[REPORTAGE] De nombreux jeunes militent jusqu’au bout pour la vie

photo-output_720

Une centaine de militants de la Marche pour la vie organisait une manifestation à Paris, ce mercredi 28 février, pour protester contre l'inscription de l'IVG dans la Constitution. Les militants comptent organiser une nouvelle action, ce lundi 4 mars, à l'occasion de la réunion du Parlement en Congrès à Versailles. BV est parti à leur rencontre.

Louis de Torcy
Louis de Torcy
Etudiant en école de journalisme

Vos commentaires

26 commentaires

  1. J’attends avec impatience la constitutionnalisation de l euthanasie pour rester cohérent: droit de mort avant la vie, droit de mort à la fin de la vie

  2. Et le plus horrible c’est de supprimer des enfants à naitre de 16 semaines en leur broyen le cerveau,comment une femme normal peut faire cela à son futur enfant,alors qu’ils y à tellement de femmes qui pleure de ne pas en avoir,la France devient une honte,alors que dans certains grand pays ils sont pour la natalité à 100% et donnent des primes à chaque nouveaux enfants.

  3. Avec tous les moyens de contraception dont nous disposons , pas besoins d inscrire l’IVG dans la constitution ( est elle encore active cette constitution dénoncée par Valls ??? )
    L’autorisation de pratiquer une IVG est déjà inscrite dans la loi et ne peut en aucun cas servir de contraception car c’est un crime qui ne peut être commis qu’exceptionnellement et les musulmanes des cités ne pourrons quand même pas y accéder après un viol ! ( le MLF devrait se mettre au travail pour éduquer les jeunes filles et femmes des cités à trouver leur place au sein de la famille )
    Les médecins ont porter serment d’aider à la vie et non de l’empêcher et doivent rester seul juge avec la femme enceinte !

  4. Ce qui me gène profondément dans cette constitutionnalisation de l’IVG c’est que cela lui donne le caractère de bienfait pour l’humanité. Le nihilisme qui célèbre l’unique valeur de la société en 2024, le fameux « c’est mon droit », nous réserve le même sort qu’à Icare. L’UE n’a plus rien d’autre à nous offrir que la mort.

  5. Dans une IVG, il y a 2 corps : celui de la femme, et celui de son enfant, aussi petit soit-il. 2 personnes. On peut y rajouter la personne du père de l’enfant.
    C’est avant qu’il faut y penser. Contraception (les moyens en sont multiples), abstinence, etc….

  6. Ne vous inquiétez pas de cette comédie, quand nous les patriotes reprendrons les manettes nous feront sauter ces ignominies progressistes de notre Constitution afin de revenir à celle de 1958 voulue par De Gaulle et ceci par voie référendaire et démocratique.

  7. Que les femmes fassent ce qu’elles veulent de leur corps est une chose, mais la grossesse n’étant pas une maladie, elle ne doit pas être prise en charge par la sécu sauf viol ou raison médicale avérée

    • Dans une IVG, il y a 2 corps : celui de la femme, et celui de son enfant, aussi petit soit-il. 2 personnes. On peut y rajouter la personne du père de l’enfant.
      C’est avant qu’il faut y penser. Contraception (les moyens en sont multiples), abstinence, etc….

  8. Vouloir inscrire cette loi horrible dans la Constitution pour éviter qu’elle soit remise en question, montre, de façon subliminale, leur honte de pousser à la mort des enfants à naître.

  9. Je ne pense pas être la personne la mieux placée pour imposer mes vues sur le sujet, je suis un vieux célibataire, et qui plus est, catholique.
    Aussi, je me contenterai de reprendre partie de l’homélie d’un prêtre :
    « Les enfants à naître, qu’on les supprime, c’est déjà terrible, mais qu’on en soit fier, ça pose des problèmes… ».

    • Ce thème est même utilisé dans des spectacles anti-vie. Pour moi, s’il on en est arrivé là, c’est que la chanteuse qui crie haut et fort sur scène qu’elle a avorté (je n’ai pas retenu son nom), doit, au fond d’elle même, ne pas se sentir à l’aise d’avoir demandé cet acte, et en éprouver un certain regret. Cela ne peut pas se faire de la même manière que de prendre une pilule chaque jour, ce qui reste anodin.

  10. Combat perdu d’avance devant les délires sociétaux de Macron, plus aucun sens de la mesure, notre civilisation part en quenouilles.

  11. Bravo à ces jeunes pleins de bon sens et de conscience morale. Suppimer 230 000 enfants par an pour moi ça porte un nom, un holocauste tout simplement. Nous sommes là aussi dans le droit fil de la révolution Française, détruire la famille, la religion catholique et toutes les valeurs morales. Il n’y a rien à espérer d’un régime politique qui, pour arriver à ses fins, a assassiné 2 000 000 de personnes. Vive le Roi.

  12. En inscrivant l’IVG dans la constitution on legalise a la femme le droit de vie ou de mort de sa future progéniture

    • Hélas, tout à fait. L’acte n’étant pas anodin, combien de femmes, finissent par se sentir coupables un jour ou l’autre, car leur conscience finit par se réveiller
      Ces militantes féministes pro-avortement refusent que l’on diffuse une photo d’un fœtus de 14 semaines (3 mois et demi) pour ne pas voir la réalité ! Je répète que si leur ventre leur appartient, l’enfant qu’elle porte ne leur appartient pas ! Triste société que de valoriser la mort ( avortement, euthanasie, donc des êtres vulnérables) et ces mêmes féministes qui défendent la PMA et la GPA, cherchez l’erreur ! Ces mêmes féministes qui sont contre la peine de mort pour les criminels. Elles ne sont plus à une contradiction près ! En tuant Dieu, on a tué l’Homme ! Triste époque!

    • La femme n’a pas toujours le choix mais inscrire l’IVG dans la Constitution n’est pas nécessaire, la loi actuelle suffit

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois