À 5 heures de trottinette de Paris se trouve la commune de Saint-Aignan-le-Jaillard (Loiret). Par la situation de son village, le maire du lieu a compris qu'il n'était pas à l'abri de voir déambuler en son fief quelque hurluberlu parisien à l'initiative du triplement des tarifs de stationnement pour les SUV. Il lui fallait riposter. Sans tarder, il prenait une décision basée sur « l'article n°42 du Code de l'absurdité publique des collectivités territoriales, selon lequel il est de notre devoir de trouver des moyens originaux de financement pour assurer la prospérité de notre commune ». À Saint-Aignan-le-Jaillard intra-muros, le tarif de stationnement pour tout membre de l'équipe Hidalgo passait alors de zéro à 18 euros. Plus de 6 heures : 225 euros. Au-delà, des peines de prison ferme n'ont pas encore été envisagées, mais rien n'est joué. L'homme est remonté.

La législation en vigueur se corse avec un « tarif spécial » (sans doute hors de prix) pour tout vélo de plus de 10 kilos garé quelque part entre les panneaux d'entrée et de sortie de l'agglomération. Tout semble prêt pour l'accueil, ne reste plus qu'à mettre en place quelques guetteurs signalant l'arrivée des intéressés.

 

Le premier résistant à la bobo-folie

Le révolté se nomme Ugo Planchet. 31 ans. Sans étiquette mais se prétendant « défenseur de l'humour et de l'équité ». Sa réponse « à l'absurde par l'absurde » pourrait faire des émules. Et des arrêtés visant à rendre « payant le stationnement des véhicules des conseillers municipaux de Paris » de fleurir ici et là. Bientôt, une armée de communes se lève et vient jusque sur leurs trottinettes apposer des procès-verbaux terrifiants. Ainsi, tout complice d'Anne Hidalgo se verrait quasiment interdit de province, tant les tarifs de stationnement y seraient exorbitants. Un vaste retour de manivelle lancé par le maire de Saint-Aignan-le-Jaillard. Le premier résistant à la bobo-folie.

La banlieue parisienne se doit de suivre le mouvement et même d'étendre la taxation à tout véhicule immatriculé 75. Mise à la fourrière des trottinettes soupçonnées d'avoir franchi le périphérique. Œil pour œil et gare aux contrevenants. La mesure de rétorsion imaginée par monsieur le maire fait trembler les responsables venus de la capitale : « Tout contrevenant à la présente réglementation devra présenter des excuses publiques à tous les citoyens de Saint-Aignan-le-Jaillard et offrir une tournée générale au bar le plus proche. » La mauvaise surprise pourrait venir du tarif des jus de carottes. Le bougre a tout prévu.

16887 vues

07 février 2024 à 19:05

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

36 commentaires

  1. La différence entre la stupidité et le génie, c’est que le génie a ses limites. Albert Einstein

Les commentaires sont fermés.