[Satire à vue] Sauver l’agriculture ? Agnès Pannier-Runacher a la recette !

pannier runacher

En réaction aux accords de libre-échange qui laminent agriculteurs et éleveurs, une femme jette sur la table de sa cuisine un bon kilo de petits pois et une botte de carottes. Ca ne se passera pas comme ça.

Sur X, Agnès Pannier-Runacher a posté les photos de son acte de résistance aux diktats de Bruxelles. Un assistant a immortalisé la scène. Elle écosse, tranche et découpe. Aucun haricot vert ne sortira indemne de cette séance de solidarité avec le monde paysan. Pendant que certains se reposent, le ministre délégué auprès du ministre de l'Agriculture achète de l'agneau français, en dépose une pleine poêlée sur le feu, et en avant pour une bonne claque à la viande importée de Nouvelle Zélande à moitié prix !

Le secret de la performance réside en la capacité du cordon bleu à sourire tout en préparant des ingrédients qu'elle vient tout juste de condamner. Diable au bureau, ange aux fourneaux. Dès la porte du ministère franchie, la terreur des produits du terroir se mue en Belle des champs. Et de beaux légumes dont son gouvernement facilite l'importation et de la « viande bien de chez nous » qui ne peut faire face à la concurrence. Ah, quel bonheur de vivre en apesanteur !

La prestation ayant été postée le 1er avril, chacun de s'imaginer qu'il s'agit d'une bonne blague. Ou pire encore. D'un bras d'honneur adressé aux producteurs des produits mis en scène. Non. La jeune femme blonde présente tous les dehors de la conviction. Elle soutient les agriculteurs. À bout de bras ! Encore deux repas et ils sont tirés d'affaire. Chez les Pannier-Runacher, on a un solide coup de fourchette. À décharge du ministre, reconnaissons qu'elle ne précise pas les quantités de nourriture « made in France » que la famille ingurgite chaque mois. Dans l'éventualité d'une consommation hors normes, le coup de pouce au métier prendrait tout son sens. L'ivrogne du sketch de Coluche buvait pour éponger l'excédent, Pannier-Runacher dévore du local pour aider un secteur qu'elle s'emploie à détruire par ailleurs. Endettée par des rôtis d'agneau à 90 euros pièce, au bord de la ruine à cause du dernier camion de petits pois. La militante macronienne se sacrifie sur l'autel de l'alimentation locale et tout le monde rigole. Quelle ingratitude !

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 05/04/2024 à 23:16.
Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

24 commentaires

  1. A. Pannier-Runacher en influenceuse de pacotille (pléonasme, je le concède volontiers): heureusement que le ridicule ne tue pas! En France on n’a plus d’idées, mais on a des gens comme Mme Pannier-Runnacher pour faire de la com’. Elle oublie de dire combien son repas 100% agriculture locale lui a coûté: non, Madame, la majorité de la population française ne choisit pas d’acheter des produits importés de moins bonne qualité au détriment de notre agriculture: à plus de 50€ le kilo, j’aimerais acheter de l’agneau du pré-salé agrémenté d’une petite pomme de terre de Noirmoutier sautée à 9,90€ le kilo mais mon salaire ne me le permet pas. Arrêtez de détruire l’agriculture française en votant à Bruxelles des accords qui encouragent une concurrence ultra déloyale et assomment les agriculteurs de règlementations plus tordues les unes que les autres, cela permettrait de retrouver des prix raisonnables qui inciteraient plus de monde à acheter français.

  2. Une seule chose à faire pour nos agriculteurs : en remettre une bonne couche avant les Européennes afin de faire une bonne piqûre de rappel aux électeurs…

  3. A Pannier -Runacher: cette femme ministre qui a couvert l’illégalité des pratiques sur l’eau minérale, sciemment donc par complicité, et autant par recel de fraude. Personne ne s’en soucie et elle la ramène encore. Aucune question posée. Tout va bien en France.

  4. Ce n ‘était peut-être pas du meilleur goût, enfin lorsqu’on regarde le niveau de nos ministres et de nos députés, c’est le reflet de notre époque, mais critiquer pour critiquer c’est complètement stérile, elle a cru être originale, et, utile c’est le plus grave d’ailleurs. Ils sont tellement en dehors de la vie de tous les jours qu’ils ne se rendent pas compte que parfois ils sont ridicules.

    • Venir faire ce « post » le 1er avril révèle un degré de machiavélisme voulant faire honneur à son « menteur 1er » le « Président-des-cercueils » ! … Sa connaissance du milieu agricole et ses compétences en jardinage sont déjà connus ! …

      Encore une « bobo-écolo-goocho » de pacotille qui fracasse tout ce qu’elle veut diriger …

  5. Si ses théories sur l’agriculture sont dans la même lignée que celles sur les voitures électriques, le monde paysan a énormément de soucis à de faire.

  6. Le politique est devenue tellement médiocre que le rôle d’un ministre est réduit à celui d’un mauvais influenceur.
    Que restera t’il du passage de cette dame dans différents ministères ?
    Après avoir été en charge de la transition énergétique, la voilà éplucheuse de légumes.
    Avec les beaux jours qui arrivent, pourvu qu’elle ne finisse pas aux fraises !

    • La fosse à purin serait la meilleures destination pour cette brillante représentantes du gouvernement. Elle pourrait ainsi préparer les places pour ses collègues et patrons.

  7. Elle a pourtant raison. C’est au consommateur de faire la loi. Boycottons l’agneau du Pacifique car trop polluant.

    • Ça fait longtemps que nous mangeons de l’agneau de Nouvelle Zélande, sans le savoir! C’est ce que m’a dit mon petit boucher…

    • Si c’est financier, très certainement. Mais si c’est intellectuel vous insultez les français.

  8. Mais: Ses petits-pois carottes, ils viennent du Kenya, d’Afrique du Sud ou du Maroc sous serre ? Parce que , je sais pas si la dame-panier de provisions le sait, mais les petits pois, c’est en mai, au mieux; et les carottes itou jusqu’en été: A Pâques, on songe seulement à les semer,en surveillant la météo car gelées encore probables ! Allez : petit stage d’horticulture pratique au potager, dame rouffenach !

  9. Aucune honte … les nantis se gavent de bons produits français hors de prix et les gueux se contentent de viandes et légumes chargés de produits chimiques interdits en France et importés grâce à sa trahison …

  10. Remuer le couteau dans la plaie quand on est responsable de ce que subissent les agriculteurs n’est il pas passible d’une peine de prison .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois