Il arrive, décidément, que la réalité dépasse la fiction. Ce mois-ci, dans Causeur, le grand Marsault publiait un dessin qui mettait en scène un immonde bonhomme sans visage, venu de , mangeant les billets de banque de la redevance avant de vomir sur la tête du contribuable qui les lui avait donnés. La dernière case se terminait sur les mots : « À demain, connard ! »

De fait, il ne fallut pas plus d’une semaine pour que, le 15 octobre, Aymeric Lompret, humoriste subventionné de , fasse de son mieux pour correspondre au dessin prophétique du « dessinateur controversé », comme on dit. Commençant par dire que « la paye [était] tombée », c’est-à-dire la redevance, il a ensuite ironisé sur les « fachos », pour qui il devait être difficile de payer pour se faire insulter. Il a comparé cela à un acte de domination sadomasochiste, avant de citer nommément Damien Rieu et Jordan Bardella. Le reste de la chronique se perd dans la nullité la plus consternante. Blagues de pétomane, clins d’œil appuyés à la bien-pensance, rires complices de chroniqueurs acquis d’avance, niveau de malaise de l’auditeur impossible à évaluer : on est en famille sur le service public.

Je suis prêt à prendre le pari que rien ne se passera du côté du CSA. Éric Zemmour et Marine Le Pen concentrent, à eux seuls (d’après les sondages), 30 % du corps électoral, soit environ 7 millions de personnes, si l’on prend les chiffres officiels (24,3 millions). En face, les meilleures audiences de la « bande de potes » de la délicieuse Charline Vanhoenacker sont à 1 million – ce qui est, convenons-en, remarquable pour une émission de radio, mais sept fois moins élevé que les « gros cons » de « fachos ». Des humoristes regroupant un million d’auditeurs peuvent-ils, sur une radio financée par les impôts des Français, critiquer sept millions d’entre eux, en allant jusqu’à se féliciter de leur piquer leur argent pour les insulter ? Je suis sûr que oui.

Damien Rieu a immédiatement partagé cette brillante saillie sur son compte Twitter. On attend la réaction outrée des grandes rédactions parisiennes sur le devoir de réserve, l’humour politique et toute cette sorte de choses. Elles n’ont déjà rien dit pour l’épisode de Ruquier conseillant l’union de la gauche à Mélenchon, en direct à la télé. Les internautes, eux, ont très bien compris ce qui se passait.

Les comiques pas drôles, les émissions pour boomers gauchistes et Parisiens écoresponsables déconstruits, l’insulte stupide et injuste en totale impunité ne vont pas tarder à disparaître. Arthur Schopenhauer, dans son indépassable Art d’avoir toujours raison, reconnaissait que, lorsque tous les stratagèmes sophistiques pour remporter un débat avaient échoué, il ne restait que l’attaque ad hominem, l’enchaînement d’insultes gratuites et la violence verbale. Les élucubrations d’Aymeric Lompret donnent la réconfortante impression que le système, en insultant carrément les « fachos » sur les ondes publiques, prépare sa collective.

17 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 8 votes
Votre avis ?
37 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires