Retraites : Reconquête pour une reforme mais contre la violence de l’exécutif

marion maréchal

Ce jeudi 26 janvier, sur BFM, Marion Maréchal maintient et acte une divergence de vue entre Reconquête et le RN. « Nous sommes en désaccord avec la ligne officielle du Rassemblement national sur ce sujet. Cela ne veut pas dire qu'il y n'a pas de points de convergence sur d'autres domaines, mais là, en l'occurrence sur la retraite, il y a un désaccord. » Dans ce duel « fratricide », on peut désormais acter une nouvelle divergence de taille : celle des retraites. « Si vous avez vibré au grand meeting du Trocadéro […], adhérez à Reconquête […] Nous sommes le seul parti anti-socialiste de France », avait lancé le vice-président du parti Guillaume Peltier, lors du meeting anniversaire de la formation politique présidée par Éric Zemmour. Déjà à l’époque, en décembre dernier, le RN et Reconquête divergeaient en matière d’approche. Là où le parti de l’ancien journaliste tançait l’assistanat et la politique de la prime portée par Emmanuel Macron, le RN votait à l’Assemblée tout ce qui pouvait remettre un centime dans la poche des Français.

Avec la réforme des retraites portée par le gouvernement d’Élisabeth Borne et le durcissement de ton de l’exécutif dans les négociations, le RN a fait passer un message clair : ses députés s’opposeront à ce texte et assument de vouloir l’abroger. Ils assument aussi de supporter le coût d’un éventuel déficit de notre système de retraite estimé à 10 milliards par an, confie à BV le député Thomas Ménagé, en charge des retraites au sein du groupe RN. Lors du débat qui l’opposait au porte-parole du gouvernement Olivier Véran et à la patronne du groupe LFI à l’Assemblée nationale Mathilde Panot, le président du RN Jordan Bardella a vivement critiqué le projet du gouvernement, qui compte repousser l'âge légal de départ de la retraite à 64 ans. Il a aussi dénoncé « le cynisme » de l'exécutif, affirmant que « de nombreux Français, en particulier les jeunes, seront pénalisés par la réforme ».

« Une réforme nécessaire »

De son coté, la vice-présidente de Reconquête et hypothétique tête de liste aux élections européennes de 2024 a, pour sa part, estimé sur BFM TV qu'« une réforme était nécessaire ». L’ancienne députée du Vaucluse a poursuivi : « Il y a un déséquilibre dans le système actuel, mais à l’issue de la mise en place de cette réforme, il n’est absolument pas garanti qu’il y ait une augmentation générale du nombre d’actifs. » En d’autres termes, oui sur l’esprit mais non sur les modalités. Car Éric Zemmour avait dans sa campagne présidentielle avancé une réforme repoussant l’âge de la retraite à 64 ans. Sur cet âge, Élisabeth Borne a déclaré qu'elle ne voulait plus négocier.

Alors, la Macronie a-t-elle trouvé un allié ? Regrette-t-elle que la formation politique d’Éric Zemmour ne dispose d’aucun siège à l’Assemblée nationale pour voter cette réforme ? N’allons pas aussi loin. Marion Maréchal tempère son propos en déclarant « comprendre l’exaspération des Français ». Face au journaliste de BFM TV, elle déclare que les Français ont l’impression « d’être les premiers à être sollicités pour travailler mais, en parallèle, on ne voit pas d’effort particulier de l’État contre la fraude, le gaspillage bureaucratique et le dumping social ». En d’autres termes, elle déplore une demande d’efforts sans contrepartie de la part de l’exécutif.

Une retraite « pas votable en l’état »

« Je n’aurais pas voté la réforme en l’état car il manque beaucoup de prérequis. » Jointe par téléphone, la vice-présidente de Reconquête est claire et concise. « Entre autres, il manque une vraie politique de natalité qui a été détruite par François Hollande et une vraie politique d’emploi dans un contexte de dumping social qui nuit au patriotisme économique », martèle-t-elle.

Dans son viseur : les régimes spéciaux « qui nous coûtent 40 milliards par an » et les inégalités vécues par les mères de famille qui vivent des carrière hachées. En d’autres termes, si le principe de réforme est validé par l’entourage d’Éric Zemmour, la violence de l’exécutif et la vision à court terme ne passent pas.

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

47 commentaires

  1. Voilà pourquoi « reconquête » ne reconquiert rien du tout. Ce sont des « feux follets » sans éclat et plus qu’éphémères.

    • Presque d’accord avec vous pour la simple raison que Reconquête s’appuie sur des valeurs que les francais refusent et en particulier celle du mérite car L’Individualisme y a vaincu le Collectif. Cette démocratie donne le pouvoir à toutes sortes de démagos interessés par leur seul nombril,du politicien à l’électeur. Ce ne sont pas des feux follets, ce sont les lanternes d’une civilisation en déclin : cette France en est le symbole et l’accélérateur.

  2. les Français ne veulent plus travailler,
    les Français ne veulent plus d’enfants,
    les Français ne veulent plus se marier.

    Avec qui et quoi la retraite à 60 ans serait financée, nous vivons à credit
    sans compter que les generations futures auront probablement la charge
    de rembourser le principal de nos emprunts pharaoniques et les
    intérêts qui vont avec. Je crois meme que la retraite à 64 ans ne suffira pas.
    Ne pas oublier également que nous avons un flux ininterrompu de centaines
    de milliers de migrants qui débarquent chez nous, reçoivent les aident sociales
    et plus de 50% de ces migrants ne travaillent pas. La guerre aux frontières
    de l’Europe. Au secours !!!

  3. Oui pour le principe des 64 ans, mais pas pour toutes et tous, et à n’importe quelles conditions
    Non pour le texte tel qu’il est présenté, alors que la 1ère Ministre a eu me temps de le peaufiner…mais l’on sait que la France est de plus en plus tirer par les ficelles depuis Bruxelles et Washington comme un pantin….
    Donc Reconquête est Contre. C’est ce qu’il faut retenir.

  4. Loi immonde à l’image de ce gouvernement mais comment ne pas rigoler en voyant les manifestations fréquentées en immense majorité par des électeurs macron deuxième tour pour faire barrage à l’extrême droite et au nazisme. Pauvre pays.

  5. Pour soutenir ce que j’ai écrit plus tôt …citation du nouveau patron des socialistes,Olivier Faure :“Il faut engager la rupture avec la TYRANNIE du mérite“. Le mérite c’est ce qui a construit la Civilisation Européenne. Et c’est au nom de LEUR égalité que les gôchistes poussent notre peuple dans le mur de la mondialisation…on y est d’ailleurs depuis l’UMPS…Zemmour et Reconquête soutiennent cette VALEUR du méite…que même le RN ne reconnait plus pour des raisons purement électoralistes ,car on veut faire carrière(?!) en Politique.La réforme des retraites n’est que la vitrine de ce dépôt que les gouvernements successifs remplissent depuis longtemps…et qui finira par s’écrouler :ce qui est l’objectif des gôchistes-mondialistes,et des droites-mondialistes

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois