La démocratie est sauvée.

a démissionné, à la demande, paraît-il, de la ministre Fleur Pellerin qui a sans doute jugé intolérable l'abus des frais de taxi de la présidente de l'INA et, pour une part, la privatisation de ceux-ci. Et donc la perte de légitimité qui allait en résulter pour elle (Le Parisien).

Si j'osais, je comparerais cet acte d'autorité de la ministre de la Culture avec la complaisance gênée dont elle a fait preuve quand, à la cérémonie des Molière, Sébastien Thiéry s'est exhibé dans le plus simple appareil et que - pardon, je suis réac ! - il a d'une certaine manière ridiculisé la fonction de ministre.

La République l'a échappé belle et la presse régionale se réjouit parce que l'impunité et les privilèges ont diminué.

serait bien plus importante qu'elle-même.

Pour ma part, cette affaire ne laisse pas de m'étonner. Comme si rien ne servait à rien.

Depuis l'élection de François Hollande en 2012, les discours sur la morale publique ne manquent pas. L'exigence d'exemplarité ne cesse d'être proclamée. En gros les vertus et l'éthique sortent, magnifiques et évidentes, de la bouche officielle, des leçons données par le pouvoir ; mais au détail les transgressions singulières continuent.

Comme si les titulaires d'autorité, où qu'ils soient, du niveau le plus haut jusqu'à l'échelon le plus bas, faisaient mine d'écouter l'Etat en lui disant : "Cause toujours !" mais n'en faisaient qu'à leur tête dans leurs pratiques. La rectitude, c'est évidemment toujours pour les autres.

Comment des personnalités estimables et intelligentes, comme celle d' en l'occurrence, sont-elles à ce point privées de lucidité que même dans leur propre intérêt elles ne voient pas l'incompatibilité de ces accommodements avec l'intégrité professionnelle et personnelle ?

Ainsi, pourtant, les privilèges et l'impunité seraient vaincus chaque jour un peu plus ?

Je n'aime pas que nous soyons entrés, pour débusquer l'immoralité des autres - seulement celle des autres ! - dans une société de coups fourrés, de dénonciations et de lettres anonymes. Il y a un lâche derrière l'éviction d' et ce n'est pas seulement une indignation inspirée par l'honnêteté qui l'a habité mais, qui sait, la volonté de se venger, de faire libérer une place pour peut-être l'occuper.

Cette dérive des mises en cause en catimini, clandestines, gangrène notre monde français. Inspirées par l'envie, la jalousie et, s'il s'agit de vérité, par des pulsions aigres et vindicatives - sinon, elles seraient courageuses et transparentes -, elles ont affecté l'univers judiciaire. Elles ont permis à ce dernier des succès indéniables mais causé aussi des erreurs, des malentendus, des injustices. Il ne faudrait plus, en matière pénale, laisser des libelles sans visage ouvrir la voie et susciter l'opprobre. Je n'ai pas la moindre illusion : ce processus va continuer, tant on préfère la preuve confortable, paresseuse, de l'insinuation discrète et irresponsable à l'éclatante et solide démonstration des charges et des transgressions.

Enfin, croit-on parce qu' a quitté l'INA que, demain, la pureté viendra sur nous tous comme une grâce ? Si on aspire à une société parfaite en tous points, jusqu'où va-t-on devoir aller ? Jusqu'à quelle peccadille ?

[...]

est partie.

Mais les faiblesses humaines restent.

Extrait de : Une Saal affaire !

55 vues

30 avril 2015

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.