C’est quand même beau, le progrès. C’est, en tout, cas ce que semblent penser les chroniqueurs de Bonjour !, la matinale de TF1 animée par Bruce Toussaint. L’émission, annoncée comme un concurrent direct de Télématin, n’en finit pas de dégringoler dans les résultats d’audience. Ils ont beau faire, ça ne marche pas. N’est pas William Leymergie qui veut. Ça n’empêche pas Bruce Toussaint et sa brochette de chroniqueurs d’afficher une joie de vivre et une bonne humeur constantes, en continuant de tout trouver super. Bien-pensance sous Xanax™, confiture de banalités et entre-soi fumant. Le soleil vient de se lever. C'est la Ricorée du Nord, si on veut.

Probablement en vue de mieux nous inciter à profiter du moment présent, nous qui ne mesurons pas notre chance de vivre dans un monde si sympa, il y a, dans Bonjour !, une chronique qui s’appelle « C’était mieux avant ? » Le point d’interrogation n’est pas anodin, puisque évidemment, la réponse – leur réponse - est non. Si vous regrettez la correspondance manuscrite, le classique et le jazz, les femmes en jupe, la première classe dans le métro, les paysages sans pavillons moches, la banlieue avant les barres d’immeubles, le port du couvre-chef, les plats en sauce et les Facel Vega, vous êtes un sale réac, et puis c’est tout. C’est mieux maintenant. Curieux que vous ne l’ayez pas encore vu, tout de même !

Bref, parmi les nombreuses choses qui sont mieux maintenant, le chroniqueur de Bonjour ! avait choisi, ce 7 février, de parler de la contraception. Et évidemment, c’était pas mieux avant, vous vous doutez bien ! On commence par un reportage de l’INA dans lequel un homme témoigne qu’un de ses amis est devenu alcoolique parce que, comme sa femme et lui ne veulent pas d’un sixième enfant, il ne se passe plus rien entre eux. Terrible, ça. Et puis, après avoir lu sur l'écran une réflexion horriblement anti-pilule du général de Gaulle, selon qui (tenez-vous bien) les femmes portent des enfants et même (tenez-vous mieux) la pilule favoriserait la débauche, on s’aperçoit que le grand homme a changé son fusil d’épaule sous l’influence bienveillante du bon Lucien Neuwirth.

La pilule pour homme

Heureusement, donc, tout ça, c’est du passé : pilule pour toutes, avortement gratos en cas de loupé et la France va beaucoup mieux. D’ailleurs, les gens sont plus épanouis, les grossesses non désirées sont rarissimes et plus aucune femme ne se refuse jamais à son mari pour des motifs d’une invraisemblable mauvaise foi. Je suis certain que vous l’avez remarqué. Il reste cependant un problème, constatent d’un commun accord Bruce Toussaint et ses amis : la parité. On repasse alors un magnéto de l’INA avec, cette foi, un homme des années 70 qui, déjà « déconstruit » (applaudit l’assistance), propose une pilule pour hommes, dans un louable souci d’équité.

La voilà, la solution d’avenir ! Aujourd’hui, pas de pilule pour hommes (pas encore), mais le bistouri : on appelle ça la vasectomie et il paraît que c’est très à la mode. On n’entrera pas, ici, dans les détails pratiques de cette opération bénigne, mais on s’apercevra rapidement de son caractère symbolique : refus de transmettre la vie, sacrifice des fonctions les plus basiques. La vasectomie est à l’image de ce que la condition masculine devient, sous les applaudissements de beaucoup d’hommes eux-mêmes. Le « réarmement démographique » dont ne cesse de parler Emmanuel Macron ne semble pas pour demain.

On souhaite, selon la formule bien connue, tout le bonheur du monde à Bonjour !, pour qui le monde semble aller trop super bien. Bruce Toussaint, d'ailleurs, suggère une chose qui semble évidente : puisque apparemment, ce n’était jamais mieux avant, peut-être vaudrait-il mieux appeler cette chronique « Est-ce que ce sera mieux après ? Mais bon, conclut le débonnaire journaliste, « la question sera toujours oui ». Une telle foi dans le progrès vous glace le sang – de bonheur, naturellement, que croyez-vous ?

5884 vues

07 février 2024 à 18:35

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

17 commentaires

  1. « Le réarmement démographique »quel terme poétique pour évoquer ce qui ,à l’origine est un acte d’amour!

  2. « une joie de vivre et une bonne humeur constantes »..
    Des salaires indécents, sans responsabilités aucune, peuvent vous rendre euphoriques.

  3. Désolé d’aller à rebours du ton général de ce journal, que j’apprécie beaucoup, sauf pour la liberté d’avorter à laquelle je suis attaché. Avoir un enfant est une affaire tellement sérieuse et tellement responsabilisante qu’elle ne doit pas être liée à un oubli de pilule, au déchirement d’un préservatif, à un émoi irrésistible d’un soir, ou à un peu trop d’alcool. Les hésitations des Français tiennent principalement à de basses (mais totalement légitimes) considérations financières et pratiques et à l’appauvrissement général de la population, considérations qui ne touchent pas apparemment nos immigrés vu les allocations qui vont avec les enfants, et dont ils ne sont pas particulièrement responsables.

  4. La vasectomie …. A l’attention du sieur Toussaint, c’était mieux avant : la vasectomie se pratiquait déjà il y a cinquante ans. Un inconvénient, c’est irréversible. Ces nouvelles générations redécouvre l’eau chaude et s’affichent « progressistes ». On n’est pas près d’avancer… de redresser la France avec de tels lascars.

  5. C’est beaucoup mieux maintenant, il suffit de laisser entrer 500 000 migrants (légaux!) par an pour repeupler la France, la voilà la solution !

  6. Peut-être que ces gens intelligents rappellent qu’il existe tellement de moyens de contraceptions en France, qu’on se demande où est l’intérêt d’inscrire l’avortement dans la constitution ? En effet, avec toutes ces possibilités offertes pour éviter une grossesse indésirée, quel intérêt d’inscrire la destruction de foetus dans la constitution ?

  7. Il y a peut de chance que Bruce Toussaint et ses acolytes sachent ce qu’est une Facel Vega.

    1. C’est vrai que c’était bien les Facel Vega… mon père en avait une… très belle, mais je n’avais pas beaucoup de place à l’arrière.!!! Ça sentait bon le cuir… vous avez peut-être connu, pas vrai, Anne Aurore Angélique ? Belle époque 1950/60 … souvenirs souvenirs… légèreté et romantisme, encore…

  8.  » Ventes de pilules en moins » !! Normal l’IVG est gratuite, donc, utilisée sans modération……………

  9. Comment se fait-il que dans un louable souci d’équité aucun laboratoire n’ait mis au point la pilule pour les trans ?

  10. L’émission ne finit pas de dégringuoler est une excellente nouvelle , et surtout prions pour que la chute soit rapide et bon débarras .

  11. Ah les émissions où interviennent les français lambdas( mais bienpensants avant tout. C’est la tendance actuelle des chaines mainstream…dégoulinantes de bons sentiments et de niaiserie. Entendu à la radio ce matin : France 2 lance une émission du même type avec Hugo Clément, égérie du wokisme, où les gens vont exposer les « grandes décisions » (bienpensantes n’en doutons pas) de leur vie… Nausée garantie.

Les commentaires sont fermés.