Lorsque la vante ses propres mérites, la petite maison renaît dans la prairie. Loin des guichets assaillis par des populations bigarrées plutôt issues de pays africains, entrons dans le monde merveilleux du clip mis en ligne par la Caisse d'allocations familiales. D'abord un bébé naît. Tout blanc teinté de rose. Bébé devient enfant modèle, puis ado irréprochable et enfin adulte qui forme couple avec dame très blanche de laquelle survient une jolie petite fille du même coloris. Sur une vaste plage, le trio ainsi formé s'en va cheminant vers un horizon radieux. Avec un seul enfant, ils ne toucheront aucune allocation, mais peu leur importe... La poésie les étreint...

À la vue de ce spot promotionnel idyllique, la sénatrice socialiste Laurence Rossignol croît défaillir. Alors que le gentil organisme s'est efforcé d'enjoliver le profil de sa clientèle, l'ex-ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes déplore les stéréotypes. Trop de blondinets, de vacances à la mer, de bel appartement, un papa, une maman, où va-t-on ?

Les idéologues de la diversité s'affrontent en un combat sans merci. Les uns en faveur de la dissimulation, les autres pour la revendication. Rien ne va plus au royaume de la propagande. Dépeindre la réalité au risque d'effrayer l'opinion ou montrer une Potemkine toute de carton-pâte recouverte ? La stratégie divise les penseurs de l'immigrationnisme.

Dans le clip rêvé façon Rossignol, Robert et Maurice s'en vont tenant par la main une fillette transgenre tandis qu'au loin, une embarcation chargée de s'approche des côtes. Après trois changements de sexe, le jeune homme redevient femme et prend le voile. Les guichets de la CAF sont illuminés de guirlandes clignotantes et la mention « open bar » orne l'entrée des succursales. De sensibilité radicalement inverse, la mouvance cachotiste pourrait se faire plus extrémiste et produire un clip couleur sépia. Ambiance années 20. Un film muet agrémenté d'un fond musical au piano. Au grand dam de Laurence Rossignol ! Et tous de s'écharper sur la manière de faire accepter l'idéologie mortifère qui les tenaille. Ou comment le « diviser pour régner » pourrait enfin profiter aux opposants.

11040 vues

1 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.