Sans-abri à Bruz : les villes de province n’ont pas fini d’accueillir du monde

Capture d'écran BFM TV
Capture d'écran BFM TV

Il aura fallu attendre l’organisation des Jeux olympiques 2024 pour faire réagir le gouvernement au sujet d’un problème semblant devenu endémique qui ne date pourtant pas d’hier : la gestion des sans-abri. Les hôteliers parisiens ne pourront, en effet, plus accueillir ce public précaire, au vu de la clientèle nombreuse qui se profile pour l’été 2024, et une solution rapide et efficace pour désengorger la capitale s’impose. Le remède trouvé par l’exécutif porte le nom vaporeux de « sas d’accueil temporaires régionaux », un système d’hébergement que les préfets doivent mettre en place dans toutes les régions à l’exception des Hauts-de-France et de la Corse, et qui permettra d’accueillir les sans-abri chassés de Paris. Ceux-ci demeureront trois semaines dans ces « sas » avant d’être envoyés dans une nouvelle région, « vers le type d’hébergement correspondant à leur situation ».

Dernièrement, c’est la ville de Bruz (Ille-et-Vilaine) qui a appris qu’elle était concernée par le projet. C’est par un SMS reçu à 21 heures, il y a trois semaines, que le maire divers gauche Philippe Salmon a appris la nouvelle. Lundi 22 mai, il a annoncé le projet en conseil municipal, n’hésitant pas à se dire « désarçonné » par cette lourde obligation. Dans un communiqué publié sur le site de la ville, le maire fait part du cas de conscience que lui pose l’installation prochaine de ces sans-abri : selon lui, la ville n’est pas à même de recevoir ces arrivants. Le terrain prévu pour les accueillir se situe à la gare de Bruz, il jouxte la voie ferrée et se trouve sous un pont automobile, ce qui « pose des problèmes de sécurité mais aussi des nuisances sonores pour ces personnes ». « Ce terrain est en outre un terrain pollué par des hydrocarbures et des métaux lourds, ce qui risque d’entraîner des problèmes de salubrité et de potentiels empoisonnements », explique le maire. D’autre part, les services de repas ne seront pas prévus et ce sera donc aux résidents de se débrouiller pour se nourrir, en essayant d’ouvrir un dossier ou de profiter des services de la ville, ce qui complique encore la situation. En un mot, le maire conclut que « ce sas ne garantirait pas des conditions d’accueil dignes et nous demandons à la préfecture de revoir son organisation, dans la concertation, pour assurer de meilleures conditions d’accueil ».

Joint par BV, Julien Masson, collaborateur (RN) à la région Bretagne, ne cache pas son indignation. Pour le responsable local, le terme de « sans-abri » reflète une première hypocrisie gouvernementale. « On annonce partout que ce sont des sans-abri, mais personne n’ignore que ce sont essentiellement des migrants. Le Rassemblement national n’est pas le seul à le dire, même la presse de gauche le reconnaît », explique-t-il. Les motivations de cette répartition font également réagir Julien Masson : « Le projet est clair : faire place nette pour la Coupe du monde de rugby et les Jeux olympiques. Il s’agit de cacher aux supporters étrangers la tiers-mondisation de Paris et de la région Île-de-France. Alors, on exporte les bidonvilles, ces campements indignes qui pullulent en Île-de-France, et on déplace la misère sans la résoudre. » Pour lui, la manière dont ces personnes sont traitées est tout bonnement intolérable : « L’État dit que ce sont des sas de transition, qu’il s’agit d’établir des roulements. On a l’impression de parler d’une entreprise de logistique, on gère cela comme des stocks, c’est de la marchandise », tempête-t-il. Au Rassemblement national, la position est claire : « L’humanité implique de la fermeté. On doit avoir une politique d’immigration stricte pour éviter que des campements indignes pullulent. Malheureusement, ce genre de situations va probablement s’accroître et se multiplier dans les années à venir », conclut Julien Masson.

Après les projets de centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) dont Saint-Brevin-les-Pins, Callac ou encore Corlay font déjà les frais, voici donc leur complément avec les « sas d’accueil temporaires régionaux », qui ne devraient pas tarder à concerner d’autres villes. Si les termes diffèrent, la réalité n’est pas si différente : les Français n’ont pas fini de trinquer au profit de ces nouveaux venus.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 27/05/2023 à 0:33.
Marie-Camille Le Conte
Marie-Camille Le Conte
Journaliste à BV

Vos commentaires

30 commentaires

  1. Alors quand cela l’arrange, les migrants deviennent des SDF, dont l’Etat ne se préoccupe pas trop d’habitude. Pour m’en être justement occupé, je signale que la plupart des SDF n’aiment pas qu’on leur assigne un « endroit », et le quittent facilement, cela m’étonnerait qu’ils restent à Bruz !

  2. L’état crée des problèmes d’immigration (d’invasion ) qui n’arrive pas a résoudre ,ou plutôt qu’il n’a pas le courage de les résoudre ; Ensuite l’état veut diluer ses problèmes d’immigration dans la FRANCE « profonde » afin de donner une bonne image de Paris pour les JO , même les SDF doivent dégager ! Et de surcroit ,l’état impose aux communes cette immigration qui vient avec son lot de culture moyenâgeuse et d’insécurité . « Quelle époque terrible que celle ou des idiots dirigent des aveugles  » ( William Shakespeare )

  3. En fait, déplacer des populations qui sont arrivées à Paris, là où se trouve le principal, le choix de leur vie, ça s’appelle comment ? Ils peuvent y aller tout seul en Campagne, par tous les moyens de déplacements que les Associations peuvent leur trouver…et pour y faire quoi ?

  4. c’est bizarre quand même : le maire de gauche de Bruz devrait être ravi de recevoir des migrants! Il devrait même demander à ses administrés encore plus d’efforts pour que l’accueil soit chaleureux et qu’ils leurs distribue de la nourriture!
    À moins qu’à gauche, ce soit : fait ce que je te dis, pas ce que je fais.

  5. Pour en revenir a ce commentaire les Maitres devraient mettre au vote dans les communes ,cela éviterai les les écharpes tricolores de faire des défilés d’hypocrites.

  6. Les  » sans abris  » devront se débrouiller pour se nourrir.
    À votre avis comment procéderont ils ???
    Je suppose que les habitants de Bruz en ont une vague idée. Des âmes généreuses gauchistes leur apporteront ce qu’il faut sur un plateau ou alors ils iront se servir chez l’habitant.
    Et là !!! C’est le drame.

  7. « Plus ça va, moins ça va « …Les absurdités s’accumulent pour tenter de camoufler l’impuissance de ce gouvernement à gérer l’invasion migratoire.

  8. Je ne doute pas que tous les hommes politiques et les grandes consciences de tout poil favorables à l »accueil de l’autre » mettrons leur résidence secondaire à la disposition de tous ces pauvres bougres alléchés par une France riche et généreuse.

  9. Transformer la France en méga-bidonville géant ? C’était dans le programme du candidat Macron ? En tout cas ça fait vraiment envie, on a hâte d’y être, ambiance festive et bon enfant garantie. Et puis pas de jaloux, tout le monde sera aux premières loges pour profiter du spectacle.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois