Ce jeudi 30 novembre, un an de prison avec sursis a été requis contre l'ancien président de la République, dans le cadre du procès Bygmalion.

Nicolas Sarkozy avait déjà été jugé, en première instance, en septembre 2021. Condamné à un an de prison ferme, il avait fait appel. S'il n'est pas blanchi par le parquet, l'ancien chef d'État pourrait écoper, cette fois, d'une condamnation plus clémente, au terme de ces trois semaines de procès. Les deux avocats généraux ont en effet requis une peine d'un an de prison avec sursis, même s'ils demandent à la cour d'appel de confirmer la culpabilité de l'ancien président de la République pour « financement illégal de campagne électorale », rapporte BFM TV

Neuf personnes comparaissaient également mais, contrairement à ses co-prévenus, Nicolas Sarkozy n'est pas mis en cause pour le système de fausses factures qui visait à masquer l'explosion de ses comptes de campagne. Il l'est uniquement pour avoir largement dépassé ce budget (près de 43 millions d'euros, alors que le plafond légal était de 22,5 millions). « Nicolas Sarkozy ne se voyant pas reproché d’être à l’origine du système mis en place, comme d’en avoir été informé, nous requérons que sa peine soit entièrement assortie de sursis », a déclaré le procureur, ce jeudi.

2328 vues

30 novembre 2023 à 19:01

Les commentaires sont fermés sur cette publication.