et à disparaitre.

  3. A la Nupes les amazones ressortent la « Veuve » (comprenne la guillotine) pour détrôner tous ces mâles qui leur font de l’ombre.

  4. C’est oublié parce que ca a été vite étouffé parce que c’était la gauche, mais il y a quelques temps il y avait des bruits insistants sur des harcèlemnts sexuels au sein de l’UNEF…..

    1. Ben non : il faut conserver le titre voulu par l’auteur (A. Christie) sinon c »est du révisionnisme !

  5. Pour la petite histoire, je suis tombé l’autre jour sur un ouvrage de Sylvain Maréchal (1750-1803) intitulé « Projet d’une loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes », le Sylvain Marechal en question etant un des plus fervents partisans de l’athéisme durant la Révolution Française … Comme quoi, si tous ces gens d’extreme gauche ont des problèmes avec les femmes, cela ne date pas d’aujourd’hui !

    1. Je soutiens depuis toujours la droite nationale et je suis athée : mince alors, comment c’est possible ?

  6.  » Vers la chute de la maison Mélenchon ? ». Son intérêt serait d’en faire une maison close afin que les scandales ne filtrent pas au dehors…

  7. Je déteste ouvertement Mélanchon, mais pour une fois j’ai apprécié son comportement vis à vis de son ex-dauphin Quatennens. Il affirme lui conserver son amitié, quoi qu’il arrive. Cette fidélité en amitié est une denrée si rare en politique, qu’il faut tout de même la remarquer. A moins qu’elle ne soit le signe qu’il n’est plus vraiment en politique, ce qui est peut être bon pour la Planète, mais sûrement pour la France !

  8. Cette corporation de pseudo politiques n’a plus sa place à l’assemblée nationale. Provocations, dénigrements, insultes, chahuts, tels sont les thèmes de ces profiteurs de la République. Mélenchon a bien dit qu’il était la République.

  9. Si LFI pouvait disparaître, mourir par pourrissement, cela rendrait un grand service à notre pays ! Je savoure leurs petits problèmes. Les insoumis montrent leurs vrais visages… Les voir se faire la nique entre eux est un pur bonheur et nous fait bien rire.

    1. Rassurez vous, ils vont disparaitre tout seul sans avoir besoin de personnes de l’extérieur , il y a le feu de l’intérieure , c’est comme un incinérateur .

  10. Ce qui arrive à la Nupes est décrit dans l’ouvrage d’Anatole France « les dieux ont soif »
    Toutes les têtes finissent dans le panier !
    Que la Nupes se désintègre est plutôt une bonne nouvelle pour notre démocratie, même si elle est considérée comme faisant partie de l’arc républicain par notre première ministre.

  11. Si, finalement, à Boulevard Voltaire, on laissait disparaître dans les poubelles de l’Histoire, cette clique de tordus profiteurs, bons à rien et mauvais en tout ! Ca nous ferait des vacances, non ? Qu’en pensez-vous ?

    1. Il faut bien parler de ces gens dont l’influence était grandissante, heureusement, laver plus blanc que blanc est une solution révolutionnaire qui mange ses enfants.. pour EELV écolos trotskistes comme tout le monde sait, le mur de la réalité arrive à 100 à l’heure..Malheureusement le pauvre français en paye les pots cassés…Malgré tout si, ils ont une telle influence c’est qu’on est d’accord en haut lieu de les laisser agir pour que la France perde tous ses moyens.. Les traîtres sont parmi nous, jusque tout en haut…

      1. En trente ans c’es incroyable comme la France a changer.Les S….. qui nous gouvernent on bien réussi leur coup..

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter