C’est fait, le Sénat a voté la réforme des retraites : 195 voix pour, 112 contre, 37 abstentions. Emmanuel Macron et Élisabeth Borne peuvent dire merci à la droite sénatoriale. Rappelons que ce projet de loi, sur lequel se sont prononcés les sénateurs, a été adopté en vertu d’un vote bloqué déclenché par le gouvernement et que le contenu des articles 9 à 20 du texte a été arrêté par ce même gouvernement. Bruno Retailleau a beau déclarer que si la droite sénatoriale a voté cette réforme, c’est « parce que c’est notre réforme », car « c’est ici qu’elle est née », parce que « nous l’avons modifiée », il n’est pas certain que tous les électeurs de droite voient cela comme une victoire. Au plan comptable, immédiatement, peut-être. Mais politiquement et à moyen terme, il faudra voir. D’aucuns ironisent, d’ailleurs, sur des LR qui ont « fait moins de 5 % à la présidentielle » et qui pèsent pour que cette réforme se fasse alors que les sondages indiquent qu’une grande majorité des Français y est opposée.

Les Français massivement contre ? Pas si l’on en croit le sénateur macroniste et ancien socialiste François Patriat. Celui qui, récemment, voyait des exosquelettes partout sur les chantiers, vient de déclarer à la tribune du Sénat : « Je trouve que ce texte est à la fois nécessaire et protecteur. Et d’ailleurs, les Français ne s’y trompent pas quand ils disent aujourd’hui à 8 pour 10 qu’ils pensent que le texte sera voté, ça n’est pas par notre entêtement ; parce qu’ils savent très bien en eux-mêmes que ce texte, il est nécessaire pour assurer la survie du service pour demain… » C’est une façon d’interpréter les sondages. En Macronie, on sait ce qui est bon pour le peuple. On sait même penser pour lui. D’autant que le peuple ne pense pas. Une autre façon d’interpréter ce « 8 pour 10 » serait de dire que les Français sont tout simplement résignés. Ce qui n’est pas forcément très bon, à bien y réfléchir.

Mais il faut écouter un autre homme de gauche – si tant est que Patriat soit un homme de gauche -, le sociologue Jean Viard, candidat malheureux sous l’étiquette En Marche !, face au LR Julien Aubert aux élections législatives de 2017 dans le Vaucluse, qui s’exprimait, samedi soir, sur le plateau de l’émission de Léa Salamé « Quelle époque ! » : « Je pense que là, ils vont passer en force… Cela va renforcer l’extrême droite. » « Est-ce que ce n’est pas un peu rapide ? », lui rétorque Salamé. Réponse de Viard : « C’est le plus probable. Pourquoi ? Parce que ça laisse dans les milieux ouvriers une énorme souffrance qui leur laisse le sentiment d’être méprisés. » Et le sondeur Brice Teinturier de poursuivre et d'abonder dans le sens de Jean Viard : « Il y a eu vraiment le sentiment de la part des Français de ne pas être, non seulement écoutés, mais compris par la façon dont ils vivent et dans leurs aspirations… Au-delà de la compréhension, on leur impose quelque chose alors même que l’enjeu de leur vie, c’est de pouvoir choisir le moment où ils veulent partir… »

Alors, dans la semaine qui vient, le processus parlementaire va se poursuivre avec retour à l'Assemblée nationale du projet de loi. Ira-t-on vers un énième 49-3 ? Et, donc, une énième motion de censure pour rien ? Bluff quand Olivier Véran annonce, ce dimanche : « Nous ne voulons pas du 49.3. Nous voulons transformer notre majorité relative en une majorité absolue » ? Bluff, encore, quand, invité, ce dimanche, dans l’émission « Questions politiques » de France Inter/France Info/Le Monde, Jordan Bardella lâche sa petit bombe en déclarant qu’« il y a des discussions aujourd'hui à l'Assemblée nationale » sur une motion de censure commune et que « le gouvernement a une chance de tomber ». Pas bluff (ou Pavlov !), en revanche, quand, toujours ce dimanche, sur BFM TV, le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner affirme qu'il « il n’y aura pas de motion de censure partagée avec le RN » ? En tout cas, on est à un tournant. Des tournants, il y en a tous les jours, en politique, comme sur la route. Mais à l'évidence, celui des prochains jours sera décisif.

Quoi qu’il en soit, deux mondes parallèles vivent des réalités bien différentes dans ce pays. D’un côté, le monde des exosquelettes, des tenants d’une vision seulement comptable de la question des retraites, de ceux qui pensent qu’un 49-3 sur un simple projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale permet de faire passer sans consensus populaire une réforme majeure. D’un autre côté, tout un autre monde…

13179 vues

12 mars 2023 à 19:58

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

80 commentaires

  1. Un conducteur de train prend sa retraite plus tôt qu’un pilote de ligne , pourquoi ? il y a quelques années j’avais lu que des conducteurs de train retraités , en principe épuisés par leur travail , allaient vendre leurs compétences dans les compagnies de transports ferroviaires à l’étranger (Espagne)
    Etrangement on a peu communiqué sur les rémunérations et les retraites des professions les plus en pointe dans la revendication contre la réforme des retraites , RATP, SNCF, GAZ, ELECTRICITE, PETROLE.

  2. Le gouvernement va- t-il tomber ? Plus de 80% des Français le souhaitent . Jamais de mémoire « d’homme » j’ai souvenir d’une telle décadence dans un gouvernement ! Rarement vu également un tel mépris à l’encontre des français et de la FRANCE de la part de ce « chef des tas  » et de ce gouvernement de godillots . Pauvre FRANCE ! Elle fut jadis le phare culturel et morale d’une grande partie du monde . C’est aujourd’hui une pétaudière ou règne une bacchanale totale sombrant dans la folie sous le regard béat des français et l’ensemble de « l’europe » suit la même voix . Nous sommes véritablement gouvernés par des gougnafiers incompétents .

  3. Je peux me tromper, mais les députés sont tellement lâches, les français tellement mous que le gouvernement peut encore tenir.
    Quant à la date de départ à la retraite, si on continu à se laisser faire, c’est parti pour 70 ans pour tout le monde, ou presque.
    Alors que, comme d’habitude depuis près de 40 ans, le problème est ailleurs : immigration, désindustrialisation, néolibéralisme qui détruit les secteurs régaliens, destruction de l’Éducation Nationale, de la Santé publique, administration pervertie par la digitalisation et une gestion à la manière du privé mais complètement inadaptée, suppression des services publics partout où c’est possible, taxation à outrance pour financer les lapins – crétins – au pouvoir, fraude fiscale et sociale sans guère de limite. Ce pays est devenu une république bananière – ce que je dis depuis 40 ans – avec 90% des caractéristiques d’un pays sous développé.
    La France a fait partie – de justesse – des vainqueurs de la 2de guerre mondiale. Elle a perdu la paix.

  4. Cette phrase lapidaire «  le gouvernement va t il tomber ? «  aurait eu un aspect si ce n’est tragique du moins grave , solennel il y a quelques décennies de cela …même du temps de règne de l’infâme Mitterand cela aurait eu un sens très important pour la France et les Français . Aujourd’hui, avec cette équipe de «  ministres «  tous les plus incompétents, les plus veûles , les plus flagorneurs les uns que les autres , qu’ils soient remerciés , ok mais qu’est-ce que vous voulez que cela nous fasse ? Ils seront remplacés par plus mauvais en admettant que cela puisse encore se trouver (mais comme ils repoussent continuellement les limites de l’incompétence crasse ..ça devrait être possible)
    Le gouvernement tombe , mais comment voulez vous qu’il tombe alors qu’il est aujourd’hui plus bas que Terre , dans les culs de basse fosse de la Macronie

  5. La retraite à 64 ans n’est qu’une étape, les 67 ans sont déjà à l’étude afin que la France « s’harmonise » avec l’Allemagne, l’Italie etc, etc et tous les pays de notre grande europe qui ont choisi cet age (temporaire) pour partir à la retraite sous prétexte que nous vivons plus longtemps. Effectivement à écouter notre gouvernement, les centenaires vivent de plus en plus longtemps, j’en croise d’ailleurs tous les jours et en pleine forme qui font leur jogging, au point où nous en sommes plus le mensonge est gros et plus cela marche…

  6. Bien sur que non, ce n’est que de l’amuse galerie. A l’exception du RN, aucun des partis en présence à l’AN a d’intérêt au risque de la dissolution. Le groupe « majorité relative » comme la NUPES comme LR n’est sur de retrouver la même « taille « en cas de dissolution . Les prébendes de la république sont trop généreux pour courir le risque de les perdre.
    Si le pouvoir était démocratique, respectueux du peuple, il proposerait l’approbation du « sparadrap » par voie référendaire. Ce qu’il appelle une réforme n’est qu’un nième sparadrap sur un vrai problème, celui du financement des retraites. Au mieux, nous tiendrons 4 ans et le problème se reposera. Nos aurons satisfait à l’exigence de réforme de Bruxelles …. à court terme. Le problème du financement s’est posé dès la réforme de Mitterrand mettant la retraite à 60 ans. La France paye très chez ces réformes sociétales non financées : la retraite à 60 ans, les 35h payées 39 …. réformes sur lesquelles on ne peut être contre mais qui dans les 2 cas ont eu des conséquences « douloureuses » pour le citoyen : diminution des pensions de l’ordre de 30 à 40 %, blocage des rémunérations pendant au moins 10 ans et des fermetures d’entreprises.
    Ont-ils tiré les leçons des ces « erreurs » que nenni, ils persévèrent. Il suffit de les entendre, de les écouter . On es gouverné par des « nuls »

  7. Il est impossible que ce gouvernement de cloches ne tombe, les LR sont des traitres, la NUPES fait le jeu de la macronie en refusant de voter les motions du RN, les partisans de Marine sont trop peu nombreux pour peser sur une telle décision. Que ceux qui ont voté pour macron se rassurent, on va se l’enquiller jusqu’à la fin de son mandat, avec la destruction de la France à la clef.

Les commentaires sont fermés.