« Sale fils de p*** » , « enfant de p***, les croisés Inch Allah », « sale vendu ». « J’espère que t’as honte de toi. » Tels sont les commentaires emplis de bienveillance et de tolérance par des internautes, probablement de confession musulmane, à l’égard du footballeur égyptien Mohamed Salah. Son tort ? Poser entouré de sa femme et ses deux filles devant le sapin de Noël et poster cette scène de bonheur familial sur les réseaux sociaux.

Ce qui est intéressant, dans cette polémique, au-delà de l’agressivité désormais coutumière de certains supporters, c’est de constater combien, finalement, des musulmans ont compris ce que représentait encore Noël. « J’taime bien mais t’es musulman mon gars je te rappelle » ou « Wesh Salah, c’était que du fake le Coran dans les mains avant les matches, jsuis [sic] dépité, il l’a jamais ouvert. »

Pour nombreux de nos compatriotes, cette fête vidée de toute religiosité reste l’occasion de se réunir autour d’un bon repas et de s’offrir des présents, et la messe est reléguée au rayon des produits non essentiels. En posant tout de rouge vêtu, le joueur de Liverpool est emblématique de cette génération multiculturelle pour qui Noël se résume à son folklore de serre-tête en forme de cerf ou de paquets cadeaux joliment enrubannés que l’on s’apprête à déballer. Le consumérisme est, somme toute, universel.

Alors même si l’on s’éloigne considérablement, dans ces commentaires outrageusement haineux, du message d’espérance et de paix qui entoure la naissance du Petit Jésus, sachons gré à ces internautes de nous rappeler que Noël est une fête chrétienne et que c’est bien cela le vrai sens de la Nativité…

26 décembre 2020

À lire aussi

Plus de diversité et d’Europe à France Télévisions

Cher compatriote installé confortablement dans ton canapé, l’Europe tu aimeras, Ursula von…